15/01/2019

Aboyer, gémir, cajoler, ne pas mordre, sauf en dernier recours

Gilbert Cesbron a écrit un roman à succès dans les années 50. Ce roman parle des enfants qui commettent des délits et qui vont être protégés par des gens qui veulent leur réussite et leur réinsertion dans la société.

Ce livre s'appelle "Chiens perdus sans collier" et il a connu un grand succès.

Les Gilets Jaunes ne sont pas des gamins mais ils et elles ont su garder leur âme d'enfant qui désire une belle vie mais aussi une belle société, un entourage qui leur permet de s'exprimer et d'aimer le monde, les gens. Les Gilets Jaunes sont des post-punks qui sentent la Terre et notre Civilisation en grand danger de disparaître dans une catastrophe finale entraînée dans sa chute apocalyptique à cause des inconséquences et la rapacité des politiques mondiales actuelles et le tout à la consommation outrancière. C'est en quelque sorte, et en vrai, la lutte finale pour le sauvetage de leur propre existence mais surtout (il y a beaucoup de personnes de 50 ans et plus dans les manifs) pour l'existence de leurs enfants et leurs petits enfants méprisés pris pour des enfants de salauds, des enfants de rien, des enfants de Ferré, Brel, et Brassens (qui auraient tous été Gilet Jaune avec la Piaf, la Marlène et tant d'autres, j'en suis convaincu).

Les Gilets Jaunes sont des Saint-Bernard mais aussi des bergers allemands (pas de ceux dressés par les SS nazis pour tuer les gens) qui gardent la maison et sauvent de l'avalanche Macron-Medef-Mafieux, le MMM, les victimes blessés par les armes des CRS ou pris dans des bousculades de panique devant l'assaut des même CRS et des gaz La Crime. Parfois ce sont encore des Boxers qui agissent à visages découverts et à mains nues pour venger de la violence policière mais cela sans vouloir la mort et regrettant aussitôt d'avoir blessé un homme, un frère humain pourtant, un ennemi, qui lui, tape et tape et tape encore sur son propre peuple pour le ramener, docile et vaincu, à la niche.

Les Gilets Jaunes savent ce qu'ils veulent obtenir: de la vraie démocratie, la fin des privilèges mirobolants que s'octroient les super riches, la reconnaissance sociale de tout un chacun et chacune, la valeur des petits lutteurs et lutteuses du quotidien comme des champions et des championnes hors catégorie, artistes et sportifs à succès, sans pour autant que nos super héros, champions-championnes, chanteurs-chanteuses, acteurs-actrices continuent, par la violence du star-système (baiser obligatoire pour les femmes, pattes-blanches et neutralité politique des champions sinon on balance sans ménagement les stars femmes et les hommes rebelles hors du système du profit (bankable). La peur et l'omerta règnent aussi chez nos personnages admirés (ToMe et BalanceTonPorc ont commencé un processus du changement radical des comportements et aidé à la libération de la parole).

Que gagnaient Juste Fontaine dans les années 50 et le roi Pelé dans les années 60-70? L'équivalant de 5, 10 smic? Même pas? Qu'ont-ils du faire après leur carrière prodigieuse? Revenir à la vie civile normale comme tout le monde en travaillant encore. C'est comme cela que devrait être encore le système. Gagner bien sa vie durant le temps où on est champion d'une discipline, oui. Mais sans plus. Pareil pour les patrons d'entreprises et les cadres. Tout le monde admet une différence de salaire suivant les responsabilités des personnes. Mais les Gilets Jaunes n'acceptent plus celles et ceux qui se gavent et qui n'ont parfois même pas les compétences requises pour le poste (gouvernement Philippe, vous vous trouvez compétent?). Perso, j'ai rebaptisé ce Gouvernement le Gouvernement Nabilla, #NonMaisAlloQuoi non parce que je n'aime pas Nabilla, bien au contraire, mais parce qu'une star issue de la télé-réalité comme elle pourrait très bien faire l'affaire pour diriger le Ministère Benalla, pardon, le Ministère du Fric et du Flic en répétant jour après jour et nuit après nuit, tel un mantra: "T'es un Gilet Jaune et t'as pas de pognon?! Mais allô quoi!"

Je sais que Macron pense que je fais partie de la foule haineuse et envieuse. Mais je crois qu'en ce moment l'haineux et le jaloux c'est lui. Haineux parce qu'on lui met tous et toutes la tête dans sa propre merde et jaloux parce que le pouvoir c'est nous et plus lui.

Enfin, voilà les Gilets Jaunes. L'acte X arrive et ne cédons pas. Notre Révolution, désolé Luc Ferry, nous ne sommes pas des intellos haut-de-gauche comme en 68 et je sais que votre mépris nous considère comme de la piétaille populiste, mais nous sommes en train de faire beaucoup mieux que les Maoïstes de 68 qui félicitaient le génocide de leur maître et saigneur Mao. Nous sommes juste en train de casser le cycle infernal et fatal du fascisme qui monte partout en Europe et dans le monde. Et oui, nous faisons tous et toutes du Victor Hugo, nous les Misérables éduqués qui avons occupé les bancs d'école et avons un ou plusieurs métiers validés et opérationnels.

Donc fermez-là pour une fois, vous la grosse blague du moment parce que je suis certain que si Coluche était encore en vie il nous balancerait un de ses sketchs qui tuent autour de vos propos ignobles. Et cela ferait bien rire la France entière. Hélas y'en a pas un, ah si la Bajon devrait tourner une de ses vidéos dont elle a le secret, pour vous donner un immense coup de poing dans la gueule, vous le Précieux et le Prétentieux qu'on invite encore sur les Médias et que, sans aucune honte, sans aucune décence, vous osez fréquenter encore quelques jours après vos propos qui appellent au meurtre et à l'assassinat une partie de ce peuple français. Méchant "Maoïste" que vous êtes devenu, chien méchant et dangereux mal éduqué dans le luxe et la luxure qui envoie à la mort et au goulag vos soeurs et vos frères de la France "enragés" par ce système injuste et injustifiable.

Un dernier mot adressé à Eric Drouet: "La France en Colère!!!" appartient à la liberté d'expression des gens. Vous n'êtes pas responsable des innombrables post écrits qui viennent remplir la page Facebook. Tout le monde porte le poids de sa propre liberté et de sa propre responsabilité. Personne ne peut vous juger sur les agissements d'un citoyen, d'une citoyenne qui fréquente la page. Les administrateurs ne peuvent pas tout filtrés et la censure est mauvaise conseillère parce qu'arbitraire et en plus vous n'êtes pas des juges professionnels de la nation pour dire ce qui peut être dit et pas dit sur la page. Donc oui, il y a des propos antisémites, diffamatoires, racistes, haineux, sur la page. Mais non, vous en n'êtes pas le responsable attitré parce que vous-même n'appeler ni à la haine, ni à la violence ni même à la...révolution et la destitution de Macron. Courage pour votre prochain jugement. Vous serez bien défendu et vous aurez tous et toutes les Gilets Jaunes avec vous.

Un tube pour réveiller les gens qui dorment encore et réjouir "Les Foules Haineuses", maintenant:

  

Les commentaires sont fermés.