10/09/2018

Steve Bannon, que fait l'Europe?

L'Europe a soi-disant des lois communes, un territoire commun, une communauté de destin.

En réalité, elle n'est rien de tout ça. Elle a ouvert les frontières au libre-échangisme et à la circulation des personnes (surtout aux travailleurs et travailleuses délocalisés qui forment une main-d'oeuvre bon marché et corvéable à merci). L'Europe ne peut rien faire contre des types comme Steve Bannon qui viennent semer la haine et la guerre civile chez nous (besoin de tueurs comme il dit pour éliminer les gens indésirables).

Hors ce type devrait être interdit de territoire européen pour propagation de thèses racistes, de haines interethniques, et d'ennemi public numéro 1 prêt à déclencher des actes de terreur et d'épuration ethnique.

Mais l'Europe vaque à ses occupations prioritaires, soit aux profits mirobolants de la finance, soit au profit des ultra-riches et des ultra-privilégiés avec des Macron au pouvoir en France et une Chancelière Merkel en Allemagne qui a d'abord vu la grande vague migratoire autorisée comme une manne future à l'économie allemande et non comme un problème complexe d'intégration pour un million de personnes entrées en même temps sur le territoire allemand sans en connaître la langue et la culture.

Hors la tâche prioritaire de l'Europe serait d'être vraiment un continent soudé qui sait où il va et se donnant le droit d'expulser de territoire des propagandistes néo-nazis et fascistes comme Steve Bannon.

Cela ne se fera bien entendu pas. L'extrême-droite a le vent en poupe et va donner aux partisans de la Haine la victoire prochaine. Avec, on le sait bien, la libération de la rage, de la violence, et de l'impunité pour les pires criminels de guerre.

Est-ce vraiment cela que Macron et Merkel veulent avec leur politique ultra-libérale qui continue sans cesse d'exercer sa toute-puissance sur le monde des affaires et du travail malgré l'urgence radicale de changer de modèle économique si nous voulons éviter de donner le pouvoir à la Haine, aux fascistes, aux gens qui n'ont pas peur de proclamer une vérité offensante, scandaleuse, ignoble, meurtrière, une vérité de fin du monde.

https://www.mediapart.fr/journal/international/090918/ste...

Que devons-nous faire quand tous nos cauchemars deviennent réalité et que nos rêves romantiques de société interculturelles sont remplacés par des réalités nazies qui vont nous assassiner?

Nous avons engagé une course contre la montre, une course contre les idées sataniques, les idées aryennes qui nous ont déjà tant fait de mal dans le passé. Et cette course contre la montre ne peut-être menée par des politiques ultra-libérales mais par des politiques sociales et libérales qui possèdent la réelle conscience de l'égalité, de la fraternité, de la liberté. 

C'est notre dernière chance avant la grande Catastrophe.