25/11/2017

L'infaillibilité pontifical et celle de... Muhammed

Le premier ministre de Dieu, chez les catholiques, c'est le pape. Quand j'étais gosse, ma maman disait:

"Ce que dit le pape, c'est la vérité. Pont barre. Il faut suivre ce qu'il nous dit et ne pas remettre en question sa parole parce qu'il a obtenu sa place de guide suprême de la Foi de Dieu Lui-même".

A l'adolescence, j'ai un peu rué dans les croyances dogmatiques de maman. Elle détestait cela et c'était à chaque fois un mur infranchissable et une mauvaise foi crasse devant certaines évidences modernes de la société. Le pape avait raison sur toute la ligne téléphonique de Dieu et ce n'est pas un gamin de 15 ans qui va faire la révolution derrière cette bande de voyous de Mai 68 qui représentaient le diable incarné pour elle. Maman m'aimait. Elle n'a pas voulu de ma mort. La religion chrétienne est charitable.

A l'âge adulte, j'ai vraiment pris mon indépendance par rapport à la religion catholique mais mon premier mariage fut légitimé sous la bénédiction de Dieu et à l'église pour plaire à maman. Il y avait pourtant une tache par rapport à Dieu. Nous avions déjà conçu notre enfant...hors mariage.

Le pape ne nous a pas grondé et le curé a été d'accord de nous marier. C'était déjà ça de pris sur notre liberté sexuelle interdite. Mais le pape restait toujours infaillible, selon maman. Quand on aime, on aime vraiment et jusqu'au bout quitte à devenir complètement aveugle et sans aucun libre-arbitre devant le vicaire de Dieu.

Le pape, heureusement, changeait de temps en temps. Mort oblige. Il n'était pas artificiel et bien réel mais cependant mortel. Et d'un pape à l'autre, Dieu semblait parfois naviguer à vue sur certains faits sociaux. Le peuple de dieu grondait et voulait ses libertés sexuelles, de croyance, de comportement, et d'éthique morale. Plus moyen, pour le pape, de prétendre à son infaillibilité sans risquer de perdre son statut de berger du peuple divin. A Rome, ils ont coupé la poire en deux pour ne pas perdre la face et garder de l'influence sur le bon peuple. Le pape, selon le dogme et le canevas catholique, restait toujours infaillible mais...l'Eglise décida que la démocratie voulut qu'on lui accorda (au peuple chrétien) le droit de se tromper et de commettre quelques petites voir grandes déviances selon les canons catholiques. Peu à peu, après bien des luttes, les couples divorcés ne finissaient plus en enfer, les couples gays et lesbiens n'étaient plus les enfants de salaud de Satan mais restaient cependant des créatures à part du paradis et dans l'incapacité devant Dieu de se marier. Cependant, les révolutionnaires de Dieu agissent sans cesse en bandes spirituelles et les prêtres dissidents de l'église catholique chrétienne, non reconnus par le pape et son infaillibilité, bénissent depuis peu les unions homosexuelles mais refusent toujours le mariage aux croyants et croyantes. Depuis octobre 2013, Dieu a décidé lui aussi, chez les protestants allemands, d'accorder enfin le mariage à deux hommes. Les pionniers de Dieu ont bravé la foule et n'ont risqué ni jets de pierres ni mise à mort de la part des enragés du pape. Leur conscience et leur morale leur appartiennent. Inch'Allah!

https://www.francetvinfo.fr/societe/mariage/se-marier-dan...

Ce petit détour par le pape depuis que, chez les chrétiens catholiques,  les brebis ont pris résolument leur envol vers leurs propres libertés, cela va bien mieux dans la rue et ce n'est plus la soumission à l'infaillibilité du pape qui domine mais bien la démocratie devant Dieu. Les guerres de religion ont cessé. Les peuples vivent en paix. Que demande de plus le peuple à Dieu? Rien. Il a obtenu satisfaction. La paix démocratique règne et la société prospère.

Chez les musulmans et musulmanes, il semble que tout cela soit l'inverse désormais. La communauté religieuse, prise en otage par les milliards des rois du pétrole, n'a plus le droit de se libérer du Livre et de l'infaillibilité de Muhammed, Premier Ministre éternel devant Allah. Celles et ceux qui s'y risquent sont des blasphémateurs et blasphématrices, des fornicateurs et des fornicatrices, des apostats en réalité. Donc. ils et elles doivent être combattus et menacés de mort ainsi qu'exclus de la communauté musulmane de croyants et croyantes pour leur hérésie et  leur haute trahison et complicité avec les judéo-chrétiens. Et Allah, du haut de son trône, interdit les associations et les mixités louches qui remettent en cause son trône tout-puissant. Mais Muhammed n'était qu'un prophète du désert. Pas un dieu...Juste celui qui montrait le chemin d'alors et disait avoir tout reçu de Dieu...ce qui lui permettait de s'autoriser d'être guide de la petite communauté d'origine. Sa très riche première épouse doit bien y être pour quelque chose pour qu'un SDF de l'époque puisse obtenir parole d'autorité de la part de ses nouvelles ouailles... Exactement comme le gourou d'une secte le ferait aujourd'hui pour asseoir son pouvoir temporel et spirituel... les dérives vers la guerre, la violence, et les crimes économiques comme sexuels (de viol, d'esclavage et de pédophilie) exclus cependant...par nos lois démocratique. Le gourou doit désormais se tenir à carreau et ne pas aller trop loin dans ses délires. Sinon couic! Il est emprisonné pour ses crimes et n'est pas prêt de revoir la lumière du jour déjà qu'il a perdu la lumière de dieu...selon mes propres critères spirituels.

Et pourquoi donc les musulmans et musulmanes ne feraient-ils pas une révolutions des mosquées, hein? Dites-le moi, chères soeurs et frères en islam. Muhammed était un homme, pas un dieu. Pouvez-vous au moins accepter que son infaillibilité peut être remise en question 1300 ans après sa disparition où bien allez-vous toujours rester des enfants soumis à l'Autorité divine manipulée par des prédicateurs qui vous utilisent pour asseoir leur pouvoir sur vous en créant les désastres et les désordres psychiques menant aux crimes que l'on connait dans le monde musulman d'aujourd'hui?

 

Les commentaires sont fermés.