31/10/2018

Tombe un dauphin

Tombe un dauphin

dans ma vie.

Les inventeurs du système monétaire

furent les Grecs puis les Romains.

C'était au VIIème siècle

avant J.C.

Tout est parti de bronzes forgés

dans la Cité d'Olbia, Thrace,

en Sarmatia.

On ne parlait pas encore

de pièces de monnaies.

Et l'animal représenté

était un dauphin,

dauphin qui accompagnera

deux siècles plus tard,

et durant plusieurs siècles,

le monnayage grec et romain

dont celui de l'empereur Hadrien.

 

Mais voyons plutôt ce que dit Plutarque

du dauphin:

 

Plutarque rapporte l’histoire de Korianos, un pêcheur natif de l’île grecque de Paros et ami des dauphins. Celui-ci tomba un jour sur des pêcheurs qui s’apprêtaient à en tuer tout un groupe. Korianos les acheta pour les faire libérer. Avant de reprendre le large, les dauphins le regardèrent longuement.

Puis, un jour qu’il naviguait entre l’île de Paros et celle de Naxos, son bateau fit naufrage dans une tempête. De tout l’équipage, dit Plutarque, il fut le seul rescapé, grâce à un dauphin qui vint lui porter secours et l’amena jusqu’au plus proche rivage, dans une grotte qu’on appelle depuis « Grotte Koerana ».

Plutarque termine son récit sur ces mots : « quand Korianos mourut, quand la fumée de son bûcher s’éleva au bord du rivage, un groupe de dauphins se rassembla en silence, la tête hors de l’eau pour assister aux funérailles et, quand la fumée s’éteignit, tous disparurent et nul ne revint jamais. »

 

Plutarque qui nous écrit encore:

 

« On peut bien croire que les dieux lui veuillent du bien, car le dauphin aime l’homme, tandis qu’entre les animaux terrestres les uns n’en aiment pas un seul, et d’autres

[…] ne font que caresser ceux qui les nourrissent et leur sont familiers, comme le chien, le cheval, l’éléphant. […] Le dauphin est le seul de tous les animaux du monde à porter autant d’amitié à l’homme, celle que recherchent et désirent tous les plus grands philosophes, et cela par instinct naturel et sans en tirer profit ; car il n’a aucunement besoin de l’homme, et néanmoins il est amical et bienveillant envers tous, et en cas de besoin en a secouru plusieurs… »
 
Il m'est tombé
un dauphin romain du Ciel.
Pour Halloween,
c'est là un sacré don
du Ciel.
 
Je l'ai appelé
"Aquarius"
en mémoire
des noyées et noyés de la Méditerranée.
 
 

 

30/10/2018

La France Insoumise s'enfonce dans la "médiocratie"

 

A force de s'accrocher à leur gourou malgré son ton méprisant, ses écarts de langage, et ses écarts tout court avec, notamment, son soutien inconditionnel à une intrigante plus portée par la soif de l'argent que par sa défense des plus pauvres, j'ai nommé la chef des socios rêveurs et demandeurs de révolution démocratique qui se sont faits bien rouler dans la farine médiatique par un groupuscule qui se déchire comme chiens et loups pour le pouvoir et les places au sommet...

D'une tristesse affligeante, la France Insoumise. Désolé. La Révolution, ce n'est pas ça. La Révolution, c'est dans la rue et pas du haut d'un char romain. La Révolution, c'est tous ensemble en poussant les forces de l'ordre jusqu'au Parlement pour faire entendre vraiment sa voix et son coeur devant le peuple. C'était tous ensemble dans la rue et pas juste pour la parade des paons...

Maintenant on fait quoi que tout s'écroule devant nos yeux? Maintenant à qui donner la confiance d'un changement radical pour la démocratie? A un autocrate de gauche, encore, comme Mélenchon qui a fini par briser sa fausse image de démocrate respectueux des gens et des idées? A une autocrate d'extrême-droite comme Marine Le Pen ou Marion Maréchal? A tous ces maîtres qui se rêvent en souverain absolu au nom du peuple souverain? A d'autres la fin de l'ultra-libéralisme et des oligarques...

France Insoumise, si tu veux vraiment exister comme parti démocratique populaire, il est temps de t'émanciper d'un homme et d'une femme qui n'ont pas voulu rester humbles et solidaires de ton travail magnifique, dans les rails d'une révolution à hauteur de femmes et d'hommes. Le train de Mélenchon et de Sophia ressemble trop à un train réservé à une caste de parvenus au pouvoir assoiffé des gains et de privilèges obtenus sur les cendres d'une fausse révolution. 

Mélenchon a oublié ce que disait Lénine en gare de Stockholm juste avant son retour en Russie:

 « Je retourne en Russie pour faire la révolution, pas pour y ouvrir un magasin de luxe pour hommes».

Lénine, 12 avril 1917

Je croyais aux terres sauvages,

aux gens de plume, aux artistes.

Je croyais faire la révolution.

Je croyais à l'union des forces,

à la convergence des idées,

de l'imagination au pouvoir,

de la fraternité et des rires,

des gestes solidaires,

des humains à l'intelligence

éclairée par le respect et l'égalité.

 

Et je vois des gens

qui se déchirent

pour des chèques sans provision.

Je vois la Justice

se mêler d'histoires nauséeuses

dignes des partis dénoncés

pour leurs affaires...

