25/11/2017

En démocratie, réclamer des droits c'est aussi les accorder aux autres

La Turquie d'Erdogan n'est pas prête à accorder des droits aux LGTBI. Et pour cause. Ce pouvoir conservateur qui a fait de petits pas en direction d'imposer un jour ou l'autre la charia islamique ne sera jamais prêt à donner plus de liberté et de démocratie aux Turques.

La Turquie ce n'est pas encore l'Arabie Saoudite mais ça ressemble de plus en plus à l'Iran et le règne des Mollah. Si, dans ce grand pays qu'est l'Iran, un fort courant parmi la jeunesse iranienne cherche à obtenir plus de droits et de liberté, il n'empêche que la liberté s'exerce essentiellement et même exclusivement en vase clos dans des caves, des abris, des endroits inhabités, des lieux où la jeunesse défie, en secret, l'Etat théocratique en pratiquant des choses prohibées comme la musique, la consommation d'alcool, et l'amour libre...

Les mollah ne sont pas si aveugles que cela mais ils préfèrent l'hypocrisie qui protège leur pouvoir à un exercice du pouvoir ultra-violent qui mènerait tous ces jeunes gens et jeunes filles en prison ce qui aurait pour conséquence le soulèvement d'une partie du peuples dans les rues de Téhéran. Le gouvernement théocratique est très intelligent mais pas encore suffisamment mûr et prêt à ouvrir le Coran comme un livre critiquable et par moment carrément criminel et fasciste pour quelqu'un qui le lit avec une distance critique et des yeux du XXIème siècle dont les sourates pourraient être celles d'un être humain qui se prenait pour Allah et qui a réussi - sublime Muhammed - grâce à son aura, sa façon de s'exprimer et son génie autoritaire, à fonder une religion qui connaîtra un succès aussi fulgurant que le christianisme ou le bouddhisme. 

Sous nos cieux, les musulmans et musulmanes intransigeants réclament de plus en plus de droits pour vivre leur foi...jusqu'à bannir de la société, un jour ou l'autre, les communautés minoritaires comme les LGTB. C'est ce qui s'appelle utiliser les failles de la démocratie pour imposer ses vues à tout le monde, un peu à la façon Erdogan en Turquie, mais patience, l'islam des rigoristes a le temps long cher à Tariq Ramadan, pour taire leur objectif réel qui est le remplacement de la démocratie par la charia et donc avancer masqués pour avoir droit à une grande audience médiatique et des gens qui les écoute avec dévotion ou/et admiration médiatique... Et puis, quelques grands attentats dans l'année pour frapper de stupeur et d'angoisse les mécréants aident bien à paralyser la parole "dissidente"(mais pas celle de votre blogueur ci -présent et de quelques autres consciences bien éveillées), des gens bien différents qui ne pensent pas comme les rigoristes mais qui n'osent pas trop s'exposer aux risques de menaces de mort. On les comprend. Personne n'est masochiste et personne n'aime mourir en martyr de la démocratie puisque nous aimons la vie et la respectons aussi pour nous-mêmes. 

Le plus grave et gênant dans cette affaire c'est que les gens, quand ils n'ont plus d'espoir pour changer l'adversaire, voir l'ennemi, et qu'ils subissent des dommages, des saccages, des viols, des attentats, ils deviennent haineux, xénophobes, islamophobes, et ils trouvent sur leur chemin des défenseurs des droits humains et de la démocratie qui prennent la défense des rigoristes qui ne commettent pas d'attentats ni ne commettent directement des préjudices envers les mécréants mais travaillent sans cesse à former des êtres humains rigoristes, qui ont la haine de la démocratie et de l'Occident coupable de tout.

Au final, celles et ceux qui se désolidarisent de cette façon "humaniste" de voir les choses sont traités de puanteur humaine embaumée aux parfums nauséabonds du fascisme d'extrême-droite. Et là, c'est le pompon pour la démocratie et ses grands défenseurs.  Car ces derniers deviennent alors les bannis des haineux des deux camps tout en étant jamais les amis des intellectuels progressistes de gauche et peuples démocrates d'Occident qui pensent que trop critiqués vertement et intelligemment une pensée néfaste ayant envahi le monde oriental....et occidental, fut-elle porteuse de terrorisme et de haine, n'est pas la bonne manière de recréer les ponts explosés entre Orient et Occident.

En attendant, je tiens ma ligne et je ne la renie pas. Je ne suis ni un fasciste d'extrême droite, ni un fasciste islamiste, ni un peureux qui se terre, ni un bobo de gauche qui pense que nous sommes coupables de tout et eux, nos frères et soeurs en islam, responsables de rien. ni un ultra-libéral qui fait un commerce ultra-cynique avec des courants et des gens qui sont les ennemis définitifs de la démocratie et de nos idéaux.

Je suis citoyen libre et j'ose écrire ce que je pense.

Je suis l'enfant du cinéma de Charlie Chaplin et je botte le cul à toutes les dictatures et tous les pouvoirs tyranniques qu'ils se réclament de Dieu ou d'une idéologie humaine. A mon avis, c'est exactement la même chose qui motive les dictateurs: leur pouvoir personnel et rien d'autre.

https://www.24heures.ch/monde/istanbul-interdit-concours-...

 

Les commentaires sont fermés.