30/11/2017

De l'impossibilité de laver son linge sale en "famille"

La communauté musulmane pratiquante (en mosquée) se sent trahie par les dénonciations des femmes musulmanes portées contre leur gourou Tariq Ramadan. Le culte du secret interdit aux sectaires de donner du grain à moudre aux présumés ennemis (car le sont-ils vraiment "ennemis" en dehors des fascistes?) de l'islam et cela est ressenti comme une trahison de la communauté organisée en sus par des agents du sionisme... Quant il faut porter la haine, il faut la porter jusqu'au bout.

Le délire des uns rend caduque et impossible le témoignage des présumées victimes. La justice démocratique ne serait pas la bonne justice pour condamner ou innocenter un accusé musulman. Il ne faut que la justice d'Allah, la seule véridique. Ces femmes ont trahi la confiance envers leur dieu en dénonçant les présumés agissements de l'idéologue très à cheval sur les principes de fidélité, des principes dogmatiques qui iraient, sous la Loi de la charia, jusqu'à condamner à mort par lapidation les adultérins et les fornicateurs...

Alors mettons-nous dans la peau d'un de ces adeptes de l'islam pris à la lettre et mettons en scène le dialogue d'un viol familial pour en tirer les conséquences dans le cadre d'une "famille nucléaire" (papa, maman, et leur fille).

Maria, 14 ans, fille de Ali et Fatima.

Maria se fait abuser par son père depuis l'âge de 9 ans. Elle a toujours gardé cela pour elle mais elle n'en peut plus et elle a de fréquentes envies de suicides. Un jour, elle prend son courage bras le corps pour oser rompre le silence et se confier à sa maman en qui elle a toute confiance:

"Maman, j'ai quelque chose de très difficile à te dire. Papa abuse de moi depuis que j'ai 9 ans."

Fatima: "Que!? Quoi?! Co...comment. J'ai pas compris. Tu me répètes."

Maria répète d'un ton neutre et presque inaudible les mots qu'elle a dit à sa mère. Fatima, dans un premier temps, se tait puis elle répond de toutes les foudres divines d'Allah.

Fatima: "Comment oses-tu proférer de telles accusations contre ton propre père. Tu sais que c'est extrêmement grave ce que tu viens d'affirmer devant moi. As-tu 4 témoins pour affirmer ta parole? Si oui, tu dois me les présenter. Sinon, tu dois te taire car tu risques, ma pauvre malheureuse, de porter un immense malheur sur ta propre famille, un honte indélébile et un risque de lapidation et de mort pour toi."

 

Maria: "Mon coeur est déjà mort, maman. Ce que je te dis est vrai. Je n'ai pas 4 témoins pour asseoir cette vérité. Mais papa me viole depuis l'âge de 9 ans."

Fatima: "Tais-toi, ma fille! Je ne veux plus jamais t'entendre dire ça."

 

Maria se retire dans sa chambre en larmes. Va-t-elle finalement se suicider? Le risque est plus grand que jamais.

Pendant ce temps, Fatima est en prise avec sa conscience et elle ressent une colère intérieure sourde contre son mari. Cependant, Allah lui recommande une grande prudence car le mari est le guide de l'épouse. Peut-être que sa fille est en grande détresse et qu'elle invente cette histoire pour se faire exister auprès de sa mère? Mais qu'elle a été donc la faute de la mère pour que Maria invente pareille horrible histoire? Fatima n'en sait rien. Elle pense avoir été jusqu'ici une bonne mère pour sa fille. Donc elle décide d'en avoir le coeur net en lavant son linge sale en famille et en parlant directement des accusations de sa fille à son mari. Elle redoute bien sûr la réaction de son homme. Mais elle n'a pas vraiment le choix.

Fatima: "Ali, j'ai une chose très grave à te dire. Maria m'a dit que tu abuses d'elle depuis ses 9 ans. Peux-tu répondre quelque chose à ça?"

Ali:" Hein?! Quoi?! Comment oses-tu douter de moi ton mari si strict avec la fidélité et si ennemi de ces cochons d'Occidentaux pédophiles qui n'ont aucune morale et s'en prennent même à leurs enfants. C'est inadmissible que tu oses me dire ça et douter ainsi de ton mari. Maria blasphème contre son propre père! Tu entends! Maria blasphème contre son propre père. Attends que je vais la corriger et la punir pour avoir dit cela. Eh en plus bien comme il faut pour plaire à Allah."

