02/12/2017

C'est essentiel

D'écrire le mot amour

pour nous délivrer de la haine

c'est essence

c'est essence

c'est essentiel.

 

De s'élever vers l'incandescence

pour déserter l'indécence

d'un monde en crade décadence

et rompre toutes les prudences

pour écrire en cascade notre urgence

c'est essence

c'est essence

c'est essentiel.

 

Te dire je t'aime

au fond d'un bouge

et d'allumer la lumière rouge

de nos sentiments infrarouge 

marqués au fer rouge

c'est essence

c'est essence

c'est essentiel.

 

Et toute la musique que j'aime

se trouve entre tes bras.

Je n'ai pas peur de le chanter

sur tous les toits

de Paris à Jérusalem,

de Rome à Bethléem,

de Médine à Harlem.

 

Gare à toi si je t'aime

je suis du genre

à déclarer la guerre

à ceux qui empêcheront

notre amour en liberté.

 

Gare à toi si je t'aime

je suis du genre

à mourir par amour

si jamais tu me quittes un jour.

 

Je suis pas possessif;

je suis du genre explosif.

Je suis pas possessif;

je suis du genre exclusif

mais seulement

pour les battements d'ailes

de ton coeur papillon.

 

Et si tu me trompes

ce sont pour des éléphants roses

qui volent loin de nos fantasmes.

Et si je te trompe

c'est pour des gazelles imaginaires

qui n'ont pas ton coeur

à aimer un poète fou,

un poète dingue,

un poète libre,

un poète flingué

qui ne sait pas

l'origine du mot tabou,

qui ne sait pas

que Dieu, les hommes, l'ont interdit

et assigné à résidence

pour enfermer

le genre humain

dans une croyance

afin de lui voler son âme,

sa liberté, son audace,

et ses orgasmes. 

 

Ils disent tabou.

Alors je dis taboui.

Ils disent tabou.

Alors j'écris taboui

et je cris ma liberté

et j'écris ta liberté.

 

Toute la musique que j'aime

c'est toi et moi

dans un grand lit.

Toute la musique que j'aime

c'est toi et moi

dans ce boui-boui

à Sainte-Catin La Bouic.

 

Les commentaires sont fermés.