26/06/2018

Sans l'amour, jamais de victoire possible

Quand je te vois revenir

au pays

et que je sais,

là-bas il y en a eu d'autres,

tu as connu d'autres paysages,

d'autres visions, d'autres festins,

je te prends simplement

dans les bras

et je remercie le ciel

de cet Hallelujah,

de notre amour qui part

et revient au pays

comme le va et vient

de nos gestes évanouis

sur ton corps heureux,

sur mon corps affamé.

 

Ils ne croiront pas

que c'est l'amour

mais c'est l'amour.

Ils ne croiront pas

que nous deux c'est fabuleux

mais nous deux c'est fabuleux

comme une victoire

sur la haine,

sur la guerre,

sur l'égoïsme,

sur la possession,

sur la jalousie.

 

Ils ne croiront pas

que nous deux c'est le ciel

qui a chassé les enfers

pour faire triompher

la victoire de l'amour;

le ciel qui nous a donné

la victoire de l'amour

envers et contre tout.

 

Ne juge pas la prostituée.

Tu ne connais pas son coeur.

Ne juge pas le migrant.

Tu ne connais pas son coeur.

Ne juge pas le marginal.

Tu ne connais pas son coeur.

Ne juge pas le poète.

Tu ne connais pas son coeur.

Ne juge pas la liberté

parce qu'alors

c'est le début de la haine,

de la violence, et des guerres.

 

Je t'attends, mon amour.

Les bras ouverts.

Le coeur battant,

les ailes de l'ange

qui ne laisse pas tomber

celles qui ont choisi de conquérir

son coeur un jour ou l'autre,

les ailes d'un ange

qui donne la liberté

au mélange des couleurs

et sa bénédiction

d'oiseau migrateur 

malgré la douleur et la souffrance,

malgré la séparation,

malgré tout ce qui fait mal

au coeur et à l'âme

en l'absence de toi.

 

Love in the sky,

my love.

 

Je serai encore là

à ton retour

comme un amoureux

qui touche son bonheur

de ses mains, de ses yeux,

de sa bouche, de son sexe,

comme un amant heureux

qui prend par la main

Niké la divine ailée;

comme un amant heureux

qui prend son pied avec elle,

de coeur à coeur,

de corps à corps

qui tout deux ont appris

par coeurs,

ensemble,

le goût de la liberté

et le solfège sublime

de l'hymne à l'amour.

 

Les commentaires sont fermés.