03/09/2018

Le très, très, très long voyage

 

Il paraît que le mouvement perpétuel

fût inventé par le plus grand artiste

de tout l'univers,

celui qu'on nomme l'Être Suprême.

Il paraît qu'on nous avait prédit

un futur noir de blasphème

et une rupture surnaturelle,

quelque chose entre l'infâme blême

de cet homme trop seul

et le blâme culturel pour sexe au tarif.

Il paraît que le désir durable

ne peut et ne doit jamais arriver

entre un ver solitaire

et une fille de joie

à la recherche de son temps perdu,

à la recherche de son homme éperdu,

à la recherche

de son client visité

par cette grâce étrange d'ange déchu

se posant sur un astre solaire

pour échapper à sa vie de misère.

image1 (13)333333333333333333333.jpeg

Il paraît que j'aurais du

me faire beaucoup de  soucis

à t'aimer comme ça

et que je devrais encore me faire

du sang d'encre

à vouloir aimer une fille de la rue,

une étoile filante,

ce brin d'histoire romantique

parmi ce monde clôturé, absurde, et fanatique,

dessinant une vilaine croix gammée

sur notre relation impossible

en disant d'elle

qu'elle sera toujours condamnée

au bagne et à l'exil,

au jugement dernier des premiers de classe

et à la haine totalitaire des féministes

un peu trop féministes.

 

Mais à chacune de nos rencontres

c'est le début d'un nouvel amour

et la fin de notre dernière solitude.

Mais à chacun de nos moments

personne ne peut comprendre

le feeling qui circule entre nous.

Mais à chaque instant

que je touche dieu en touchant

ton corps divin

je ressuscite à ma jeunesse

et j'aime l'amour

plus que tout au monde.

 

Il n'y a pas besoin de mots

ni de leurs feux d'artifices

pour fêter notre amour.

Il n'y a pas besoin de stimulants,

d'alcool, de vice, et de jeux factices

pour faire décoller

notre fusée tout là-haut

dans les étoiles

et vivre la plus belle histoire

du monde.

image1 (13)3333333333333333333333.jpeg

Enfin c'est comme ça

que je le sens.

Et tant pis

si, comme pour dieu,

ils ne croiront jamais

à notre grande histoire d'amour.

Tout est si naturel

que le ciel nous a ouvert ses portes

sans demander l'avis de personne.

Tout devient si facile

quand nos corps se retrouvent

et qu'ensemble ils partent

pour ce voyage au bout de l'amour.

 

On ne vivra jamais ensemble.

Et pourtant c'est tout comme.

On n'aura jamais d'enfants ensemble.

Et pourtant c'est tout comme.

On ne fêtera jamais ensemble

nos noces d'or ni celles de diamant.

Et pourtant c'est tout comme.

 

Nous sommes tombés en amour

quand je suis tombé sur ta lune.

Nous sommes tombés en amour

quand tu es tombé sur mon soleil.

Nous sommes tombés.

Et personne ne nous enlèvera

ce sentiment d'irrésistible élévation

vers notre ciel.

 

Je suis à toi

et tu es à moi.

Mais toi et moi

nous sommes libres d'aimer

et de partir ailleurs.

C'est notre différence

d'avec eux.

 

Parce que nous savons

que nous nous retrouverons

tôt ou tard

tout au bout

de ce très, très,

très long voyage

que nous avons commencé

avant la fin des temps.

 

Après la vie,

l'amour sera encore

notre divan de fleurs.

Et toi, tu seras toujours reine

de mon coeur, de mon âme,

et de mon esprit.

 

image1 (13)33333333333333333333333.jpeg

 

 

 

Les commentaires sont fermés.