13/10/2018

"Je"

Quand "je" tend la main,

quand "je" porte secours,

quand "je" déploie son âme

et fracasse le coeur de pierre,

de l'égoïsme, et de la haine,

ce coeur d'épines et de ronces

qui empêche "je" d'être la rose

et de s'aimer en aimant les Autres.

 

Quand le "je" ne laisse pas

l'horreur se reproduire.

Quand le "je" devient rempart

devant le fascisme

et barricade devant les violents.

Quand "je" n'en peut plus

des sophismes,

des mensonges,

de la bêtise humaine,

des arguments fallacieux

et des accusations criminelles.

Quand "je" n'a que les mots d'un blog

pour s'opposer aux coups de massues

des gueulards et des connards,

des coups arrogants sans nuance

de ceux qui s'enferment

dans leur confort de fientes

et leur petite vie trop facile

faite de richesses matérielles;

quand "je" prend chaque jour

de ces coups de fouet

donnés à bout portant,

portés sur le dos

de tous les "je"

qui portent secours

aux plus défavorisés,

aux plus faibles,

aux plus abandonnés.

 

Quand "je" vole vers ces inconnus

pour les sauver

de leur situation désespérée,

pour les sortir au plus pressé

du danger perpétuel

et les arracher aux mains des salauds,

des esclavagistes, des exploiteurs,

des violeurs, et des tueurs,

"je" n'est jamais un criminel

ni même complice de criminel.

Il est juste "je",

un homme ou une femme

qui a pris la bonne décision

de placer son humanité

comme prioritaire

sur tout le reste.

 

Alors s'il vous plaît,

Messieurs et Mesdames

qui déambulez sur les plateaux télé

à la recherche 

de la notoriété publique,

avec vos mimiques

de gourous patibulaires

à la parole véridique et suicidaire

puante de miasmes brunes fascistes,

de cette race supérieure fantasmée,

de cette race de celles et ceux

qui ont pour tout honneur,

putain de ta race,

la haine pour toutes celles et tous ceux

qui font naufrage

bien contre leur gré,

ou même qui sont simplement différents,

ou même qui sonnent simplement autres,

ou même qui raisonnent simplement étrangers,

ne croisez plus jamais mon chemin

sinon je ne vais plus jamais me taire

et je vais surgir de mon nulle part

pour vous faire vivre le cauchemar

de la parole véridique du Verbe,

de la parole qui descend du Ciel

sur la Terre.

 

Et alors, vous devrez bien vous taire

et vous faire tous petits et honteux.

Et alors, vous devrez bien faire vivre

votre "je" en laissant votre âme

se souvenir de l'enfant sans défense

que vous étiez un jour

ayant besoin de soins maternels et paternels

comme d'amour inconditionnel.

 

Je est un Autre.

Et je suis cet autre.

Et toi, le ou la fasciste,

tu peux inventer ce que tu veux

comme loi ou règle raciste.

Tu seras à jamais

que l'ombre de ton enfance

et la mort de ton âme.

 

 

12/10/2018

L'Enfant Noix de l'Aquarius

 

Il a quitté l'Afrique

sur une coquille de noix.

Il a quitté ses parents,

ses frères, ses soeurs,

ses amis.

 

Il a tout quitté

pour espérer encore

de cette vie

avant la mort.

Il a laissé ses amours,

sa terre natale,

sa vie,

pour une nouvelle vie.

Ailleurs, bien ailleurs.

Un autre continent,

d'autres gens,

d'autres cultures,

d'autres façons d'aimer,

d'autres légendes,

rien d'autre que cette soif

d'apprendre

encore et encore

de l'existence

pour grandir en amour.

 

Mais personne ne l'attend.

Mais personne ne l'entend.

Mais personne pour lui dire

"je te désire"

Mais personne.

 

C'est un gitan, un damné,

un poète maudit,

un garçon taudis, interdit,

un garçon étourdi

par la trop longue nuit

sur sa coquille de noix

qui roule et tangue sur la mer

pour un funeste destin.

 

Et puis dans un rêve

durant le naufrage attendu,

et puis dans un rêve

juste avant la noyade suspendue,

il y a ce "je" et ce "nous"

sortis de nulle part

qui le désirent et le sauvent

de la mort,

ce "je" et ce "nous" qui lui disent

"Monte à notre bord, mon garçon,

ma fille, mon frère, ma soeur.

Tu es maintenant des nôtres."

 

Et l'Enfant Noix

condamné à la sanction suprême,

squelette de l'Océan

abandonné de tous,

disparition anecdotique

sans cimetière

ni bénédiction divine,

une famille en deuil

hurlant sa douleur

dans ce silence de plomb.

