20/01/2019

Emmanuel Macron, la Prétention du Christ

Mon Royaume n'est pas de votre Monde...mais je veux vous aider à y accéder, j'ai été élu pour ça, vous les citoyennes et citoyens qui aller étudier, travailler, obtenir des diplômes et surtout vous adapter aux pratiques évangéliques de notre secte richissime...

Mon Royaume n'est pas accessibles à toutes et à tous mais tous et toutes vous êtes convié-e-s à rentrer en compétition pour devenir les meilleur-e-s et parmi nous, flamboyants maîtres de l'Univers, l'élite qui saura conduire et soumettre à la cravache celles et ceux qui resteront, parce que trop humbles, parce que trop peu intelligent-e-s ou trop paresseux, trop paresseuses, ou alors tout simplement hérétiques à notre bible éternelle du milliardaire, notre vivier de ressources humaines, nos esclaves sous contrats temporaires ou durables, nos exploitables corvéables à merci.

La Lettre aux Macroniens, l'Épître de Saint Emmanuel, le Nouveau Testament devant les Maires de France. Les Gilets Jaunes n'en peuvent plus de porter la croix, le fardeau des condamnés, des proscrits, des miséreux. Le nouveau Messie s'écoute parler la langue des tyranosaures, cette langue glacial de saurien, ces paroles qui ont du sang et de la sueur du peuple sur les mains, des paroles sans coeur et sans âme qui s'adressent exclusivement aux bienheureux petits cerveaux reptiliens qui retiendront la leçon et deviendront des femmes et des hommes indifférents aux souffrances des sots rien, ces invisibles mais tellement nécessaires à la bonne marche du Royaume, qui revendiquent et prônent la Révolution et le changement de Cap, ces sots rien qui marchent dans les rues, bloquent ronds-points et routes et avancent sans messie, sans aucun chef, redoutant comme la peste une nouvelle arnaque et une énième trahison, un dernier traumatisme qui achèvera leurs esprits naïfs de croire encore à la possibilité d'un monde démocratique. 

Emmanuel Macron fait ses sermons assis sur une montagne de fric, ce qui le rassure et ne le fait jamais douté de sa stratégie et le bien fondé de sa mégalomanie présidentielle. Son Royaume ne sera jamais ouvert à celles et ceux qui contestent sa ligne de coke présidentielle mais exclusivement à celles et ceux de ses gouverné-e-s fidèles shooté-e-s à cette poudre de perlimpinpin au pouvoir décuplé, ses apôtres de la bonne nouvelle sans peur et sans reproche qui aspirent ou connaissent déjà le paradis et la félicité des riches.

Emmanuel Macron écoute le peuple qui s'accroche à lui comme à une bouée de sauvetage dans un monde qui coule à pic, et demande aux futurs bienheureux et bienheureuses qui embarqueront sur son paquebot magique prêt à affronter l'iceberg final, de tout dire de leurs problèmes, de leurs difficultés, et à la fin il retiendra celles et ceux qui lui plairont et plairont surtout à son petit cercle d'initiés et d'initiées de la haute voltige financière qui auront détectés les plus aptes à profiter et à faire fructifier les fruits du Royaume en lévitation.

Emmanuel ne cédera en rien. Emmanuel ne parle et ne s'adresse pas à celles et ceux qui ne rentreront pas dans son cercle magique. Il prône son évangile à celles et ceux qui voteront encore pour lui et les gens d'En Marche. Emmanuel dirige et il s'appelle Jupiter, Roi et Empereur. Il divise le nombre et ne retient dans sa lumière que les bons éléments prêts à tout donner pour vivre au Royaume des Euros.

Gilets Jaunes, Acte XI

 

Commentaires

Brillant témoignage d'un policier qui mérite d'être diffusé largement.
https://www.youtube.com/watch?v=S5CZkNZq7VE&feature=youtu.be

