03/01/2019

La terrible déchéance présidentielle d'Emmanuel Macron

Des Gilets Jaunes non-violents mutilés à vie dont les grands médias parlent trop peu; d'autres embastillées alors qu'ils ne commettent rien de répréhensible aux yeux de la loi démocratique qui autorise la libre circulation des personnes et des idées (ce soir, à Paris, Eric Drouet et plusieurs Gilets Jaunes...sans gilets jaunes mais Gilets Jaunes de coeur et d'esprit à 100%); d'autres, enfin, censurés au pays de la liberté d'expression sur les réseaux sociaux par la police du web au service du gouvernement Macron...

C'en est totalement trop pour un gouvernement qui se prétend démocratique! La France n'est plus une République respectable sous les règnes successifs de leurs derniers présidents élus démocratiquement par un peuple trop gentil, trop niais, ou alors tout simplement trop complaisant avec les "affaires gravissimes" de leurs représentants (je ne cite personne tellement il y a de politiciens touchés par les affaires).

Une République démocratique respectable est une République qui respecte la douleur et les souffrances du vrai peuple refusant de se soumettre plus longtemps à un ordre oligarchique d'une clique de milliardaires fascisants qui adorent tirer les ficelles d'un pouvoir politique corrompu et de plus en plus insensible aux multiples drames populaires. Les gens n'en peuvent plus de leur soumission et de leur esclavage.

Si Macron cède à la panique générale, ce soir, c'est qu'il a reçu des ordres des "parrains" qui l'ont propulsé sur la scène publique pour qu'il devienne leur cheval de course à la présidentielle. Si Macron est en train de devenir le "tyran" honni de la République française c'est qu'il a un pistolet sur la tempe dirigé par ceux qui lui disent: "Tu réprimes encore plus ce mouvement révolutionnaire (jusqu'à balles réelles tirées sur la foule?) sinon on te lâche aux fauves (les Gilets Jaunes) et on ne pourra alors plus rien pour toi".

Si Emmanuel Macron n'a pas le courage de présenter sa démission en tout honneur, il risque alors le lynchage politique, voir un acte d'une extrême violence de la part d'un peuple qui devra désormais compter ses nombreux morts, ses centaines de mutilés, ses milliers d'embastillés politiques.

Monsieur le Président, votre honneur est bien plus important que ce que les milliardaires vous disent de faire sous la menace d'un pistolet sur la tempe. Ils sont stupides et cupides. Ils ne savent même pas l'horreur qu'ils sont en train de déclencher pour sauvegarder leur pouvoir de prétentieux et de "précieuses" personnalités.

Démissionnez, Monsieur le Président, démissionnez avant qu'il ne soit trop tard pour vous. Aucune mort n'est présentable devant la justice des femmes et des hommes; aucun avilissement supplémentaire de la République française est admissible dans ce contexte hyper dramatique créé par vous-même. Vous n'êtes vraiment pas l'homme de la situation. Vous n'êtes pas l'homme révolutionnaire et le président visionnaire que vous défendiez dans votre bouquin "Révolution". Vous êtes juste un pantin au service des milliardaires, des banques, et de la finance internationale.

Le néolibéralisme a déjà perdu face à la Révolution. Il a perdu parce qu'aucune loi de la jungle, la loi prédatrice et égoïste du prédateur, la loi du dominant sur le dominé n'est acceptable en démocratie. Nous sommes tous égaux. C'est ainsi que l'ont voulu les mères et les pères de la Révolution française, la Révolution des Lumières. Ce ne sont pas des idées vieillottes et dépassées. Ce sont des idées vives et actives qui ont révolutionné la façon de vivre en liberté et en démocratie. Et ces idées évoluent avec les siècles dans les démocraties modernes qui se respectent encore.

La France connaît, sous votre règne et celui de vos prédécesseurs, une grande déchéance républicaine. 

Il est grand temps de tirer votre révérence et de faire place à une VIème République avec des femmes et des hommes qui défendent une authentique démocratie participative et citoyenne loin du carcan de la loi du fric et du chantage des milliardaires qui détiennent la quasi totalité de la presse écrite et télévisuelle.

