07/04/2018

De s'aimer

Je suis parti un jour

pour un voyage sans retour.

 

Aller simple au pays d'Einamour

il y avait cette fille

qui m'attendait quelque part

comme au premier jour

et le prix du voyage

se payait en fleurs,

en chocolat,

et en petites coupures

d'où jaillissait l'azur

d'un bonheur partagé.

 

N'as-tu jamais arrêté

le temps qui passe,

mon amour?

N'as-tu jamais arrêté

les aiguilles de l'horloge

pour ne garder

que le songe

de nos corps qui s'allongent

côte à côte

en jouant cette sérénade

de deux astres s'attirant

comme deux corps

pris au jeu d'un film sans fin

qu'ils devaient tourner ensemble?

 

Nous n'avions pas pris

rendez-vous ce soir-là.

Nous ne savions pas non plus

ce soir-là

que toi tu allais

tourner ton  gai visage

vers mon triste visage

alors que rien

ne laissait l'imaginer,

alors que j'étais si triste,

si perdu dans mes pensées,

si peu attractif 

pour cette belle jeune fille

si ce n'est le besoin pour elle

de gagner sa vie

en offrant son corps

aux mendiants d'amour

qui passaient par là.

 

Cela semblait si naturel

que tu prennes la main

de cet inconnu

et que tu l'invites

sur ton lit

pour y tourner

une histoire de cul

qui n'avait aucun enjeu.

 

Et ce soir là,

j'ai eu beaucoup de cul

d'avoir fait ta connaissance

en visitant tout ton Louvre

et tes yeux plus séduisants

que ceux de Mona Lisa.

En un tour d'horloge,

tu étais devenue ma Joconde

avec ton sourire énigmatique

qui électrisait ma chair érotique

en lui faisant l'amour.

Tu étais devenue ma fusée,

ma nouvelle histoire poétique

à écrire sur le portail homérique

de nos moments privilégiés

pour m'emmener sur ta Vénus cambrée

buvant toutes les absinthes 

et me précipitant dans ton O,

au fond de tes liqueurs d'ivresse

en m'enivrant sans vergogne

à tes tendres caresses

et finissant ivrogne

le corps chavirant de plaisir

sur tes velours et ton empire.

 

Sur le quai de gare

nous avons rendez-vous

et tu vas partir

au pays d'Einamour.

Je vais rester

au pays de toujours

en attendant ton retour.

 

Que puis-je attendre de nous

qu'un voyage aller-simple

pour l'Amour?

 

Qui puis-je si je t'aime

et qui peux-tu si tu m'aimes?

Ce devait rester

un simple petit moment d'égarement,

un moment qui s'oublie vite

dans ce monde livré

à toutes les tentations.

Ce devait rester

ce petit moment d'étourdissement

entre une fille et son client.

 

C'est devenu ce grand moment d'amour,

ce fruit voluptueux et débordant,

ce fleuve tumultueux et affolant

entre une femme allumette

et son amant poète.

 

Qui puis-je si je t'aime

et qui peux-tu si tu m'aimes?

 

Nous pouvons continuer

à nous aimer

 transformant notre comédie dramatique

en symphonie du bonheur

ou alors...

 

déchoir de notre amour

et se séparer

parce que la foutue raison a ses raisons

que nos coeurs ne connaissent pas.

 

A toi de me dire

si vraiment nous deux

c'est pour quelques temps encore

et puis la mort après

 ou si notre amour gardera toutes ses saisons

sur ta Toison d'Or.

 

Les commentaires sont fermés.