19/05/2018

Une France Debout, dernière chance de changer un système délirant

La mer, ça commence par un ruisseau, puis un torrent, puis une rivière, puis un fleuve, puis une marée humaine qui déboule sur les pavés avec des roulements de tambour.

La casse sociale, ça suffit! Les ordonnances de l'empereur au service du Capital, ça suffit! Les vexations, les soumissions, les gens qui ne sont rien aux yeux du propre président Start-Up de leur pays, ça suffit!

Nous qu'est-ce qu'on veut? On veut juste être et juste donner à nos enfants, nos petits-enfants, le droit d'être dans un monde de justice et de partage et non dans un système ou chacun monte sur l'autre en se servant au passage pour accroître son vampirisme matérialiste et réduire les simples, les gentils, les romantiques à n'être plus que de la chair à canon pour leur système sanguinaire assoiffé de sang du peuple, anémiant les femmes et les hommes et les réduisant au néant.

Prends la Révolution et épouse-là. C'est elle qui mérite ta fidélité et ton respect, ta dignité et ton amour.

Les cons qui veulent te réduire à néant par quelques mots haineux et assassins ne peuvent avoir aucun effet sur toi. Au contraire, ils ne peuvent que te donner plus d'énergie et de courage à affronter ce système qui ne nous donne plus aucun espoir de futur tellement il s'est corrompu avec les très riches, donnant même la présidence des pays aux très très riches. Ces présidents ne sont plus les nôtres tant ils sont la copie conforme aux rois et aux empereurs dont la Révolution démocratique ne voulaient plus en 1789.

Alors si la Suisse sommeille sur son oseille, il y a des seilles d'eau glacée qui sont déversées en France sur ce barrage de plomb. Et quand l'eau se mettra à courir dans la rue (elle a déjà pris la rue, manque la marée) alors tu sauras combien les coeurs sont chauds, voluptueux, toujours amoureux, romantiques, tragiques, comiques comme une grande histoire d'amour révolutionnaire.

Au Plouc qui se rappelle de son Mai 68 en oubliant de descendre cette fois dans la rue en Mai 2018 avec le peuple qui chante sa révolution. Trop vieux, le Plouc? Mais non! Être jeune n'est pas qu'une question de physique. Elle est d'abord une question de mental. Reconnaître et appuyer les mêmes droits aux jeunes et au peuple de se révolter en Mai 2018 c'est le minimum syndical pour qui a fait Mai 68. 

http://jncuenod.blog.tdg.ch/archive/2018/05/17/le-mouveme...