10/06/2018

L'amour pour la première fois

  

Quand il n'y aura plus

de grand frisson

dans ma vie de vieux fripon

et que je n'irai

plus jamais sur ton pont

visiter Venise sous tes jupons

je prendrai la courbe

du soleil et j'irai me coucher

dans l'Océan

jouant encore à cache-cache

avec mes rêves de grand amour

pour toi.

 

Je te verrai toujours venir

du Grand Orient

avec les vents solaires

et mon corps dénudé retrouvant

tous ses élans de jeunesse,

son adolescence volée

qu'il n'a jamais connu

pour cause d'inceste

et de sentiment de viol

quand la première fois

son sexe abusé a touché

le duvet doux d'une fille.

 

C'est un très vieux secret

de famille catholique

qui resurgit sur le papier

si loin dans le temps,

un très vieux souvenir

que je transporte dans la vie

avec cette douleur intime

dont je ne parle à personne

mais qui me rappelle

combien j'ai raté mes années

d'ado blessé et blessant,

d'ado abusé et abuseur

qui n'ouvrait

jamais ses ailes d'amour

pour donner de l'amour

à une camarade,

à une camarade de classe

qui aurait pu lui donner

ce premier amour.

 

Quand je t'ai rencontrée,

mon amour,

j'ai cru vivre enfin

cet amour adolescent

dans ta chambre de bordel.

J'étais intimidé par ta beauté

et je n'osais te dire

ce que j'avais envie de faire

avec toi,

j'étais comme cet enfant

qui croise pour la première fois

les yeux amoureux d'une adolescente,

le premier grand amour

de sa vie.

C'était inimaginable

de me coucher avec toi.

C'était mystérieux et fabuleux

comme dans un conte de fée.

C'était toi qui m'apprenait

tout des jeux de l'amour,

moi le vieux qui avait déjà

tant goûté au sexe des filles.

C'était toi qui me disait

ce que je devais faire

pour te donner du plaisir

et c'était nous qui voulions

faire grandir dans le ciel

notre amour de lumière.

 

Je ne voulais ni voir mon âge

ni ces trois décennies de malheur

qui nous séparent aujourd'hui

d'un possible avenir en commun.

Je ne voulais pas voir le drame

d'une situation qui allait surgir

tôt ou tard

dans nos discussions sérieuses.

Je ne voulais voir

que notre amour

qui vibrait dans nos yeux.

 

Et maintenant que tu m'as dis

que notre histoire amoureuse 

est sans issue

j'ai envie de m'ôter la vie

et de me coucher dans le soleil,

me noyer dans la mer

comme un naufragé de l'amour,

un ado qui a perdu sa belle

au jeu de l'amour.

 

Tu m'as dit,

pour me consoler,

que je serai toujours ton poète,

ton amant, ton ami.

Tu m'as dit,

pour me rassurer,

et par whatsapp,

puisque des milliers de kilomètres

nous séparent,

que tout reste la même chose

entre toi et moi,

et que nous allons continuer

à nous voir,

à nous aimer entre deux rendez-vous

pour toi.

 

Mais je t'ai manquée

dans l'espace-temps,

dans l'espace-vie.

Impossible d'effacer 30 ans.

Impossible de gommer

rides et histoires fracassées

sur les récifs de mon existence.

Impossible de construire

à l'envers et de remonter

le temps et l'amour

sut ta vague océanique

et notre voilier magique.

 

Tu m'as donné

ce cadeau unique.

Tu m'as fait vivre

une histoire d'ado retardé,

une première histoire d'amour

dans la vie

comme si j'avais pu

remonter le temps

et me retrouver à 17 ans

avec la plus belle fille de la Terre

qui me donnait

pour la première fois

son amour merveilleux.

 

Pour ça

et tellement d'autres choses,

je te dis merci

mon grand amour.