18/12/2017

La dynamique des corps et celles des esprits

Qu'est-ce que la discrimination? Sommes-nous tous et toutes soumis(es) à elle, à cette "chose" honteuse, cette maladie qui court et qui fait de nous des êtres imparfaits mais perfectibles, dégoûtés et dégoûtants potentiels devant des actes répréhensibles mais parfois très invisibles et très imprévisibles.

Si j'agis de façon discriminatoire, dois-je en avoir honte ou fierté? Honte parce que je rejette un fruit qui ne me plaît pas dans le panier ou fierté parce que je sais encore faire des choix matures d'adulte qui se respecte et qui ne couche pas avec n'importe qui?

Parce que oui. Voilà où je voulais vous embarquer. Yannick Buttet se butte volontairement du Conseil national suite à ses outrecuidances, sous effet de l'alcool, et ses entre-cuisses, sous effet de sa libido exacerbée, imposés à des femmes. Tous les hommes ne sont pas égaux devant la gente féminine et sa jungle de tigresses et autres gazelles plus ou moins prêtes à se laisser draguer. Comme dirait ma copine. Moi, je ne couche pas avec les Noirs. Phobie ou mauvaises expériences? Racisme alors que décidément non, elle n'est pas raciste? C'est juste un choix, sans doute irrationnel, sans doute basée sur des peurs réelles ou fantasmées. Elle ne couche pas non plus quand un homme est soul, grossier, irrespectueux, sale, ou demandant des pratiques dont elle rejette catégoriquement l'idée. Ma copine est sélective et ne couche pas avec n'importe qui...même pour l'argent. Fait-elle preuve de pratiques discriminatoires? Où tout simplement est-elle fière d'être une femme libre qui choisit ses amants d'un soir ou de plus longtemps?

Nous les hommes, comme vous les femmes, nous savons tous et toutes que devant l'attractivité sexuelle d'un homme ou d'une femme nous ne sommes guère égaux. Il y a, prosaïquement parlé, le garde-manger bien rempli de certains et de certaines, et celui, faméliques, des timides, des pas trop beaux, des assez moches, des pauvres, des non médiatisés...ou des sur-médiatisés qui ne connaissent pas le succès auprès des femmes...ou des hommes pour x ou y raisons.

Alors l'affaire Buttet, comme l'affaire Ramadan, révèle aussi toutes les faiblesses du discours intellectuel et stricte des tartufes qui ont des principes moraux très élevés mais se comportent parfois comme des goujats à certains moments de leur vie. Dans le cas Buttet, on dira que l'idéologie religieuse qui sous-tend son action est soft et ne met pas en danger le bon fonctionnement de la démocratie. Alors que dans le cas Ramadan, on dira que l'idéologie religieuse radicale qu'il préconise fait que ses pratiques marginales sont un véritable scandale qui montre à quel point le radicalisme et le sectarisme religieux nous font encourir un danger mortel et le risque de destruction de nos démocraties.

Buttet, c'est une bombinette qui va beaucoup souffrir ces prochaines années à cause de ses égarements. Ramadan, c'est une bombe atomique qui va continuer à avoir des millions de soutiens musulmans dans le monde malgré ses égarements apparemment plus graves que ceux de Buttet.

Y aurait-il discrimination dans le traitement que l'on réservera à l'avenir à Yannick Buttet qui ne pourra guère rebondir au niveau politique et à celui de Tariq Ramadan qui ne perdra pas un cheveu d'Allah au niveau religieux? Au contraire, ce dernier risque de ressortir grand vainqueur des joutes oratoires pratiquées par notre grand maître avocat romand, Maître Marc Bonnant qui pourtant rejette catégoriquement l'islam...et de continuer à semer sa petite graine intellectuellement empoisonnée auprès de ses ouailles radicalement zombifiées. Vous savez, le fameux complot juif... Avec une telle parade dès le départ, on sait que tout ce qui sera reproché au gourou religieux ne vaudra pas tripette aux yeux de Chimène de ses ouailles féminines qui le trouvent bel homme et des ses ouailles masculine qui le trouve grand prêcheur dominateur séduisant et à suivre comme exemple...

Buttet s'est fait harakiri. Ramadan triomphera en proclamant "Allahu Akbar". La démocratie fédérale a perdu un homme sans doute de qualité. La religion islamique ne perdra pas son grand gourou devant l'Eternel.

Cherchez l'erreur fondamentale. Et qui triomphe dans toutes les situations... Celui qui domine de sa toute-puissance religieuse ou celui qui se soumet aux lois et contraintes démocratiques de notre monde avec la mort dans l'âme d'avoir commis de graves péchés envers les femmes?

 

Les commentaires sont fermés.