07/05/2018

7 mai, est-ce un Manifeste pour la vie ou un préavis de mort?

Je vois.

Je vois partout

des gens rejetés;

des idées brûlées

sur le bûcher des vanités

et des dogmes établis;

des idéaux qui n'ont plus lieu

d'être,

plus lieu d'être réalisés,

plus de lieu, plus d'endroit,

plus de joie,

plus d'envie,

plus de futur.

Des idéaux morts nés.

 

2018-05-07 17.05.05.png

Place de la Bastille, après la manif pot-au-feu du 5 mai 2018

Juste l'envie de consommer

en paix

dans la prospérité

et tant pis

pour tous les autres

qui ne participent plus

à leur belle croissance.

 

2018-05-07 17.03.54.png

L'idéal n'a plus sa place.

Il est, au mieux, traité de gros naïf.

Au pire, d'être la source des violences,

des haines, et des guerres à venir.

La société aime vraiment les PDG,

leurs prises de guerre,

leur violence en costumes cravates,

leurs droits absolus à travers la loi néolibérale,

leurs avocats et leurs services juridiques.

La société aime les PDG,

leurs prises de guerre,

leurs sinistres arrogances,

leur mépris absolu des gens de peu,

des gens de rien,

des gens qui triment

pour nourrir le grand Capital

et ses vampires actionnaires

plongés dans leur jacuzzi,

champagne, caviar,

et petites michetonneuses

à cachets arrondies

au zéro supérieur

et culs postérieurs

bien offerts aux PDG 

très heureux de leur réussite

mais guettant, comme

le chacal, les cours de la Bourse

et prêts à bondir

si l'argent ne rentre plus,

prêt à retirer leurs billes

si ce n'est pas eux

qui raflent toute la mise.

 

Travailleurs,

travailleuses,

tu peux crever tranquille.

Il y a la relève

pour prendre ta place

et nourrir la plaie purulente

de notre temps.

 

Travailleurs,

travailleuses,

si tu renonces à la révolution,

ta soumission à leur système

n'aura jamais de fin,

s'empirera année après année

et ta soif d'idéal républicain

sera mort à jamais.

 

Alors, il te reste

la marée humaine

en ce mois de mai

pour faire sécession

à leur système pourri.

 

20180507_171638.JPG

Je m'appelle Révolution mon amour

 

 

Un anniversaire narquois pour le monarque

Il a voulu plaire à la Cour et il ne l'a jamais déçue. Fidèle au poste, fidèle à ses promesses... Enfin un président qui tient ses promesses... Mais c'est pour les riches... Il a voulu faire ruisseler l'argent sur les très riches plutôt que sur les très pauvres, Sir De Funèbre a réussi pleinement sa mission apocalyptique qui va plonger le néolibéralisme dans ses propres abysses et produire une révolution dans les consciences citoyennes d'un peuple qui a dit un jour non aux abus des rois et de leur Cour. et s'en rappelle plus que jamais. Il est Jupiter et ce n'est pas rien. N'est pas dieu et Roi Soleil qui veut. 

Nous sommes le 7 mai 2018. La révolution se fait attendre mais elle couve dans son pot-au-feu. Je vais aller prendre mon rôle de Monsieur Rien à la gare de Lyon et retourner à la maison comme ce soldat vagabond, ce poète de nulle part, ce général des racailles et des sans-grades qui n'abandonne jamais malgré la fatigue, les illusions perdues et les lendemains qui chantent et n'arrivent jamais aussi bien que l'on voudrait. 

Joyeux anniversaire Monsieur Macron. Le MEDEF et Monsieur Gattaz devraient avoir au moins la décence de vous apporter votre gâteau royal à moins que leur pingrerie les en empêche. On est jamais trop près de ses sous chez les très riches.

Sinon, on peut tout imaginer en rêve. Y compris Sa Majesté venant avec sa Brigitte découper un gâteau d'anniversaire géant sur un quai à la gare de Lyon en promettant de faire leur fête aux riens qui passent d'un train à l'autre pour retourner au travail servir et nourrir le grand Capital.

La vie est difficile, Monsieur Macron. Mais avec la musique et la soul, l'âme se soigne et reste joyeuse jusque dans ses larmes de désespoir.

Aux citrons pressés et aux oranges amères, votre gâteau d'anniversaire.

Happy Birthday, Mister President.