26/03/2018

Hors convention

Briseur de tabous,

je briserai encore ta glace

et j'en ferai mon cocktail motolove.

 

Briseur de tabous,

j'irai au bout

de notre histoire

même si je dois encore pour ça

me faire traîner dans la boue

par tous ceux qui cherchent

midi à quatorze heures

et tous les poux du monde

chez les poètes dissidents

de cette société nauséeuse;

tous ces chercheurs

qui ne connaissent rien

aux poètes des bas-fonds

afin de les assigner à résidence

quand cette triste résidence

n'est pas juste la rue

de tous les abandons,

poètes assignés

à leur rôle superflu,

superflou, super marginal,

poètes assassinés

au nom de la bienséance

et de la bonne conscience;

au nom du père, du fils,

et des hypocrites

qui défendent cette image lisse

d'eux-mêmes

afin de paraître propres sur eux

mais qui font bien pire encore

que le poète exclu

qui prostitue sa poésie

aux yeux du monde.

 

Ils ne peuvent pas savoir

s'ils n'ont jamais essayé

l'amour vrai dans un bordel.

Ils ne peuvent pas savoir

puisque pour eux

c'est le tarif qui fait le menu sexuel

avec une poupée mécanique

qui gardera tous leurs petits secrets

d'alcôves hors mariage.

 

Pour être heureux en ménage,

baisons cachés...

 

Non, décidément,

ils ne peuvent

pas savoir

ce qu'est l'amour dans un bordel

avec une fée volcanique

ouvrant chaque jour la cage

aux hirondelles

et les faisant tomber amoureuses

non pas d'un haut placé,

non pas d'un haut gradé,

non pas d'un haut du pavé,

mais du poète et ses rêveries

qui ont lancé le pavé dans la mare

en éclaboussant

sucettes roses bonbon

toutes en couleur

et autres gâteries

offertes mais payantes dans ces salons

aux appétissantes pâtisseries.

 

Putain tes yeux,

est-ce vraiment vrai tout ça,

l'amour et tout son charabia,

tout notre charivari,

et ton petit chat

en émoi devant moi qui chavire?

 

Tu me donnes l'espoir.

Mais si l'espoir est vain,

dis-moi pourquoi garder l'espoir

pour ensuite plonger

ma vie dans un irréparable désespoir?

 

Oui, dis-moi.

Est-ce que notre amour

défonce les murs

et brise toutes leurs conventions

où est-ce juste moi

qui suis hors convention

et qui rêve trop haut

en te regardant juchée

sur tes hauts talons?

 

Tu me diras tout ça,

ce soir,

Bébé.

Avant de chavirer

sur ton lit pétales de rose.

 

Les commentaires sont fermés.