19/08/2018

Le monde sans Cup of Coffee

Il avait ce putain de regard

qui change tout.

Il traversait d'un pas léger et grave

d'un monde obscur et dramatique

à un autre plus chargé d'espoir,

d'une frontière à l'autre,

d'un démocrate à un dictateur,

d'un aristocrate à un paysan,

sans jamais oublier qu'il était

juste un homme parmi d'autres hommes.

 

Il avait ce putain de regard

qui change tout.

Avec lui, j'ai cru à la force

des Nations Unies.

Avec lui, j'ai cru que le monde changerait

de refrain pour aller vers plus d'amour,

plus de justice, plus de liberté.

Avec lui, l'ONU existait

pour de vrai, pour de fort,

pour de grand

face aux cynismes des grandes nations,

face au pouvoir de la mort,

face aux mauvaises décisions

qui font les catastrophes.

 

Il avait ce putain de regard,

ce putain de regard qui change tout.

Il était un peu notre père rassurant,

notre espoir d'un grand changement.

On avait presque envie

qu'il nous embrasse et nous rassure.

On avait surtout envie de vivre

nos joies et nos peines

en ce temps-là

et non pas de mourir

d'une terrible dépression chronique

devant la désespérance

et le désastre du monde

provoqué par des leaders

de plus en plus fachos

dirigeant notre planète

et de ces populations qui suintent

maintenant plus de haine

de l'autre, du voisin, de l'étranger,

de la femme,

de l'homme,

et qui cognent brutalement,

sans raison ni droit,

pour se rassurer

de leur toute-puissance

et de leur impunité.

 

Des petites frappes

dans un monde de grandes brutes

qu'on élit au pouvoir...

 

Le monde sans Cup of Coffee

et c'est déjà un peu plus

la fin des nations unies,

de cet espoir fou

d'un destin démocratique du monde

dans le but idéal de créer ces solidarités

internationales et mondiales

formant à la paix, à la civilité,

à la Civilisation de l'amour.

 

Merci à vous Monsieur Kofi Annan.

Vous nous manquerez à toutes et à tous.

 

Pont Morandi: les bénéfices et la lèpre ultra-libérale

Plus de 40 vies enlevées, d'innombrables blessés, et de nombreuses familles qui ont perdu leur logement à tout jamais. Résultat d'une catastrophe nationale qui pouvait être prévisible depuis belle lurette. Des gens sacrifiés sur l'autel maudit des actionnaires d'Atlantia et le modèle ultralibéral de nos sociétés actuelles, modèle barbare, inhumain, programmé pour un fiasco général de nos démocraties.

Sur 10 ans, le bénéfice net réalisé par cette entreprise est gigantesque. Équivalent, ou presque, aux coûts de construction de notre tunnel ferroviaire du Gothard, le plus long tunnel du monde, soit 10 milliards de nos francs...

Un automobiliste se doit de respecter la vitesse autorisée, mettre sa ceinture, ne pas boire d'alcool, d'avoir un véhicule parfaitement sécurisé, respecter la signalisation routière, ne pas prendre son téléphone portable pendant qu'il conduit, sécuriser au mieux la vie de ses enfants au moyen de sièges adaptés. Un automobiliste a l'obligation d'être responsable de sa vie, de celles des siens et de celles des autres personnes circulant sur la route. Sinon il est au mieux amendable, risque de perdre provisoirement ou définitivement son permis de conduire; au pire il finit en prison pour comportement répréhensible et viol du code de la route, voir homicide ou mise en danger de la vie d'autrui.

Toutes ces lois sont étatiques et ont été votées par le peuple ou des gouvernements élus. Rien à voir avec un comportement ultra-libéral d'un individu qui lui permet de rouler à tombeau ouvert sur la route, de conduire en état d'ivresse, de fumer des pétards, de sniffer de la coke, et de mettre ainsi grandement en danger la vie d'autrui et sa propre vie. Sa liberté est restreinte et contrainte par tout un tissu de lois voulues par la majorité du peuple. Cela peut sans doute énerver quelques énergumènes qui voudraient s'éclater joyeusement sur la route et s'affranchir des lois. Je suis un anarchiste et j'emmerde le monde. Hum!

Il y a anarchiste et anarchiste. Comme il y a état libéral-social et état ultra-libérale. Cette idéologie barbare qui est née au début des années 80et  a fait de nos assurances santé des produits de consommation pure aux services des pharma, des conseils d'administration et des cadres supérieurs d'assurance, ainsi que de certains médecins haut placés et de politiciens vendus aux lobby, des primes qui ne font que grimper de façon exponentielles pour des bénéfices moindres aux assurés qui parfois ne consultent même plus de médecin pour cause de franchises trop hautes...Payer obligatoirement mais ne jamais soigner les débuts d'un mal...et mal finir au final... Et que dire de nos routes privatisées à péage quand elles deviennent des tombeaux (fort heureusement, pas encore en Suisse) pour certains malchanceux et malchanceuses?

En Suisse, nous votons pour les grands ouvrages routiers. Les péages sont inexistants, à part la vignette annuelle auto-routière, grâce aux financement des routes par l'impôt. L'argent obtenu est entièrement remis aux investissements routiers nationaux. Il n'y a pas et il n'y aura jamais en Suisse 10 milliards qui partent en fumée dans les poches des actionnaires, 10 milliards qui aurait pu être investi pour le bien commun et la bonne marche de la démocratie italienne. L'empire romain a échoué dans sa mission de paix et de prospérité après des centaines de siècle d'existence. L' Italie, l'Europe, et l'Amérique risquent de se désagréger après deux cents cinquante ans de démocratie par la faute d'une idéologie néfaste qui a prétendu que le laisser-faire était mieux que tout le reste, l'individu tout-puissant contre la nation, le collectif rétrograde, l'économie devant le politique soumis aux lois financières des conglomérats transnationaux.

L'Europe se rate depuis 40 ans parce que c'est l'économie qui en a pris les rennes et qui règne en reine pas parce que nous nous sentirions plus mal dans un plus grand format étatique (la Suisse des cantons a réussi à devenir la Suisse fédérale grâce au temps politique et non grâce au temps du fric boursier...)

Le Pont Morandi doit être une alerte rouge dans notre façon de penser l'avenir et le développement de la démocratie à travers le monde entier.

 

United Death of Benetton. Voulons-nous tous mourir de chagrin pour enrichir quelques grandes familles d'aristocrates? Rolling in the Death...

 

J'écoute des sons dans la jungle

Ce monde vit autour de stars

alors qu'il existe à des millions d'inconnues.

Ce monde vit avec une seule équation:

marketing, maison de disque, édition.

Succès fou pour les uns,

vache enragée pour les autres.

Ce monde vit autour de stars

alors qu'il est à des millions d'inconnus.

Tant de gens et de personnalités à découvrir.

Tant de talents si peu reconnus

voir laisser carrément dans l'ombre

de choix commerciaux obscurs

et tellement réducteurs.

Tant de négligence et de paresse voulue

pour privilégier quelques personnes

et groupes médiatiques.

 

Trois exemples de réussites artistiques

très peu connues sous nos latitudes.

A écouter et à revoir sans modération.

Le monde va vite, très vite,

et la mort arrive trop tôt pour nous tous.

 

 

Groupe russe dont le chanteur est une chanteuse...

 Sur une danse traditionnelle de Côte-d'Ivoire...

 

 

 

 

Un groupe de jeunes Irlandais et de jeunes danseuses Irlandaises...

Et ça déménage dans les clubs...