03/04/2018

About the Rabies

L'amour m'a mordu.

Et j'ai attrapé la rage.

Je ne veux pas devenir sage.

Non!

Je ne veux pas m'assagir!

Je ne veux pas atterrir!

Je veux voler d'amour avec toi

et guérir de ma folie d'amour!

Guérir de mon manque d'amour,

de mon manque tout court,

de toutes tes absences,

de tous tes silences,

de notre amour d'urgence

qui ne sortira pas des urgences

et qui va mourir

comme si la médecine

ne pouvait rien faire

contre cette rage d'amour.

 

Je veux guérir

et te dire

encore et encore

que je t'aime.

 

Tu m'as mordu.

Et depuis j'ai la rage d'amour.

Je refuse que notre amour

retombe comme un soufflé

sortant du four

aussi plat, laid, et ridé

qu'une bite débandée

alors qu'il était majestueux

dans ta chatte brûlante;

aussi plat, laid, et ridé

qu'une bite qui ne bande plus

pour te donner ce plaisir

au palais des plaisirs.

 

J'ai le souffle court

comme si j'avais couru

un énorme marathon d'amour

avec toi dans ce lit du bordel.

J'ai franchi l'arrivée

avec toi sur mes talons;

mains dans la main

nous avons fait tous les hôtels;

de passage

dans les bouges

nous avons réinventé l'amour

à la belle étoile,

un long chemin

sous ce soleil de cagne

comme un mirage

dont je ne veux perdre la vue.

 

Mais toi, après cette maudite

ligne d'arrivée,

cette sortie du bordel,

cette putain de sortie,

ce casting des artistes

qui ont joué dans le film,

tu me dis que nous deux

c'était une course haletante,

un jeux d'acteur et d'actrice

très émouvants,

comme dans une vraie histoire

d'amour,

mais que

tout cela c'était du rêve,

de la fiction, de la science-passion,

mais que

cela doit s'arrêter maintenant

parce que nous,

nous deux, ce sera fini

après la distribution des lascars

et des grandes récompenses

pour notre chevauchée fantastique,

ce sera fini

comme une sortie de film

au cinéma,

et que notre destin nous attend ailleurs

dans la vraie vie.

 

L'amour m'a mordu.

Je ne sais comment

guérir de notre rage d'amour.

Je ne sais comment

oublier notre rêve.

Je ne sais comment

je vais finir le film

pour leur faire croire

que toi et moi

c'était vraiment de l'amour,

de la science-passion,

et pas juste une histoire de cul

entre une prostituée et son client.

 

Par une vraie pendaison,

peut-être,

ou en perdant la raison,

sans doute.

 

C'est une question

de science-passion.

C'est une question existentielle

parce que toi et moi

c'était l'essentiel de ma vie

et que sans mon essentiel

je risque de devenir

aussi fade,laid, ridé et raté

qu'une bite sortant

du four après l'amour.

 

La guerre est fini.

Je ne me battrai plus

pour te garder.

La guerre est fini.

Que restera-t-il

de notre rage d'amour?

Si ce n'est ce mal de coeur

qui n'en finira jamais

de faire souffrir

dans le feu de nos souvenirs.

 

Les commentaires sont fermés.