22/11/2017

Femmes libérées de quoi, Monsieur Plenel?

Selon le directeur de Médiapart, Monsieur Edwy Plenel, les attaques contre son journal en ligne, dont il est un des fondateurs, viendraient toutes de milieux conservateurs (on pense alors ici des milieux fascistes dont le FN est la principale force politique) et s'en prendraient à Médiapart pour empêcher la liberté de parole des femmes...

J'ai du relire le résumé de BFMT de l'interview (du lieu où j'écris et sans casque audio, je ne peux pas écouter les réponses de Plenel aux journalistes qui l'interrogent) parce que je n'avais pas vraiment compris où il voulait en venir.

Donc, il semblerait que les fascistes fassent diversion et s'en prennent à Plenel et Médiapart pour que les femmes restent enfermées dans une idéologie de bobonnes racisées blanche et dominées par des conservateurs mâles, voir féminins avec Marine et Marion Le Pen, qui veulent empêcher la libération de la parole musulmane... Henda Ayari et les autres victimes présumées de Tariq Ramadan apprécieront cette rhétorique médiapartienne.

Je ne sais pas si c'est de la pataphysique de la part de Plenel mais j'en perd ma langue. OK. Je veux bien. Dans les quartiers parisiens, entre autres, où vivent tant de musulmanes qui n'étaient jamais prises en considération par les médias français, on est bien d'accord avec Plenel. Grâce à son site, la parole féminine musulmane (mais hélas très souvent hyper conservatrice) s'est libérée en revendiquant qu'elles étaient libres d'adhérer à l'islam tel qu'elles le pratiquent au quotidien. Petit rappel au chasseur de pantoufles qu'est Edwy Plenel: on est toujours libre de se livrer au gourou que l'on choisit et ce n'est sans doute pas ce cher Raël qui me contredirait lui qui a fait de sa vie un monde extra-terrestre entouré de belles créatures féminines qui le suivent comme s'il était l'ange tombé du Ciel qui a su s'enrichir sur le dos d'une croyance disons verte...

Une fois admis que Plenel et Médiapart ont eu raison de donner le droit aux femmes musulmanes de dire qu'elles étaient choquées par le mode de vie occidentale et contre le libertinage, le concubinage, l'adultère, l'amour à plusieurs, la sodomie, l'acte sexuel hors mariage, le préservatif et la pilule, l'amour tarifé, la pornographie (quoi que les plus grands consommateurs de porno se trouvent en terre musulmane...), que peut-on encore écrire sur la liberté féminine et en particulier des femmes nées sous l'étoile musulmane et qui conçoivent différemment leur propre liberté en rejoignant tout ou partie des acquis des femmes occidentales qui se sont battues pour leurs droits sous des cieux démocratiques et non théocratiques? On doit d'abord dire qu'elles risquent leur peau et le viol, les jets d'acide et les assassinats de la part de leur famille ou de leur mari frappé de la honte d'avoir subi l'adultère de leur épouse. Pour l'honneur, on peut bien tuer une femme infidèle sous la charia...qui ne vaut même plus 2 euros en passant par d'autres mains masculines (je vous suis bien, cher Hani Ramadan).

Franchement, Monsieur Plenel votre explication reste un peu courte et, on peut l'écrire, insultante pour toutes celles et tous ceux qui ont critiqué votre ligne par rapport à Tariq Ramadan et qui ne se reconnaissent ni fascistes ni provenant de milieux très conservateurs (côté catho, bien entendu, parce que côté musulman vous avez donné la libre parole aux femmes les plus soumises au texte coranique mais qui se disent libres et bien dans leur peau...Une fois de plus, on reste libre d'aimer sa propre servitude et son gourou, n'est-ce pas?).

Alors voilà. Je ne sais si Cookie Dingler était trop dingo ou trop cuit quand il inventa le seul tube de variété de sa vie mais je crois que pas mal de femmes s'identifièrent à l'époque à sa chanson et trouvèrent en ses paroles quelques réalités de leur propre libération. Mais évidemment qu'elles avaient pris leur liberté sur le milieu conservateur catholique...et non musulman. Et ça, c'est pas de la liberté de conservatrices. Sauf à me dire que je ne comprends rien à la liberté, la vraie, pas la soumise.

La gauche, et Médiapart en particulier, va-t-elle donner la parole aux femmes musulmanes qui veulent se libérer définitivement de la mosquée? Rien n'est moins sûr. Mais alors les féministes trouvent-elles absolument géniales que les femmes libérant leur parole et disant qu'elles adhèrent à fond au discours des Ramadan n'ont pas d'autres revendications que d'être soumises, sans réelle libre-arbitre, au Coran Vérité absolue d'Allah...et à leur mari...en portant "librement" le foulard islamique, voir la burqa, vêtement de grande liberté sous Allah, pour les plus extrémistes?

Pour des journalistes de gauche et des féministes, cette liberté-là revendiquée contre les fascistes d'extrême-droite me paraît assez déroutante. Mais, certes, nous vivons dans un siècle très déroutant et Allah a promis l'enfer terrestre et le viol aux femmes libérées occidentales considérées comme esclaves sexuelles potentielles puisque infidèles à la religion d'Allah. Alors, tout va bien. N'est-ce pas Monsieur Plenel?

http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/affaire-ramadan-le...