Écrit par : Pierre Jenni | 20/01/2019

Mon royaume n'est pas de ce monde… on ne sait pas pourquoi on ne cherche pas à comprendre par "hypothèses" les ressentis de celui qui est présenté un "Jésus comme composé de plusieurs hommes" tel celui qui dit à Pierre pêcheur de poissons qu'il le fera pêcheur d'hommes (la pêche quand cela "prend" ou "mord" est une bonne affaire pour le pêcheur, certes, mais pas pour le poisson pris au piège d'une manière ou d'une autre. Ainsi Jésus serait un miroir tendu aux charlatans. Autre hypothèse, toujours: s'approchant d'un figuier ne portant pas de figues quand il n'est pas la saison qu'il en porte… Jésus voit-il de plus près ce que des témoins plus éloignés ne remarquent pas: le figuier est malade et condamné ce qui fait que la malédiction lancée par Jésus soi-disant suivie de ses effets quelques jours plus tard est un autre mensonge de charlatan... mais "avec de quoi attirer notre attention comme moyen de mise en garde": le figuier est puni de manière absurde pour ne pas porter de fruits quand il n'est pas la saison pour qu'il en porte… versets comme cousus de fil blanc: invitation à nous arrêter en relisant et en réfléchissant attentivement.

L'histoire du bon samaritain, en revanche, nous présente un homme non pêcheur mais "repêcheur" d'homme (problème éventuel de traduction?) se portant au secours d'un individu laissé pour mort sur le bord d'une route.

Cependant, tout au départ de notre recherche, par hypothèses, toujours... comment Jésus (HISTORIQUE Jules Isaac, historien reconnu JESUS ET ISRAEL Ed Fasquelle) ressentait-il le fait d'être durement surnommé "bâtard, fils d'impure" en vivant dans une société archi patriarcale? exercice d'empathie...

Autre miroir tendu : un jour de chagrin profond Jésus aurait-il demandé à Dieu d'être pour lui son père, son géniteur humain ne l'ayant pas reconnu, en s'inventant ensuite, démarche connue de certaines personnes névrosées pour déjouer leur souffrance, petit à petit... pas à pas... ce Royaume pas de ce monde?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 20/01/2019

Mon commentaire semble devoir être condamné à passer à la trappe.
Place, donc, à qui, blog parlant, a laissé salir et dégrader le fondateur de Terre des hommes s'exprimant désormais sur... la prétention du Christ!
Un docteur de la foi musulmane a dit tout récemment qu'il faut que les musulmans à l'étranger s'adaptent or, aujourd'hui, les théologiens chrétiens abordent les situations bibliques et évangéliques et l'histoire qui nous est présentée étant celle d'un homme n'ayant pas été reconnu par son géniteur fils d'une femme qui fait la volonté divine sans forcément avoir choisi d'avoir un enfant pose la question, avec respect, de savoir si, non forcément désiré, Jésus, l'homme, ne souffrait pas, comme tout être en cette situation, en ses systèmes nerveux et cardiaque. N'importe quel psy et ou médecin le confirmera.
Prévu pour nous appeler à nous améliorer et à nous faire évoluer le plan divin présente une femme qui aurait eu une liaison. Par le fait qu'elle était promise à un autre homme elle était par la justice déjà considérée comme adultère Joseph l'épousant la protégeant. Invitation par ce plan divin de salut à réfléchir sur la barbarie d'un châtiment qui appelle soit à mentir soit, situation connue, à (se) faire un rêve selon lequel la grossesse de Marie est voulue par Dieu (intervention de l'Archange Gabriel).

L'ensemble des lignes présentées dans mon commentaire aujourd'hui est confirmé par les psys.

Sur le plan de la théologie il ne faut pas oublier que Jésus qui se présente "médecin non pour les bien portants mais pour les malades" /leur foi comme obéissance à la loi comprises/ présente son enseignement comme une semence. Il faut donc un temps de travail sous terre... pour les croyante en recherche un temps de travail intérieur qui peut porter sur des années maturité comprise.
Suite à quoi se présentent réponses et démarches compatibles.
Ce qui apparaît venant de la semence tout en étant autre: une tulipe ressemble-t-elle à l'oignon mis en terre?

En suivant l'invitation du docteur de la foi musulmane les croyants tenant compte de nos recherches gagneront du temps. tout en ne perdant pas de vue que le temps biblique atemporel se présente comme au présent.
Exemple: Jésus sortit de chez lui pour aller rendre visite à la belle-mère de Pierre devient Jésus sort de chez lui pour aller rendre visite à la belle-mère de Pierre.
La Bible et les évangiles d'André Chouraqui par le souci de la traduction de l'araméen, du grec et de l'hébreu est une merveille de fidélité et d'érudition et de poésie.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 21/01/2019

Les commentaires sont fermés.