03/01/2019

"La République, ce n'est pas l'anarchie"

"La République, ce n'est pas l'anarchie" a déclaré le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, sur Cnews.

Cet homme n'a que partiellement raison car l'anarchie demeure à jamais un idéal parfait. Il aurait du rajouter à ce très court jugement ceci:

...mais une République française soumise à l'ordre le plus vulgaire et scandaleux ainsi qu'à la répression arbitraire et imbécile d'une caste supérieure n'est alors plus la République démocratique et elle a grandement besoin du secours de l'anarchie pour renouveler ses fondements et son idéal républicain.

L'anarchie est l'exacte opposée de la dictature. L'anarchie ne prône aucun rapport de force mais exige une égalité juste et honnête entre tous les êtres humains. L'anarchie est un idéal jamais atteint en démocratie parce que, qu'on le veuille ou non, le pouvoir est toujours sujet aux abus d'autorité, à l'arbitraire, aux injustices, voir à la domination indécente et extrême d'une classe sociale sur les autres classes sociales. Ce qui se passe exactement en France depuis de très longues années. 

L'anarchie n'exige jamais rien. Elle donne tout à son idéal. L'anarchie, pour ce qui me concerne, ne tue pas, ne casse pas les boutiques des petits commerçants, ne torture jamais les consciences et ne violente personne pour ses idées réactionnaires. Elle ne fait juste que donner son avis libertaire sur l'univers carcéral que se crée les êtres humains autour d'eux pour se créer leurs petites places au soleil. L'anarchie tente la liberté la plus radicale et la plus solitaire. Elle est fidèle à l'amour mais pas à la trahison. Elle est fidèle à l'amitié des peuples mais protège aussi les siens contre l'avilissement et l'envahissement d'idées totalitaires venues d'ici et d'ailleurs. L'anarchie est un poème. L'anarchie est un ode à l'humanité bienveillante.

Mais l'anarchie a aussi ses zones d'ombre et ses rebelles cagoulés et vêtus tout en noir qui détruisent l'ancien régime de façon physique et délibérée. Mais l'anarchie fait aussi peur à chaque fois qu'elle se dirige vers un pouvoir fasciste qui oblige et impose SA vérité si elle parvient au pouvoir après avoir versé le sang des coupables, voir des innocents. Ce qui n'est alors plus l'anarchie mais le commencement de la dictature et la fin de la liberté. C'est alors la fin de l'anarchie chérie et le début d'un nouvel enfermement et d'un autre enfer pas meilleur que le précédent, voir pire encore.

Amies et amis gilets jaunes, vivez sans dieu imposé ni maître autorisé à abuser de vous mais restez solidaires les uns des autres. Nous arriverons alors à changer l'Etat néolibéral actuel en nouvelle démocratie plus apte à gérer les problèmes de Civilisation dans le respect de tous et de toutes.

Je suis votre ami de très longue date et, pour certains et certaines d'entre vous, vous n'étiez pas encore né-e-s quand j'ai commencé à me révolter contre l'Etat néolibéral, le laisser-faire City tant chéri des maîtres du monde actuel.

L'anarchie est, selon ma vision poétique, une femme libre qui donne son amour au monde sans jamais enfermer personne dans son amour.

C'est ma définition la plus exacte de l'anarchie.

 

Les commentaires sont fermés.