23/11/2017

Ne te laisse pas briser ta libre conscience

Si des gens te parlent

d'une religion supérieure

aux autres religions,

d'un prophète supérieur

à tout le reste de l'Humanité,

d'une langue supérieure

à toutes les autres langues,

et qu'ils te demandent

d'adhérer à l'entier d'un discours fleuve,

à un texte irrévocable, irréfutable, et indiscutable

à travers les siècles et les millénaires,

à une vérité indéboulonnable,

à une statue divine qui aurait délivré

sa Vérité à un seul prophète,

une seule recommandation pour toi:

méfie-toi de l'embrigadement

et de la perte de tes libertés

de femme ou d'homme responsable

restant adulte devant ses choix,

acceptant la différence

et le droit d'être soi-même

sans que des prêcheurs

te disent ce que tu dois faire

pour ne pas être

dans le flagrant délit

de dire "Non!"

en t'exposant ainsi

à la soi-disant colère

et à l'exclusion de Dieu.

 

Une religion qui veut parler comme cela

est une religion de l'Inquisition

et donc de la destruction de l'Humanité.

Une religion qui ne respire pas

la fraternité pour celles et ceux

qui ne la rejoigne pas

n'est pas une religion d'amour

mais une religion de haine,

une dictature dangereuse

prête à faire la guerre

au nom de la pureté idéologique

de la religion supérieure et dominante.

 

Refuse l'idéologie dominante

d'où qu'elle se présente.

Refuse le loup

et ne soit pas une brebis offerte

aux dents et à la malice du prédateur,

à son maléfice qui te poussera dans le malheur.

Sois juste une femme ou un homme

fier(ère) de ta propre personnalité,

heureux(se) de chercher le chemin

de ta liberté et de ta propre vérité.

 

On ne devient jamais adulte

si l'on reste soumis

et que l'on se couche devant

les discours de haine et d'exclusion.

On peut même devenir

quelqu'un de très dangereux

pour soi-même et pour les autres

quand on préfère l'enfermement

et l'idéologie religieuse

à sa propre vision spirituelle

afin de garder de faux amis

qui finiront par te réduire

à l'esclavage intellectuel

et spirituel.

 

Se soumettre au prosélytisme

c'est se déchoir de son humanité

et préférer l'instrumentalisation

et l'exploitation

de l'homme par l'homme,

même si c'est au nom d'un prétendu dieu

que l'on dit faire cela

parce que ce dieu aurait lui-même fait écrire

dans un livre de tels versets de propagande

au nom de sa Toute-Puissance.

 

Ne fais jamais confiance

à un dieu qui a créé un paradis

pour quelques-uns

et promis un enfer pour tous les autres.

 

C'est l'homme manipulateur

et fasciste qui parle ainsi.

Pas un dieu idéal qui aime l'Humanité

et toute sa diversité de le fêter

et de l'honorer dans l'Amour

et la Reconnaissance

pour toute cette Création

qui nous entoure.

 

De simples mots

de bon sens

qui respirent la liberté

et non l'oppression d'une prison mentale...

 

Si les femmes et les hommes entendaient les poètes

Les poètes ne sont pas faciles

à vivre et à fréquenter.

Ils sont libres, écrivent inspirés

du feu de la révolte,

de cette révolution qui bout

dans leur coeur.

 

Les poètes visent l'impossible

étoile de l'Amour

qui fleurit sur les fumiers

de la haine et des violences

faites aux enfants,

aux femmes, et aux hommes.

 

Les poètes ont des moeurs

tantôt légères tantôt fidèles,

cela dépend de la liberté

des femmes, de leurs choix,

de leurs désirs et de leurs charmes.

 

Les poètes ne sont ni pour

ni contre la chasteté ou la débauche.

Ils sont pour l'Amour,

la créativité, les sentiments,

les passions, l'extase

des filles et des garçons

qui trouvent un moment de bonheur

au milieu de la folie du monde.

 

Les poètes sont capables

de tout et ne se risquent pas

à se dire vertueux et sans faille.

Les poètes n'ont pas de religion

qui manipule les foules

à leur profit de puissance,

de domination, de conquête,

dans le but de soumettre

peuples, femmes et hommes

à leurs plaisirs sado-masochistes

sous le regard d'un 

dieu menaçant et terrifiant.

 

Les poètes font confiance à Dieu (aux dieux)

même s'ils n'existent que

dans leurs rêves utopiques.

Les poètes font confiance à la femme

qui leur est infidèle,

qui couche pour l'argent,

mais revient à chaque fois

avec le désir d'aimer encore

plus sincèrement le poète

afin qu'un jour leur amour

devienne un exemple de majesté,

de spiritualité, de joie, et d'érotisme

dans le coeur des hommes.

 

Les poètes vivent avec les pauvres,

les exclus, les marginaux, les lépreux,

les femmes tombées du ciel

pour servir l'homme et ses enfers sexuels.

 

Les poètes ne font pas choix de religion.

Ils sont de la religion de l'Amour

peu importe qu'ils soient juifs,

chrétiens, musulmans, bouddhistes,

animistes, athées, ou déistes.

 

Les poètes sont bannis de la société

parce que trop libres et trop provocants.

Mais si les gens écoutaient

leur révolte et leur amour

ils feraient la révolution

et chasseraient tous les gourous

qui les enferment dans des dogmes

et les soumettent aux violences,

aux viols, aux haines,

aux guerres, aux souffrances inouïes

provoquées par l'esprit de grandeur,

de domination, et de puissance.

 

Soeurs et frères en toute religion,

je suis poète et je le resterai.

Peu importe la mort

pourvu que la vie du poète aie triomphé

des fous sanguinaires.

Les poètes c'est Bagdad, le souk,

le bordel, la vie, et l'amour

à chaque regard et chaque danse.