Fatima: "Non! Attends! Je veux qu'elle redise les accusations qu'elle porte sur toi en ta présence afin de savoir pourquoi elle ment et porte préjudice à son propre père."

Le père accepte mais il est fou de rage. Comment sa fille a-t-elle osé parler alors qu'elle devait garder leur secret durant la vie entière?

Fatima: "Maria, peux-tu redire les mots que tu m'as dit devant ton père?"

Maria, très hésitante et terrorisée: "Oui, maman. Papa me viole depuis l'âge de 9 ans."

Ali: "Maria, tu sais que tes accusations sont punies très sévèrement dans notre religion si tu n'apportes pas les 4 témoins qui prouvent que je t'ai forcée. Et tu sais aussi que la honte se répandra sur toute notre famille si, à l'extérieur, tu te mets à dire cela à quelqu'un. Pourquoi m'accuses-tu sans témoin d'une chose que je n'ai pas pratiqué avec toi. Tu veux la mort de ta famille? Et mourir sous la lapidation méritée pour ta propre repentance et assumer le châtiment divin que tu mérites pour affirmer des calomnies et des blasphèmes contre ton père?"

Maria s'enfuit en sanglots. Elle sait qu'elle n'a aucune issue, aucune manière de débuter un processus pour réussir à crier son immense douleur en face de son père et de sa mère. Et, sous le règne de la justice de la charia, elle n'aurait aucune chance de parler à l'extérieur. Son cri serait étouffé à jamais devant la honte, l'assurance de la lapidation pour elle et du rejet de la communauté toute entière... Va-t-elle mettre fin à ses jours? C'est à la communauté musulmane toute entière que je pose sincèrement et honnêtement cette question.

A méditer au moment ou Tariq Ramadan use de son pouvoir, de l'argent qui tombe à flot pour sa défense soutenue par de grands avocats laïcs, et de son aura immense auprès de la communauté musulmane pour détruire les présumées victimes et toutes celles qui ont potentiellement envie de porter plainte devant la justice.

Le système Ramadan c'est: "Je veux la charia et le Califat pour notre communauté religieuse mais je m'appuie sur le système de la justice occidentale pour participer à la victoire de la charia et du Califat..."

http://www.europe1.fr/societe/affaire-ramadan-des-dizaine...

 

 

De Profundis

Quand j'arrive à l'angle

de la Place Jean-Paul Marat

j'ai l'existentialisme qui prend

la forme d'un lance-roquette

et le cocktail molotov

comme seul cri de survie.

 

Je gueule dans mon ampliphone

des mots de guerre et de violence,

de haine et de révolte

qui vont faire couler le sang.

Je cherche le Ciel

mais le Ciel me répond

qu'ici-bas c'est l'enfer

et la vie qu'un passage obligé;

le Ciel m'appelle

et me dit que mon coin de paradis

m'attend là-haut près d'Allah

pour l'éternité

après un combat

contre le champagne des salauds

et son goût du sang,

de prédation et de viol

des consciences et des corps.

 

J'irai pas finir comme ce tocard,

ce smicard, ce tôlard, cet anar

qui n'a ni le goût du sang

ni le goût de la haine.

J'irai pas finir en rappeur, 

en chanteur peace and love

songwritter de merde

et puis merde

j'ai la kalachnikov

qui parlera pour moi

à ma place

et qui claquera mes mots

dans des tacs, tacs, tacs

mieux que ceux

d'une vieille machine à écrire

qui n'a jamais fait de mal à personne

sauf à celui qu'elle a rendu captif

et qui écrit, écrit, écrit

sans jamais savoir

qui lira et pourquoi ils liront

au lieu de délirer comme moi

sur les versets véridiques.

 

A travers ce mets de requins

dans leurs eaux trop bleues

et leurs top-modèles trop nus et trop bronzés,

ce carnage existentiel

me transformera en glace et en marbre

à travers cette danse macabre

qui me conduira au Ciel

puisque je n'ai jamais trouvé

ma place d'être humain

ici-bas dans ce monde-là,

je vais la trouver là-haut

en caïd d'Allah.