Sinon, la France risque bien d'être mise non seulement à feu par cette Révolution naissante mais aussi à sang par l'inacceptable répression de vos CRS robotisés et soumis à vos ordres. Et cela serait bien entendu de votre faute personnelle à force de vous être laissé fourvoyer dans vos choix politiques et d'avoir accepté, par ambition strictement personnelle, d'être propulsé le candidat présidentiel miraculeusement choisi par des gens qui vous prenaient déjà pour leur pion, leur enfant prodige, afin de garder leur pouvoir financier gigantesque.

Cet avertissement est celui d'un être humain qui désire le triomphe de la Révolution mais pas votre mort et votre déshonneur. Donc prenez-le comme un acte de compassion et de fraternité envers vous.

Méditez sur ce petit texte d'un révolutionnaire, Monsieur le Président. Et prenez la seule décision sage et honnête que vous pouvez, que vous devez, prendre avant qu'il ne soit trop tard et qu'un drame effroyable hante la mémoire des Françaises et des Français.

Jean-Marie Gumy, citoyen suisse mais aussi très proche de la France par culture et par liens familiaux de trois de mes enfants...étant tombés amoureux-amoureuses de citoyens-enne français et française...

 

Les paroles, à la fin de la chanson, Monsieur le Président:

Be, be, 'fore we came to this country
Avant que nous venions dans ce pays
We were kings and queens, never porch monkeys
Nous étions des rois et des reines, jamais des singes
It was empires in Africa called Kush
Il y avaient des empires en Afrique appelés Kush
Timbuktu, where every race came to get books
Timbuktu, où tout le monde court pour avoir des livres
To learn from black teachers who taught Greeks and Romans
Pour apprendre des enseignants noirs qui ont enseigné aux Grecs et aux Romains
Asian Arabs and gave them gold when
Des asiatiques, des arabes à qui ils ont donnés de l'or
Gold was converted to money it all changed
De l'or a été converti en argent et que ça a tout changé
Money then became empowerment for Europeans
L'argent, est alors devenu habilitation pour les européens
The Persian military invaded
Les militaires Perses ont envahi
They learned about the gold, the teachings and everything sacred
Ils ont appris au sujet de l'or, l'enseignements et tout ce qui est sacré
Africa was almost robbed naked
L'Afrique s'est aussitôt retrouvée presque nue, volée
Slavery was money, so they began making slave ships
L'esclavage était de l'argent, alors ils ont commencés à faire des bateaux d'esclaves
Egypt was the place that Alexander the Great went
L'Egypte était l'endroit où Alexandre le Grand est allé
He was so shocked at the mountains with black faces
Il a été choqué de voir des montagnes de visages noirs
Shot up they nose to impose what basically
Son flair à rapidement augmenté pour imposer ce qui va fondamentalement
Still goes on today, you see ?
Continuer aujourd'hui, vous voyez ?
If the truth is told, the youth can grow
Si la vérité est dite, les jeunes peuvent grandir
They learn to survive until they gain control
Ils apprennent à survivre jusqu'à ce qu'ils gagnent le contrôle
Nobody says you have to be gangstas, hoes
Personne ne dit que vous devez devenir des gangsters, des putes
Read more learn more, change the globe
Lisez plus, apprenez plus, changez le globe
Ghetto children, do your thing
Enfants du ghetto, faites votre truc
Hold your head up, little man, you're a king
Gardez la tête haute, petits hommes, vous êtes des rois
Young Prince thats when you get your wedding ring
De jeunes princes qui lorsqu'ils obtiennent leur alliance de mariage
Your man is saying She's my queen
Votre homme dit : C'est ma reine

[Chorus]
[Refrain]

Save the music y'all, save the music y'all
Sauvez la musique, sauvez la musique,
Save the music y'all, save the music y'all
Sauvez la musique, sauvez le musique,
Save the music
Sauvez la musique


En savoir plus sur https://www.lacoccinelle.net/243773.html#Qyp1ALKZBzS542m1.99

Les commentaires sont fermés.