07/05/2018

7 mai, est-ce un Manifeste pour la vie ou un préavis de mort?

Je vois.

Je vois partout

des gens rejetés;

des idées brûlées

sur le bûcher des vanités

et des dogmes établis;

des idéaux qui n'ont plus lieu

d'être,

plus lieu d'être réalisés,

plus de lieu, plus d'endroit,

plus de joie,

plus d'envie,

plus de futur.

Des idéaux morts nés.

 

2018-05-07 17.05.05.png

Place de la Bastille, après la manif pot-au-feu du 5 mai 2018

Juste l'envie de consommer

en paix

dans la prospérité

et tant pis

pour tous les autres

qui ne participent plus

à leur belle croissance.

 

2018-05-07 17.03.54.png

L'idéal n'a plus sa place.

Il est, au mieux, traité de gros naïf.

Au pire, d'être la source des violences,

des haines, et des guerres à venir.

La société aime vraiment les PDG,

leurs prises de guerre,

leur violence en costumes cravates,

leurs droits absolus à travers la loi néolibérale,

leurs avocats et leurs services juridiques.

La société aime les PDG,

leurs prises de guerre,

leurs sinistres arrogances,

leur mépris absolu des gens de peu,

des gens de rien,

des gens qui triment

pour nourrir le grand Capital

et ses vampires actionnaires

plongés dans leur jacuzzi,

champagne, caviar,

et petites michetonneuses

à cachets arrondies

au zéro supérieur

et culs postérieurs

bien offerts aux PDG 

très heureux de leur réussite

mais guettant, comme

le chacal, les cours de la Bourse

et prêts à bondir

si l'argent ne rentre plus,

prêt à retirer leurs billes

si ce n'est pas eux

qui raflent toute la mise.

 

Travailleurs,

travailleuses,

tu peux crever tranquille.

Il y a la relève

pour prendre ta place

et nourrir la plaie purulente

de notre temps.

 

Travailleurs,

travailleuses,

si tu renonces à la révolution,

ta soumission à leur système

n'aura jamais de fin,

s'empirera année après année

et ta soif d'idéal républicain

sera mort à jamais.

 

Alors, il te reste

la marée humaine

en ce mois de mai

pour faire sécession

à leur système pourri.

 

20180507_171638.JPG

Je m'appelle Révolution mon amour

 

 

Les commentaires sont fermés.