30/11/2017

De Profundis

Quand j'arrive à l'angle

de la Place Jean-Paul Marat

j'ai l'existentialisme qui prend

la forme d'un lance-roquette

et le cocktail molotov

comme seul cri de survie.

 

Je gueule dans mon ampliphone

des mots de guerre et de violence,

de haine et de révolte

qui vont faire couler le sang.

Je cherche le Ciel

mais le Ciel me répond

qu'ici-bas c'est l'enfer

et la vie qu'un passage obligé;

le Ciel m'appelle

et me dit que mon coin de paradis

m'attend là-haut près d'Allah

pour l'éternité

après un combat

contre le champagne des salauds

et son goût du sang,

de prédation et de viol

des consciences et des corps.

 

J'irai pas finir comme ce tocard,

ce smicard, ce tôlard, cet anar

qui n'a ni le goût du sang

ni le goût de la haine.

J'irai pas finir en rappeur, 

en chanteur peace and love

songwritter de merde

et puis merde

j'ai la kalachnikov

qui parlera pour moi

à ma place

et qui claquera mes mots

dans des tacs, tacs, tacs

mieux que ceux

d'une vieille machine à écrire

qui n'a jamais fait de mal à personne

sauf à celui qu'elle a rendu captif

et qui écrit, écrit, écrit

sans jamais savoir

qui lira et pourquoi ils liront

au lieu de délirer comme moi

sur les versets véridiques.

 

A travers ce mets de requins

dans leurs eaux trop bleues

et leurs top-modèles trop nus et trop bronzés,

ce carnage existentiel

me transformera en glace et en marbre

à travers cette danse macabre

qui me conduira au Ciel

puisque je n'ai jamais trouvé

ma place d'être humain

ici-bas dans ce monde-là,

je vais la trouver là-haut

en caïd d'Allah.

 

M'échapper à leur impasse

et à leur piège à cons

où je ne suis que leur esclave économique,

et prendre l'ascenseur direct

pour le Ciel cosmique.

 

Ma vie sèmera la mort et la désolation

et ma haine m'élèvera au Ciel

car l'amour sur cette Terre

est une désolation

qui n'a jamais existé

que dans des pubs

pour faire vendre n'importe quoi.

Ce ne sont que des paroles,

paroles, paroles,

bonbons et chocolat,

comme chantait Dalida.

Seul le Ciel supportera mon Amour

pour ce que j'ai commis sur Terre.

Et seul le Ciel me commande

et me recommande de faire

ce que je fais.

 

Je suis fearless

devant l'Eternel.

 

Et je bondirai

comme un tigre fou

dans la case à Tignous

après m'être fait mousser

le cerveau par leur blasphème

et cette caricature satanique

de mon Prophète d'amour,

cette bombe dans le turban

qui me conduira vers ma liberté.

 

J'ai mon Être anéanti

par la vie

et le néant m'attend

au paradis.

 

Texto sur France 24 suivra:

"La Rédaction de Charlie Hebdo

vient de se faire attaquer

à la kalachnikov par deux individus.

Info suivra."

 

P.S. Ce texte n'est bien entendu pas à prendre au pied de la lettre afin de pousser des jeunes suicidaires au crime. Il est une source d'inspiration pour comprendre ce qui se passe dans la tête d'un individu se sentant mal-aimé, mal traité, mal autorisé à vivre ici-bas sur cette Terre afin de pouvoir parler de l'acte terroriste et de l'extrémisme religieux avec les jeunes gens et les jeunes filles dans les écoles publiques. Source pédagogique pour tenter de discuter de choses vitales et essentielles pour des jeunes désorientés par notre monde et d'éviter peut-être plus de morts et plus d'attentats inutiles et horribles dans le futur. La chanson de Jann Halexander placée ici en est l'inspiratrice artistique.

 

Les commentaires sont fermés.