Et l'Enfant Noix,

comme un déchirement,

comme un accouchement,

revient à la vie et au monde

dans un cri

et monte comme une résurrection

à bord de l'Aquarius.

 

Sauver un seul être au monde

c'est sauver l'Humanité entière.

 

Jean-Marie Gumy

Pachakmac

 

dédié à l'Aquarius, son équipage, ses passagers

et passagères provisoires

dans l'espoir qu'il puisse parcourir encore et encore

la Méditerranée à la recherche d'enfants noix.

 

 

Miami

 

La nuit à Miami

a mis plusieurs jours à pleurer.

Amy Whinehouse

prenait encore la pause

avant de s'en aller

dans son overdose.

 

La nuit à Miami

a mis plusieurs jours à pleurer.

Dans le penthouse,

des filles, genre érotique,

faisaient amies-amis

de façon étrange,

change contre échange,

avec les anges,

avant de monter à l'étage

accompagnées de garçons gelés

par le tarif.

 

La nuit à Miami

a posé la lune sur tes dunes.

J'ai marché dans le sable,

j'avais soif et j'avais faim,

je regardais tout autour

ton amour face à face

monté sur mon visage

au coin de ce bar sans visage.

Tes yeux ne me rendaient pas aveugle,

ils me rendaient à la lumière.

Tes yeux ne me disaient pas

que tout devrait finir le jour d'après,

une fois la nuit à baiser

une fille accroc anonyme,

une fille écorchée

tombée dans l'abyme,

nue sur le lit acronyme,

mise à vif par mon canif.

 

Tes yeux m'indiquaient le chemin

des étoiles et de la vie,

le bonheur pour toujours,

et j'y croyais

comme un enfant

qui avait tant besoin d'amour.

 

La nuit à Miami

c'était maintenant et ici.

Et si jamais tout devait s'arrêter

entre toi et moi,

que l'overdose fatale

du temps amoureux

prenait le dessus

sur nos tendresses éternelles,

que tu me laissais sans étincelles

parmi la mort et la détresse,

je resterais alors ton ami

abandonné à Miami,

ami-amie,

seul avec sa momie

au fond d'un tombeau,

au fond d'une cathédrale,

bandant ton corps et ton coeur

de bandelettes d'or,

à t'attendre,

encore et encore,

dans notre espace sidéral

avant de craquer l'allumette

au fond de notre pyramide.

 

2017-08-13 00.12.088888883.png

11/10/2018

S.O-S. des fonds et un pavillon pour l'Aquarius

 

L'emblème du sauvetage des migrants et migrantes en Méditerranée est en train de sombrer corps et âmes.

L'armateur ne peut se permettre financièrement un enregistrement du bateau en Suisse et racheter la part des autres propriétaires du navire au nombre de 4 au total.

D'autre part, aucun pays maritime n'offre la nationalité au navire qui se retrouve donc à quai à Marseille comme un migrant clandestin qui a perdu le droit d'exister et de naviguer...

C'est un S.O.S. d'un simple Terrien à ce monde déshumanisé.

Si personne ne prend l'initiative de venir au secours du navire; si la Confédération se terre dans son silence coupable; si nous tous laissons tomber et mourir l'Aquarius et son équipage qui porte secours à des personnes et des enfants en danger de mort, c'est nous tous et toutes qui coulons corps et âmes et offrons au nihilisme et au cynisme son triomphe funeste.

NOUS DEVONS SAUVER L'AQUARIUS. SINON QUI CROIRA ENCORE QUE LA SUISSE EST LE PAYS ET LA PATRIE DE L'HUMANITÉ ET PAS SEULEMENT CELUI DU FRIC?

QUI ORGANISE TOUT DE SUITE LA COLLECTE DE FONDS? QUI AU CONSEIL FÉDÉRAL SE MOUILLE? MADAME DORIS LEUTHARD, UNE DERNIÈRE VICTOIRE HARD ROCK AVANT VOTRE DÉPART?

 https://www.letemps.ch/suisse/laquarius-suisse-couts-sera...

20180925_225442.jpg

L'AQUARIUS ET SES PASSAGERS ATTENDENT

UN PAVILLON ET DES FONDS

 

20181008_161253.jpg

 

20180925_2254200.jpg

 

09/10/2018

Les yeux du poète après l'amour

As-tu déjà vu

les yeux d'un poète

après l'amour,

Mylène?

As-tu souvent

les yeux de Chimène

pour celui ou celle

qui va et vient

et ne revit

que pour l'amour

entre deux voyages?

 

C'était cet après-midi

après l'amour.

 

 

20181008_1612533.jpg

 

20181008_1610500.jpg

 

20181008_16125333.jpg

 

20181008_16105000.jpg

 

20181008_161050000.jpg

 

20181008_1610500000.jpg

 

20181008_161050000.jpg