Je vois la médiocratie

se tailler la part du lion

et les poètes dans le caniveau,

ignorés et rejetés,

parce que trop libres,

parce que trop dérangeants,

parce qu'insoumis

aux gourous de cette communication

de faussaires et de réactionnaires.

 

C'est un désastre,

un sinistre planétaire.

La Révolution n'aura pas lieu.

En lieu et place

il y aura un(e) autocrate de plus

sur la Terre

au sommet de la nation France 1789.

 

Les fossoyeurs de la démocratie

n'ont pas fini leur travail macabre.

 

 

 

29/10/2018

Sadik

Quand se dessine

une société fade et assassine,

un univers sadocrade,

il reste tes soleils et ta grâce

pour sauver mes goûts

et mes couleurs

de la déchéance.

 

S'enfuir dans la coke,

jouer les esclaves et les maîtres,

se laisser dominer, enchaîner,

fouetter, écraser, étouffer,

injurier, maltraiter

comme un esclave.

Prendre le fouet, attacher,

devenir maître,

soumettre aux humiliations,

aux pénétrations forcées,

aux goûts sadiques

des unes et des autres.

 

Non!

Il y a autre chose ailleurs.

S'enfuir pour le meilleur

sur la route,

avec toi et tes splendeurs,

dans les grands espaces verts

et s'envoyer en l'air

sous les étoiles.

Tant pis pour tout le pire

et pour les prisonniers

qui sont restés enchaînés

aux moeurs sadiques.

 

Quitter ce monde carcéral,

les chaînes n'ont pas été créées

pour toi et moi!

Les chaînes et les supplices

ne sont pas de nos vices.

C'est la liberté et la joie,

les plaisirs simples,

la nature,

et notre amour

qui définissent le mieux

notre vie et nos sentiments.

 

De l'eau fraîche et du pain,

vite!

 

Avant qu'il ne soit trop tard.

Et que je meurs

en maître ou en esclave

dans un lieu de perdition.

 

28/10/2018

Le Point reprend les Catilinaires pour Halloween et c'est mortel

Cadeau empoisonné de sorcière pour Jean-Luc Mélenchon.

Le Point remonte à Cicéron pour faire de Mélenchon le fantôme moderne de Catilina...

Et la ressemblance est frappante. Par contre, on n'écrira pas que Macron est à la hauteur de Cicéron... 

La Rome Antique nous invite à se déguiser en consul et sénateur/sénatrice, en empereur et impératrice, en monstrueux artistes (genre Néron aux deux visages) ou en humanistes romantiques LGTB (genre Hadrien et Antinoüs).

Pour ma pomme, ce sera Hadrien et sa tristesse définitive après la disparition de son amant Antinoüs. J'aime pas les hommes au lit mais j'aime l'idée de l'amour romantique désespéré.

Et en arrière fond, la petite musique virale d'un automne à Tanger,  pour plaire à Jean-Luc Mélenchon qui m'en voudra à mort pour Catilina et Dracula...Le vampire à l'oreille, ça se passe aussi sur les blogs muets...

A 3 minutes 05 secondes, une voix d'outre-tombe intervient dans la chanson de Thiefaine... C'est presque un Halloween parfait...

https://www.lepoint.fr/culture/la-minute-antique-32-melen...

 

27/10/2018

Quand il sera l'heure

 

On joue,

on fait la fête.

On joue,

ça n'a ni queue ni tête

et tes yeux sont de la braise

et tout ça finit en baise.

 

On joue,

on danse.

On joue,

ça n'a plus d'importance.

Avant d'être vieux et con,

vieux gibier de potence

et bon pour l'obsolescence,

on va partir à la chasse

et jouer à qui perd sa place

n'aura plus sa chance.

Mais qui gagnera sa place

oubliera son adolescence.

 

J'ai cette classe étrange

des vieux dingos

qui ont fait fiasco

en évitant la mégalo.

J'ai pas la casco complète

pour éviter que je me la pète

mais j'ai une loco

qui fume et fulmine.

Je sors avec des filles

qui sont nées en même temps

que mes adorables filles.

Je joue le vieux beau

qui n'a de beau

que son trop vieux coeur

de pirate sans port.

Je balance mes porcs

dans la gadoue

en cherchant la mort

à travers mes histoires d'amour.

Je joue à qui perd gagne

pour laisser une trace,

une bavure dans mon histoire.

Et si la grande Histoire

retient ma dernière affaire d'amour

ce sera plus une réussite

qu'un terrible aveu

d'un énième échec sentimental.

Et si les artistes font du fric

avec mes plumes automnales

et mes lettres abyssales

qui voltigent sur le fil d'un blog

 en dansant

la fièvre au corps

pour voler au temps

un peu de jeunesse,

un peu de révolte,

un peu d'insoumission,

un peu de vérité,

un peu d'amour,

un peu d'amitié,

un peu de tout

pour faire un homme,

alors le temps perdu

aura été de l'argent

bien placé et bien utilisé

par des femmes et des hommes

qui auront compris

où je voulais en venir,

dans quel pays

j'aurais voulu vivre

avant de mourir tranquille;

un pays où je rêvais d'idéal révolutionnaire,

d'histoires romantiques extraordinaires,

et de jeux d'amours fantastiques.

 

Mea Culpa

ma France insoumise

à moi.

Je t'ai perdue

à force d'insoumission

et de refus des conventions.