14/03/2018

Quelques larmes, et même une petite fille

C'est comment une chambre de passe 

qui fait l'impasse sur la vie?

C'est triste la nuit.

C'est triste le jour.

Il y passe des ombres,

des destins malheureux,

des salauds sans morale,

des petits vieux

qui cherchent une baby-sitter

d'un genre très particulier,

et même une petite fille

qui ne veut pas quitter

ce lieu de débauche

ne sachant ce que c'est

qu'une chambre d'adulte

qui cache bien son jeu.

 

J'ai été te chercher un café

et quand je suis revenu

tes yeux brillaient

comme si les larmes

avaient couvert ton beau visage.

 

Je n'ai rien dit.

Je savais que tu avais lu.

Je n'ai rien dit.

J'avais envie que tu retrouves

ton beau sourire

et que l'on passe

à une vraie passe d'armes.

 

Les romantiques ont le goût

du sang dans le sexe.

Les romantiques ne font rien

sans passion ni folie.

Les romantiques sont des guerriers

et n'aiment guère les tartufes,

les prédicateurs prétendant

détenir Dieu dans leurs spatules

leur verbe d'entubeur professionnel,

frelaté, violent, et lâche,

prétendant et répétant,

psalmodiant que les femmes

ne sont pas libres

de vivre de leur corps;

ne sont pas libres

de s'exposer aux hommes;

ne sont pas libres

de donner de leur personne

à des inconnus perdus

dans leurs fantaisies

et leurs perversions morbides.

Le prédicateur fait le vertueux

mais violente les femmes.

Le prédicateur joue sur le Verbe

mais son verbe est assassin.

 

Il faut que les poètes s'insurgent

pour apporter le verbe et le feu.

Il faut que les poètes explosent

leurs missiles poétiques

sur le dégoût de ce monde

qui ne sait qu'exprimer son désarroi

à travers des actes de terrorisme,

des violences et des viols,

des tortures et des meurtres.

 

Le poète s'insurge

mais ses bombes sont de papier.

Le poète parle de transcendance

mais refuse l'enfermement

dans l'idéologie mortifère

d'une vérité absolue,

la loi du plus violent,

du plus pervers,

du plus criminel,

encageant toutes les femmes

sous des tissus noirs,

semant la haine du différent,

du libre, et du marginal.

Le poète parle de transcendance

et de sexe jusqu'à l'incandescence.

Le poète est indécent

mais son indécence est belle pudeur

et ses actes des actes d'amour.

 

Quelques larmes,

et même une petite fille.

J'étais heureux de te revoir,

mon amour,

après ton absence de deux mois.

 

Mais c'était hier

et nos repères amoureux

ne nous ont point abandonné.

 

Alice pouvait-elle quitter

le pays aux délices

de son poète élu

roi de son coeur?

 

Les commentaires sont fermés.