14/11/2017

Abdennour Bidar dénonce nos élites occidentales et il a raison

Voilà une nouvelle tribune dans Le Monde qui fait du bien.

Et sans réelle surprise elle vient d'un des grands philosophes musulmans qui est déjà intervenu à quelques reprises sur les plateaux TV sans que pour cela on lui offre autant d'importance face au "système réactionnaire Ramadan"  censé être le courant dominant sous couvert d'islam moderne qu'il aurait représenté durant ces 30 à 40 dernières années.

Trois ou quatre décennies c'est très long pour offrir autant de plateaux télé et d'importance à un idéologue ultra-conservateur dans la réalité et moderne dans la fiction qu'on a bien voulu créer, nous en Occident, autour du personnage et de son frère Hani qui lui aussi a souvent connu les honneurs des plateaux de télévision.

Bidar fait référence aux grandes pointures intellectuelles, romanesques, et poétiques de l'islam d'aujourd'hui dont personne ne connaît jusqu'aux noms et bien entendu encore moins l'oeuvre dans nos contrées occidentales. Et il dit combien l'Occident a bien voulu regarder le musulman dans une sorte de préjugé permanent et très suffisant qui naviguait entre deux pôles aussi méprisant l'un que l'autre envers un monde musulman existant ouvert sur le monde des idées et des élans spirituels se développant aujourd'hui:

"Depuis quinze ans, j’ai eu plus que le temps de vérifier l’incapacité quasi systématique de nos médias, de notre classe politique, de la plupart de nos « grands » intellectuels à comprendre en profondeur les questions posées par l’islam. Cette intelligentsia se signale à peu près unanimement par son inculture sur le sujet, et, tandis qu’elle est si intelligente par ailleurs, voilà qu’ici elle n’arrive qu’à se partager benoîtement entre ceux qui considèrent le musulman comme le nouveau damné de la terre et, à l’autre extrême, ceux qui mélangent allègrement islam et islamisme sans s’en apercevoir… alors même, parfois, qu’ils croient être en train de distinguer les deux !"

Abdennour Bidar


En savoir plus sur

http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/11/14/tirons-les...

 

 

Les commentaires sont fermés.