 

M'échapper à leur impasse

et à leur piège à cons

où je ne suis que leur esclave économique,

et prendre l'ascenseur direct

pour le Ciel cosmique.

 

Ma vie sèmera la mort et la désolation

et ma haine m'élèvera au Ciel

car l'amour sur cette Terre

est une désolation

qui n'a jamais existé

que dans des pubs

pour faire vendre n'importe quoi.

Ce ne sont que des paroles,

paroles, paroles,

bonbons et chocolat,

comme chantait Dalida.

Seul le Ciel supportera mon Amour

pour ce que j'ai commis sur Terre.

Et seul le Ciel me commande

et me recommande de faire

ce que je fais.

 

Je suis fearless

devant l'Eternel.

 

Et je bondirai

comme un tigre fou

dans la case à Tignous

après m'être fait mousser

le cerveau par leur blasphème

et cette caricature satanique

de mon Prophète d'amour,

cette bombe dans le turban

qui me conduira vers ma liberté.

 

J'ai mon Être anéanti

par la vie

et le néant m'attend

au paradis.

 

Texto sur France 24 suivra:

"La Rédaction de Charlie Hebdo

vient de se faire attaquer

à la kalachnikov par deux individus.

Info suivra."

 

P.S. Ce texte n'est bien entendu pas à prendre au pied de la lettre afin de pousser des jeunes suicidaires au crime. Il est une source d'inspiration pour comprendre ce qui se passe dans la tête d'un individu se sentant mal-aimé, mal traité, mal autorisé à vivre ici-bas sur cette Terre afin de pouvoir parler de l'acte terroriste et de l'extrémisme religieux avec les jeunes gens et les jeunes filles dans les écoles publiques. Source pédagogique pour tenter de discuter de choses vitales et essentielles pour des jeunes désorientés par notre monde et d'éviter peut-être plus de morts et plus d'attentats inutiles et horribles dans le futur. La chanson de Jann Halexander placée ici en est l'inspiratrice artistique.

 

Les chemins de pluie

Combien de moussons

devrons-nous encore patienter

avant que tes petits polissons

se retirent de ton île aux fantasmes

et que nos rêves orgasmiques

prennent leurs libertés

dans notre maison cosmique?

 

Combien de fois

avons-nous déjà risqué de nous perdre

dans ta forêt en feu

avec tous ces drôles de gentlemen

jouant à papa maman

dans tes buissons ardents

 nous guidant vers l'Amour?

Combien d'incendies et de pompiers

ont-ils réussi à déclencher

les sirènes de l'alarme

dans mon coeur en larmes

et en proie maladive

à la jalousie de Satan

et à mes doutes de mendiant?

 

Dieu est-Il si grand menteur

ou alors trop beau metteur en scène

pour avoir connu cette vision si obscène

qu'elle n'en finit plus de mourir

dans une agonie pornographique

lente et sacrificielle?

 

Devrais-je renoncer

à nos amours qui s'allument

sur son écran panoramique

dans sa chambre rouge

juste parce que d'autres bougent

en elle dans son bouge d'étudiante

en sciences sexuelles et sociales

mais n'ont jamais pu trouver

la clef à l'énigme parallèle

de son académie de l'amour

qui rythme ses battements d'ailes

et ceux de son coeur papillon?

 

Est-ce que l'amour est sale

et une fille une sale pute

quand elle t'offre son amour

sous son chapiteau des merveilles

aux dentelles habitées et parées

des Mille et Une nuits?

Est-ce que l'amour est vénale

quand de ses drôleries carnavalesques

l'eau et le pain quotidiens surgissent

de ses yeux bénis de biche

et de son corps initié d'extases

me soumettant à ses tentations

et me délivrant de tout mal 

en me conduisant

sur sa route du Ciel?

 

Ainsi soit-il

son chapelet de prières

suspendu à mon lit.

Ainsi soit-elle

son chapelet de prières

suspendu à son lit.

 

Le scandale est avec nous

et avec notre esprit.

Notre Amour vit en exil.

Ainsi soit-il.

 

28/11/2017

Se retrousser les manches...et les neurones.

Pascal Décaillet n'aime pas trop la mystique de la modernité qui consiste à parler toujours d'innovation et de start-up...mot très français comme il se doit.

