07/06/2018

Médiapart nous parle de cinéma-réalité. Trash-reality

Bien mieux qu'une montée de tapis rouge, l'alerte rouge sur nos libertés à tous, notre manière d'appréhender nos défenses de la liberté, nos rapports aux gens qui migrent, aux minorités sexuelles, aux gens qui dérangent notre confort intellectuel.

Je conseille vivement à tous les lecteurs et lectrices de ce blog de visionner cette vidéo qui parlent de cinéma-réalité, de choses que l'on cache dans les médias parce que la société en a honte, honte d'abandonner des gens en détresse et de punir celles et ceux, très minoritaires, qui leur viennent en aide (au contraire de toutes nos valeurs démocratiques qui vantent et même obligent de porter assistance à personnes en danger); honte de ne pas reconnaître à part entière des minorités sexuelles qui doivent encore se cacher pour vivre leur liberté, leurs manières de vivre parfois trop marginales pour être acceptées par la norme morale et religieuse d'une société hyper hypocrite.

Bonne lecture vidéo.

Trash Society

 

Quand j'entends

tous leurs mots sur leurs lèvres

qui mentent effrontément

comme des arracheurs de dents

j'ai vaguement l'impression

de faire encore partie de ces sans-dents

après avoir subi

ma grosse opération chirurgicale

qui fut une réalité physique telle

que je ressentis la manifestation physique

qu'un boxeur

venait de me frapper

avec un poing de fer dans la gueule

d'une violence inouïe

que ma bouche pissait encore

tout son sang une heure après

dans le train

avec le souvenir intense et exact

du sourire du dentiste efficace,

excellent, et sympathique

qui me disait

que je serais nettement plus beau

et plus présentable

avec mes implants tout neuf ,

des dents blanches magnifiques

comme celles des esclaves noirs,

qui feraient de nouveau de moi

un individu blanc à part entière

dans leur société d'esclaves et de maîtres,

de rentiers aux couilles en or

qui rejetaient les marges

dans les tréfonds de leur conscience

afin de vivre entre gens heureux, beaux

qui ont réussi pleinement leur vie.

 

Comme je me sens,

je suis;

et comme je ne mens pas,

je suis.

Et je n'ai pas oublié

ma vie d'avant mes implants

qui m'ont redonné

le droit au sourire

devant les gens.

Je suis resté un sans-dents

dans l'âme,

dans le coeur,

et dans le corps.

 

Cela fait de moi

un être humain

avec une conscience et un coeur.

 

C'est peut-être pas bien.

C'est peut-être un délit.

C'est peut-être devenu illégal

d'être resté un être humain

qui respecte les droits humains

et les idéaux républicains de base.

 

Mieux vaut être libre en prison

que prisonnier d'une idéologie fasciste

qui désigne les bons éléments

en rendant invisibles,

criminels, et monstrueux,

de simples migrants,

de simples minorités sexuelles,

qui ont fait un autre voyage,

qui ont connu un autre destin,

et qui paient pour cela

le prix de leur liberté et de leur courage.

 

Liberté!

 

A chaque fois

je suis l'homme

le plus libre du monde

quand tu m'ouvres

l'espace de tes bras,

à chaque instant

quand tes yeux

d'eau et de braise

me disent oui pour la baise

et qu'ils se posent

comme la lumière

sur mon corps affamé.

 

Libre en amour

ne veut rien dire

dans ma langue de Roméo

quand on aime pour de vrai

sa Juliette.

Libre en amour

et aller voir ailleurs

si le sexe y est plus vert

et encore meilleur

ne me rend pas libre.

Il me fend le coeur

comme le chêne qui tombe

sous les coups de la hache.

Il me brise les sentiments,

les attaches profondes,

et divise mon coeur

en plusieurs parties animales

qui volent en éclat

et m'obligent à mentir très mal

à tous mes amours.

 

Parce que je suis

un être romantique.

Parce que j'aime la baise

mais encore plus l'amour

et que je ne suis pas

une mécanique

qui regarde une fille

sans un regard de feu

quand je lui plante

mon attrape-coeur

dans le creux de son ventre.

 

Alors mon amour,

je suis libre avec toi,

mon ange, mon bonheur,

libre comme un homme

très amoureux

qui attend sa belle

dans la salle d'attente

en attendant la consultation.

 

C'est grave, mon amour?

Ah oui. C'est très grave, mon amour.

Parce que dès la première consultation

j'ai su que j'avais consulté

à la bonne adresse

et que toi seule

pouvait soigner mon coeur

et mon corps

de toutes les blessures d'amour.

 

Alors oui.

Merci beaucoup pour la liberté

que tu m'accordes

contre ton coeur.

Mais la liberté

c'est avec toi

et personne d'autre.

 

C'est ce sentiment-là,

extrême et suprême,

je crois,

le grand amour d'une vie.

 

Crasy Canucks

 

L'eau tombe en cascade

de ta bouche,

un éclair jaillit de ton oeil droit,

un arc électrique s'échappe

de ton oeil gauche,

une onde de lumière

parcourt l'entier de ton regard,

des papillons caressent ton visage

en duo avec les feuilles mortes,

un feu d'artifice explose

sous ton nez,

une pluie fine tombe

après la foudre.

 

Cinq secondes

pour animer ton visage

de bruitages et d'effets pyrotechniques.

Cinq petites secondes

et te voilà plus présente

que jamais dans ma vie.

 

C'est toi ou la mort.

C'est toi et la vie.

Et sans toi c'est la fin.

 

Cinq petites secondes

pour faire de toi

la déesse immortelle

de ma vie.

Cinq petites secondes

comme une descente d'amour

sur ton lit,

comme ce raid rêvé au Canada

pour me coucher

près de toi

et te faire l'amour

comme un Crasy Canucks.

 

Le jour où tu présenteras

au monde entier

ces 5 petites secondes

qui ont compté dans ma vie

dis-leur que l'oeuvre

s'appelle

"Crasy Canucks"

en souvenir

des dangereuses cascades

de notre amour

qui faisait la distance

Neuchâtel-Toronto

en 5 secondes chrono.

 

L'amour à vie

L'amour à mort.

L'amour c'est toi.