17/03/2018

L'amour, c'est pas de la tarte

Dans ma mémoire

rôde encore quelques déboires.

Déboires d'amour,

trahisons et crimes d'amour.

 

Pour conjurer le sort,

j'ai inventé la tarte au bordel,

la tarte Alice,

une petite confection personnelle

que je t'apportais

comme on porte des oranges

à un bagnard

condamné à 20 ans

pour un coup de poignard.

 

Tu me disais alors

que j'étais le meilleur cuisinier

du monde.

Ce que je ne doutais point,

vu mon état d'arrestation

et mon ambition démesurée

de te voir vivre à mes côtés.

 

Car le prisonnier, c'est ton lapin.

Futur bouché,

endettement à vie,

amours fuyant cet homme

ne pouvant offrir

belle voiture, belle villa,

beaux habits et bijoux

à l'amour de sa vie.

 

Et puis...

pour créer une famille

comment une fille amoureuse

pourrait-elle imaginer

prendre comme compagnon

un type sans pognon,

un type sans avenir?

 

Monsieur le Juge des Faillites

dites-moi quel est le degré d'avenir

en amour

d'un homme à la rue?

Monsieur le Juge des Poursuites

dites-moi si courir après l'amour

est bien raisonnable

pour un homme endetté?

 

Il reste bien sûr le bordel

et les petites aventures d'une fois.

Il était une fois

un homme à la rue

qui aimait son Alice au Pays des Merveilles.

Est-ce mal d'aimer au bordel?

Est-ce le mal d'amour

qui tue un homme?

 

Je pensais te séduire

avec ma tarte Alice.

Je pensais que ça suffirait

à t'attacher au cuisinier

toi qui ne sais pas cuisiner.

Je pensais gagner ton coeur

pour la vie

et que nous allions faire

un voyage fabuleux

au pays de nos merveilles.

Mais l'amour

ce n'est pas de la tarte.

 

Qui est coupable

dans cette histoire d'amour?

 

Toi? Moi? Où notre public?

Le procès peut commencer.

L'amour en est l'enjeu.

 

Les commentaires sont fermés.