 

 

S'arracher à la toute-puissance d'une vision prophétique

Un prophète reste un prophète. Il n'a ni la science infuse et encore moins la légitimité de représenter la Création universelle à lui tout seul.

Un prophète qui se présenterait aujourd'hui comme l'unique détenteur de la vérité divine passerait au mieux pour un inoffensif cinglé qui devrait se faire soigner; au pire pour un dangereux gourou qui est en train de créer une secte apocalyptique, surtout si le discours de son gourou insiste sur le fait que la vie sur Terre n'est qu'un passage imposé et qu'il faut satisfaire entièrement aux paroles de Dieu (celles du gourou), préféré la mort à la vie et se préparer sans cesse à celle-ci pour connaître le paradis dont les autres, celles et ceux qui n'ont pas adhéré de gré ou de force à la secte, seront irrémédiablement pourchassés sur Terre et au Ciel en connaissant d'une part l'enfer terrestre à travers des menaces de morts, insultes, viols, violences physiques et psychiques, discrimination, exclusion, ou exécution sur ordre d'une fatwa du prophète en question et, d'autre part, l'enfer céleste pour l'éternité qui sera d'une dureté inouïe avec les ennemis de la secte...

J'ai entendu le prêche d'un gourou en libre accès sur la Tribune de Genève. Il n'est pas le prophète en question mais son représentant parce que, hélas pour le prophète, Dieu a oublié de le faire éternel dans sa grande Bonté. Le prêche de l'homme peut circuler sans problème dans un grand média parce que, entre temps, le nombre de gourous et d'adeptes a fait du prophète et ses divines paroles un homme intouchable, inabordable, qui a justement obtenu la science infuse d'Allah et obtenu désormais la légitimité mondiale d'être l'unique Prophète de tous les temps qui délivre la Vérité aux hommes et aux femmes de la Terre. Le nombre d'adeptes, la masse médiatique comme on pourrait aussi l'écrire, a fait de la secte, et de ses sous-sectes très nombreuses sur la planète,  une réalité incontournable même si certains écrits aujourd'hui semblent totalement absurdes, dépassés, tenant de la superstition et de la magie, de la manipulation des foules et de la toute-puissance d'un seul homme irradiant de sa personnalité ses fidèles soumis et soumises à sa loi divine...

Il faut le dire et l'écrire au risque de perdre sa vie. Muhammed, partant de rien aujourd'hui, rentrant à dos de chameau du désert et délivrant son Coran, nouvelle lumière céleste, sur la place public de Tunis ou dans les restaurants sympa de La Marsa ne connaîtrait certainement pas le succès escompté à l'heure d'Internet et son Coran ne trouverait pas un seul éditeur du moment qu'il le ferait passer pour la parole de Dieu et non pour un texte faisant penser à un conte écrit par un illuminé revenant d'un ermitage voulu au fin fond de la solitude désertique. 1'300 ans entre son discours et ses visions divines et nos moeurs d'aujourd'hui  feraient passer ce brave homme pour un doux personnage ayant reçu quelques coups de soleil sur le crâne qui lui auraient frappé durement l'esprit. Tant qu'il n'entraînerait pas des troubles à l'ordre public et qu'il n'aurait pas trouvé de nombreux adeptes prêts à commettre des dérives satanistes genre assassinats ciblés sur des personnalités ennemies du prophète d'Allah auto-proclamé, attentats à la bombe dans les magasins, métros, et restaurants, viols communs sur des femmes considérées comme esclaves parce que non adhérentes aux croyances de la secte, actes répétés de pédophilie sur gamines de 9 ans et jeunes filles en début de puberté, l'homme pourrait se balader librement et faire rire les badauds avec son prêche et ses paroles divines... Un petit joint et un peu de reggae en lisant les sourates pourraient fort bien donner de la joie à une population qui le prendrait pour un gentil bouffon déclamant un slam tantôt sado-maso tantôt érotique, tantôt menaçant... L'opium du peuple, quand il fait rire Voltaire et Molière, cela peut encore passer la rampe. Mais quand il se met à massacrer pour de vrai et à créer des guerres sans fin au nom de Dieu Tout-Puissant, là, ça devient nettement plus délicat et problématique à traiter.

Bref. Vous m'avez compris, celles et ceux qui veulent bien me comprendre. Soit Muhammed passerait pour un doux dingue et un poète marrant qui débiterait pas mal de conneries prophétiques en restant à sa place de doux dingue soit il se prendrait très au sérieux, lui et ses adeptes, en commettant quelques horribles crimes, et la sécurité publique voudrait qu'on l'enferma pour le restant de ses jours.

Charles Manson et sa Manson Family, un cousin moderne du grand prophète Muhammed? Une question grave que les musulmanes et musulmans devraient se poser pour s'arracher à la toute-puissance d'une vision prophétique vieille de 1'300 ans et qui comporte des passages honteux de haine et d'avilissement des êtres humains, de violence, d'esclavage sexuelle, et de non reconnaissance des femmes violées...

Vapoter le Coran plutôt que le fumer à haute dose de nicotine cancérigène et criminogène serait la recommandation d'un prophète vraiment moderne qui est, par ailleurs, très peu recommandé médiatiquement... Faute de la masse média critique nécessaire?