01/12/2017

Punky Love

Si j'étais ce vieux vinyle

qui n'avait plus aucun style

mis au rébus dans une brocante

comme ma vieille roulotte roulante

ne valant plus rien d'autre que le prix

fabuleux de tous nos voyages au paradis

je filerais avec toi jusqu'en avril

fêter ta vie gitane qui s'exile

et se repose de tous ses chagrins

vécus depuis ces temps clandestins

où tu as caché ta vie sous un sapin

d'hiver comme un triste destin

n'ayant de destination que des festins

d'une petite heure sans lendemain.

 

Si j'étais ce vieux vinyle 

venu te rechercher en avril

après ce long hiver en exil

et que ma vieille roulotte roulante

faisait office de brocante

à notre amour qui dit toujours mieux que

100 à gauche pour 20 minutes.

Oui Monsieur.

150 à droite pour trente minutes.

Oui Monsieur.

200 à gauche pour quarante minutes.

Oui Monsieur.

300 à droite pour une heure.

Oui Monsieur.

Qui dit mieux.

1, 2, 3...

500 à gauche pour 2 heures.

1'000 à gauche encore.

2'000 à droite.

Oui, Monsieur-Dame

en couple et pour une nuit

à trois dans un lit.

10'000 à gauche.

Je vois que Monsieur le cheikh

apprécie la dame

et ses mille et une nuits.  

15'000 à droite

pour un voyage à Bombay

en girl friend de luxe

pour une semaine.

Adjugé!

 

Nous sommes toujours

en devanture de notre brocante.

Personne n'achètera notre amour

et tu te reposeras toujours tranquille

dans mon coeur de vinyle

qui roule, roule, et roule

encore pour toi

avec ses rides, ses utopies,

ses rêves, ses désirs,

sa foi en toi et notre amour.

 

Si j'étais ce vieux vinyle

je n'aurais pas l'air viril

mais notre couple descendrait en ville

dans un no futur désespéré

qui a pour nom

Punky Love.

 

Et si, sous le sapin de Noël,

Punky Love venait de trouver l'Amour

et le Graal éternel?

 

Les commentaires sont fermés.