05/12/2018

Macron-Néron: des gilets jaunes-bruns et des gilets jaunes-rouges

Toutes et tous en gilets jaunes! Mais si à la fin c'est la République qui est cocue et la dictature fasciste qui prend le pouvoir, ce sera encore pire que jamais.

Du calme, du calme, et encore du calme comme dans un poème baudelairien. Rien ne sert de mettre Paris à feu et à sang, d'envoyer Brigitte et Emmanuel à la guillotine, si les gilets jaunes s'opposent aux extrêmes par leurs différences d'opinion irréconciliables. La Révolution du peuple, la démocratie, ce n'est pas une autre dictature que celle du fric qui prend le pouvoir et condamne au bâillon, à l'enfermement, à la mort, celles et ceux qui pensent autrement.

Il n'y a pas de cohérence dans ce combat populaire et encore moins de chefs légitimés. Il y a trop de chefs populistes qui se comporteront comme des dictateurs et des fascistes en cas de prise de pouvoir. Il n'y a aucune garantie de lendemains qui chantent mais plus sûrement des pauvres qui déchanteront encore et une France déchirée, militaire, en mille lambeaux.

Ce n'est pas un nouveau Mai 68, fleur bleue au fusil et baba cool, mais plutôt l'An 68 quand Néron vit sa dernière année de règne avant sa condamnation à mort par le Sénat romain et la fin actuelle du Circus Maximus de cette Vème République qui n'en peut plus d'agoniser.

Il faut que les institutions changent et non que le chaos s'installe partout. Il faut d'autres visions, d'autres visages, d'autres femmes et d'autres hommes qui savent nager dans la complexité multiculturelle de notre monde global.

Je suis solidaire avec les gilets jaunes mais solitaire dans mon opinion personnelle sur ce mouvement qui a enclenché la fin définitive de la Vème République. Je ne suis pas solidaire envers des attitudes suicidaires et injustes qui vont encore pénaliser les plus faibles et les plus démunis et qui vont surtout provoquer plus de haine et des morts autant du côté des gilets jaunes que du côté des forces de l'ordre.

Faire la Révolution mais la jouer comme Gandhi en bloquant les rues, avec des sitting monstres qui provoqueront la chute du Gouvernement, et finalement enclencher enfin la VIème République. 

Alors nous pourrons toutes et tous danser avec notre ami Kopp Johnson et faire une vraie fête de la fraternité et de la solidarité. La Révolution est mondiale, pas seulement française. Ne pas l'oublier est une exigence fondamentale.

Un cassage de nuque de cette Présidence Macron...C'est Kopp le bourreau en chef, et ça fait tellement de bien au coeur.

 

La Giletjaunaise remplacera la Marseillaise...

Un giga pied de nez

aux Zemmour et autres troubadours

fascinés et obsédés par le discours

du grand remplacement.

Un Black donne l'hymne et l'ambiance

aux gilets jaunes.

Ben ouais. Un Black, Français

ou en passe de le devenir.

Un Black qui a peut-être

fait le voyage en naufragé

sur la Méditerranée.

 

Un Black qui s'unit aux gilets jaunes

pour faire la Dance Revolution.

Un Black qui ne porte pas

la carapace des robocops,

ni ne porte d'armes

autres que ses larmes de joie;

un Black qui porte sa révolte

sur un dancefloor,

partout dans la rue,

dans tous les lycées,

les entreprises, les bureaux,

de France et de Navarre.

 

OK. Une chanson ne fera jamais une révolution.

Mais si la Marseillaise tragique est remplacée

par la Giletjaunaise magique

dans le coeur sacré

de la Javanaise française

ça va peut-être faire  craquer

l'ambiance de plomb

et l'essence dramatique de meurtre

et de guillotine

qui règnent sur tout le pays.

 

Giletjaunaise

je te kiffe.

Et tant pis si c'est tellement dérisoire,

ridicule, et archi-faux

d'imaginer que l'Histoire de France

pourrait encore changer en mieux

grâce à une chanson de dancefloor

créer par un migrant

débarquant du Continent africain.