17/11/2017

Des épouses battues, violées... et qui restent quand même

L'échange épistolaire qui a eu lieu sur Facebook entre lui et une des femmes qui a porté plainte, dévoilé par la défense de Tariq Ramadan dans la presse, et qui pourrait discréditer la présumée victime sur la réalité des brutalités et du viol commis par l'islamologue sur Henda Ayari (lire dans la presse les propos), n'est certainement pas une preuve pour faire passer cette femme de menteuse et d'affabulatrice.

Combien de femmes victimes de violences de la part de leur mari sur cette Terre restent quand même avec lui et le défendent jusque devant leur propre famille (qui ne peut rien faire si ce n'est de refuser l'homme dans la maison des parents en guise de désapprobation de la famille) en maintenant que c'est l'homme qu'elles aiment, envoûtées par cette passion qu'elles vouent à leur homme et amoureuses inconditionnelles qu'elles sont...comme si elles devaient protéger contre vents et marées leur propre enfant alors qu'il s'agit de leur mari, homme adulte, responsable, et sensé ne pas commettre le pire envers leur épouse...

L'inverse existe aussi. Des hommes qui souffrent de la violence physique et verbale provenant de leur épouse restent quand même en trouvant toutes sortes d'excuses et se culpabilisent eux-mêmes pour déculpabiliser leur compagne de leurs méfaits... Syndrome de Stockholm dans le couple?

Pour Henda Ayari et les autres victimes présumées musulmanes, il y a en plus un problème de religion. Elles savent qu'elles ne font pas ce qui est prescrit par la Loi coranique en voyant l'homme et en acceptant, à l'insu de leur plein gré, des rapports sexuels sado-masochistes avec lui. La religion est un produit dopant qui agit comme les drogues. Perte de vigilance devant l'inadmissible, perte de maîtrise de soi devant la peur de se retrouver punie par Allah, la preuve étant déjà devant leurs yeux, l'homme qu'elles admirent, le gourou d'Allah, les méprisant et les rejetant puis les reprenant, puis les rejetant à nouveau dans un cercle vicieux infernal tel un jugement exercé par le dominant qui a réduit en esclavage sa victime sous le regard du Tout-Puissant qui admet la chose les mains dans la poche vue que ces femmes commettent de graves péchés interdits par la charia...

Donc, sans cesse, les victimes cherchent à se racheter devant leur gourou et devant Allah, se culpabilisent d'avoir commis des choses qui ne se font pas et pardonnent, presque sans discussion aucune, les violences commises par leur gourou magnifique dont elles se rendent compte néanmoins des failles humaines puisqu'elles ont subi dans leur chair les déviances sexuelles brutales et non désirées d'elles. Elles pardonnent du coup à Allah d'être un dieu tyrannique et violent et comprennent son courroux divin puisque ce sont elles les fautives des malheurs qui leur arrivent.

En plus de juges et d'avocats, il faudrait peut-être des spécialistes de la psyché humaine pour donner une chance aux victimes de remporter leur procès devant la loi française...d'êtres humains qui vivent sous un régime démocratique et non théocratique...

Faut pas charrier à propos de la charia. C'est du sérieux comme la vache et elle (la charia) pourrait bien remporter le ou les procès qui va/vont venir devant la loi française. Tariq Ramadan met en place, avec ses avocats, la stratégie de l'homme tout-puissant et sincère face à des femmes faibles psychiquement qui n'ont jamais eu à se plaindre de ses bons services et bons traitements avant d'être influencées par les fameux ennemis de toujours et le complot sioniste.

Le combat sera rude et rien ne dit que les femmes présumées victimes ont déjà gagné contre la perversité sado-masochiste du sublime prophète moderne d'Allah.

 http://www.leparisien.fr/faits-divers/accusation-de-viol-...  

 

Les commentaires sont fermés.