03/05/2018

L'amour, la révolution, enfants de bohème, 5 mai 2018

La non-violence c'est la résistance par les mots et les actes d'amour

Confonds pas la non-violence

avec une attitude de mouton.

La non-violence

c'est le plus grand acte de résistance

à un régime oppressif.

C'est l'acte le plus noble

pour résister aux fusils et aux matraques.

 

Si le gouvernement Macron

n'est pas convaincu de cela

qu'il relise ses classiques,

de Gandhi à Mandela,

de Jésus à Luther King,

de Bouddha à... nous tous

les insoumises et insoumis.

 

Le 5 Mai,

nous résistons à la violence

de ce monde ultra-libéral.

Ni plus ni moins.

Et nous n'avons pas peur

de sacrifier nos places

dans la société

et même nos vies,

pour respecter nos convictions

et nos actes d'amour.

 

Non-Violence

est notre mot d'ordre à toutes et à tous

 

 

PanCartes et PanCakes pour la Fête à Macron

5 MAI 2018

RÉVOLUTION POT-AU-FEU

DELICIOUS & WARM

CONCOMBRES

ABRICOTS

PÊCHES

CAROTTES

LIBRES

EN NON-MARCHÉ

N'oublie pas le rêve

Si tu es satisfait

de ta petite vie individuelle,

que tout roule pour toi

dans le bon sens,

dans le bon sens

au sens Macron du terme,

regarde-toi dans le miroir

pour voir si des fois

tu n'as pas l'air d'un tyranosaure

qui bouffe ses propres enfants,

qui bouffe tout l'air disponible,

qui malbouffe à longueur de jour

dans sa pensée nébuleuse,

dans son vampirisme fumeux

et qui te permet de vivre

bien au-dessus des moyens

du petit peuple

qui souffre et la ferme,

qui s'écrase en oubliant

de serrer le poing

et de dire à ce monde

qu'il se casse vraiment la gueule

et qu'il nous casse la gueule

au passage.

 

Connais-tu le type

qui se vante d'une bonne nouvelle

et dit à sa copine

qu'il a gagné aujourd'hui

70'000 euros en un seul jour

à la Bourse

après avoir agressé sa pauvre copine

de sa mauvaise nouvelle:

Elle a deux mois de retard

dans un versement 

de 150 euros mensuel

à ce brave capitaliste.

Deux mois de retard

et c'est en plus

la faute à la banque

qui a retourné

l'argent de l'ordre permanent

vers l'autre banque.

 

Du pur cynisme

de gros riche.

Mais ma soeur, oui c'est ma soeur,

ne passe pas

côté révolution

et trouve que son frangin est dingue.

Pourquoi?

Pourquoi tant de soumission

à cet ordre absurde,

à cette domination violente,

à cette humiliation permanente?

 

Je n'ai pas de réponse.

La peur, peut-être.

Ou alors l'oubli de soi

et du rêve romantique.

 

Quand elle s'en va, la rêve la révolution

Je l'ai imaginée

dans mes rêves

la rêveuse de révolution.

 

Je l'ai couvée

et entretenue

durant toutes ces années

quand elle fuyait leur monde

en laissant la place

à tout ce mercantilisme,

à tout ce cynisme,

à tout ce nombrilisme,

à tout ce consumérisme.

 

Je l'ai regardée partir

depuis Mai 68

et mes années adolescentes

quand je rejoignais les Sioux

plutôt que les bancs de la Fac,

quand je jouais à l'Indien

plutôt qu'au western cow-boy

dans une officine de Wall-Street.

 

Quand elle s'en va, la rêve

la révolution,

c'est comme le coucher

du soleil avant la nuit.

Tu danses avec ta mélancolie

et tu espères

que demain matin

elle reviendra

et qu'un nouveau lever

de soleil

verra le jour

dans 5 ans,

dans 10 ans,

dans 50 ans.

Tu resteras révolutionnaire

durant tout ce temps

où les autres ont oublié

la révolution.

Et puis,

quand enfin ils auront compris

le rôle de la révolution

dans leur vie,

alors tu joueras à Sitting Bull

et tu deviendras un cri de guerre

et de rassemblement

contre le Capital

et la toute-puissance

des cow-boys.

 

Et ce cri de guerre

est aussi le tiens.

Le 5 mai,

nous ferons la danse du scalp au Capital

et nous ferons notre Sun Dance

devant l'Opéra

avant de prendre la Bastille.

 

A nous ce jour.

Parce que la révolution revient

et que notre vague est géante.