Il veut rendre hommage à celles et ceux qui se retroussent les manches et qui triment au quotidien. Pour lui, ce sont les travailleurs et travailleuses qui vont tous les jours au boulot durant toute leur vie...Espérons qu'ils et qu'elles aient le temps de se la couler douce durant quelques années à la retraite... Les cuisiniers et les pâtissiers ne sont pas les derniers à être nommés. Cela leur fait une belle jambe de se lever tôt et de se coucher tard. Ils font la fête du travail toute l'année.

Bon mais cher Pascal, il ne faudrait pas oublier les neurones de ces braves petits gars et petites filles qui remplissent le panier garni de leur patron pour son bonheur personnel. C'est vrai qu'elles et qu'ils triment mais parfois ils savent aussi réfléchir, écrire, et faire parler la poudre de leurs neurones. C'est dommage de censurer leurs innovations et leurs intelligences, surtout quand on est un journaliste réputé qui se dit ouvert d'esprit.

Mais, il est l'heure. C'est le dernier moment d'aller me raser de près pour me rendre tout frais dans ma cuisine avec mon début de journée qui commence à 10.00h. et qui finira vers 22.30 en semaine...avec heures de chambre pour faire travailler ses neurones. Pour le week-end, vous rajouterez une demi-heure pour le service de midi et une demi-heure le soir. Comme j'essaye de retrousser mes manches et mes neurones à la fois, cela donne des journées de 15 ou 16 heures de travail dont plus du tiers bénévole pour mes chères lectrices et lecteurs qui attendent aussi un travail d'une certaine qualité pour ne pas gaspiller leur temps à lire de grosses âneries.

Un vrai statut de boss à temps plein...mais sans la thune. Peut-on être un entrepreneur qui se paie moins bien que ses ouvriers et ouvrières? Oui, cela arrive. Mais ce sont là de sacrés foutus d'idéalistes qui vivent dans un autre monde parallèle...

Merci quand même d'avoir pensé à nous autres les manuels qui trimons dans nos cuisines aux douces chaleurs tropicales même en plein hiver. Cela ne fera pas de nous des intellectuels. Mais au moins on aura eu l'honneur d'être honorés de ce cher Pascal Décaillet.

http://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/archive/2017/11/27/ceu...

Google où la recherche des faux masques...

Affaire Ramadan: derrière les tartufes, quelle religion?
Le Temps
Il y a 15 heures
Les facteurs socio-politiques liés aux accusations contre le Dr Tariq Ramadan
Le Club de Mediapart
Il y a 13 heures
Charlie Hebdo, Médiapart et Tariq Ramadan
Israel Magazine
Il y a 1 jour
 
Qui se cache derrière "Esprit Libre" le blogueur (ou blogueuse?) qui utilise ce pseudo pour soutenir à fond Tariq Ramadan, qui n'a que 4 articles, tous consacrés à l'affaire Ramadan, à son activité sur Médiapart, et suivi par 3 abonnés pour avoir droit à tant de présence sur la page de recherche Google?
 
Comment Google fonctionne et par quel mystère étrange un blogueur si peu actif, un média inconnu avec si peu d'abonnés, un blogueur qui se cache sous le pseudo "Esprit libre", Médiapart qui, par ailleurs, ne lui accorde pas l'honneur de sa Une sur les blogs recommandés du jour, se retrouve mis pareillement en évidence par Google...
 
Sauf à être une personnalité très connue qui se cache sous le pseudo d'"Esprit libre" on ne voit pas pourquoi un blogueur de cette trempe se trouve avoir les honneurs médiatiques de Google. Les voies d'accès de Google concernant la visibilité médiatique sont vraiment impénétrables...
 
Je signale, au passage, que de très nombreux blogueurs et blogueuses, bien plus suivis et commentés et qui ont écrit sur l'affaire Ramadan dans le Club de Médiapart n'ont pas eu cet honneur d'être mis en visibilité par Google à hauteur égale de l'estimable et quotidien romand de premier plan qu'est le journal "Le Temps"... 
 
Le lien vers cet éminent blogueur qui se voue corps et âmes à la défense de Tariq Ramadan. Un peu de pub de ma part, lui fera aussi du bien.