16/01/2019

Travail, effort, respect...et les samedis... gaz, matraque, flashball

Les Français-e-s ont le sens de l'effort social et politique. Les Français-e-s ont le sens de l'Histoire et de la République. Les Français-e-s ont le sens du travail et du devoir de se prendre en main. Et les Français-e-s ont aussi le sens du respect...sauf quand on leur manque de respect, qu'on les bafoue dans leurs droits de défendre une vie digne, qu'on leur tire dessus à bout portant et que le Ministre des forces de gendarmerie ose dire sans vergogne que la police n'attaque pas gratis et ne provoque aucune blessure chez les Gilets Jaunes sans avoir subi des agressions graves de leur part...

Peut-on considérer quelques canettes et bouteilles en verre remplies de bière tombant du ciel comme agression grave des forces de l'ordre alors même que ces forces de l'ordre sont équipées pour éviter toute blessure d'un petit projectile en aluminium ou en verre leur arrivant dessus? Peut-on prétendre ne pas être l'agresseur quand, d'un espace de 100 mètres entre manifestants et forces de police, ordre est demandé de rétrécir la distance puis de charger sur la foule à l'écrasante majorité pacifiste et dont seuls quelques éléments dissimulés dans la foule balancent leur bière qui retombe, par ailleurs, bien avant d'atteindre ne serait-ce que le début d'un casque policier. Les seules victimes potentiels de ces tirs de projectiles étant des journalistes...et autres Gilets Jaunes filmant la scène... Et peut-on même justifier d'une attaque policière pour disperser la foule durant une manifestation autorisée jusqu'à 17 heures par l'Etat alors et qu'il est alors environ 16 heures?

C'est pourtant bien ce qui s'est passé dans la réalité des faits place de l'Etoile à Paris ce dernier samedi lors de l'acte IX des Gilets Jaunes avec un blessé à la tête chez les manifestants.

Hors c'est un mensonge éhonté qu'a proféré le Ministre Castaner devant les médias ne serait-ce que pour cette scène de l'Etoile. Hors rien n'est plus grave pour un pays quand un Ministre ment comme il respire alors que ce même pays est au bord d'une guerre civile. IL voudrait amplifier la violence et la terreur qu'un tyran ne s'y prendrait pas autrement pour mentir devant les médias afin de pouvoir mieux assassiner le peuple qui se sent de plus en plus méprisé et maltraité.

Monsieur Castaner, vous aussi devez démissionner de vos fonctions. Ce Gouvernement n'a plus de légitimité à mes yeux (j'ai heureusement encore les deux pour voir la réalité du terrain et pas la réalité donnée à travers les médias) ainsi qu'aux yeux de nombreuses autres personnes qui ne supportent plus l'arrogance du Macronisme, un système mis en place pour sauver les intérêts des plus puissants de ce monde au détriment du petit peuple qui souffre et qui n'en peut plus de souffrir et de supporter d'être relégué au rang d'agitateur et d'agitatrice, et pourquoi pas même de terroriste vu la façon dont la police les agresse lors des manifestations populaires alors qu'il ne fait que crier sa colère et sa douleur d'être, ce petit peuple, l'oublié de l'Histoire de France au profit des grands prédateurs volant la force de travail d'êtres humains démunis devant cette spoliation radicale par les très riches et très puissants parrains de ce même gouvernement.

C'est pourtant tellement simple de comprendre qu'un travailleur, qu'une travailleuse ne peut vivre dignement avec 300 euros disponibles par mois, soit 10 euros par jour pour se nourrir, se vêtir, se soigner quotidiennement, se divertir et offrir un peu de bonheur à leurs enfants et leurs proches.

Cela ne s'appelle plus travailler pour avoir une vie stable et honorable. Cela s'appelle se faire exploiter comme un esclave au service d'un négrier et crever dans la misère, le désespoir de n'être jamais écouté et entendu, la solitude, et le silence absolu des politiques et des médias qui prônent l'argent roi en donnant une image d'eux-mêmes trop belle et désirable à travers un miroir indécent, d'une grande laideur morale et républicaine, de luxe et de volupté à ce petit peuple affamé à qui l'on demande de travailler dur, d'avoir le sens de l'effort parce qu'il travaille trop mal (Merci Macron), et qu'il respecte la République française alors que les fabricants (trafiquants de rêves et de mensonges) actuel de cette Vème République n'ont aucun respect pour les gens de peu, les gens de rien, le petit peuple en jaune qui reçoit tous les samedis des gaz La Crime, des coups de matraque, et des tirs de flashball faisant des blessés et même une morte (on attend la suite du film d'horreur pour savoir jusqu'où ira cette descente aux enfers du petit peuple de France).

Macron, démission!

Déconne pas Manu

Allez. Déconne pas Manu. Un Benalla de perdu c'est 10 CRS qui reviennent encore taper dans la rue. Pleurs pas comme une gonzesse quand tu demandes aux pauvres de faire bien parce qu'ils font mal et qu'ils se révoltent contre leurs conditions minables d'existence au lieu de se soumettre aux diktat des très riches.

Allez. Déconne pas Manu. Tu vas pas t'ouvrir les veines parce qu'une gilet jaune de 80 berges est décédée, que deux sont dans le coma, 13 qui ont perdu un oeil, et que des centaines d'autres sont gravement touchés dans leurs chairs et dans leur âme de citoyen, citoyenne, qu'ils et elles se sentent comme des chiennes et des chiens qui doivent retourner à la niche en silence et sans rien obtenir malgré l'horreur sociale et leur sacrifice.

Allez. Déconne pas Manu. Némo t'attend à la maison et même s'il a décidé de te pisser dessus au coin de la cheminée devant les caméras du monde entier pour prouver à tout le monde que tu joues bien trop mal ton rôle de Président des Français, il reste un brave toutou calme qui, au fond, fait bien les choses pour ta présidence et t'aime avec beaucoup de compassion parce que ta Brigitte le cajole d'une main royale et le nourrit aux petits soins bien qu'il soit un putain d'ex SDF que tu as sauvé de l'abandon et de la rue. 

Allez. Déconne pas Manu. C'est l'heure du choix et de retourner te branler avec ta bande de potes du Medef avant qu'il ne soit vraiment trop tard et que la France crame entièrement dans une guerre civile. Tu ne peux plus être l'amant en chef de la République car elle t'a fait cocue avec le peuple. Et pour toujours. Retourne d'où tu viens avec tes poteaux d'En Marche. Retourne chez Rothschild. Là-bas, ils t'attendent tous pour assurer ta défense contre les salauds de pauvres qui porteront plainte contre toi pour meurtres, tentatives de meurtre, coups et blessures graves volontaires afin de semer davantage de peur et de haine parmi le peuple dans le but de diviser encore plus la population française et de soumettre à jamais les gens à ta loi, à la loi dictée par les milliardaires qui veulent des esclaves et non des citoyens et des citoyennes.