23/01/2019

La fracture et la déconfiture sociales

Au temps de la monarchie absolue, il fallait chercher les coupables de la révolution.

Les "élites" de l'époque, les nobles, le clergé, les militaires, défendaient une société inégalitaire de fait car, selon la religion dominante et quasi omniprésente, voulue de Dieu lui-même. Le Roi n'était-il pas l'élu de Droit divin? Et le Roi, avec sa noblesse, son clergé, et ses généraux décidaient de la route à suivre pour toute la société.

Le peuple, lui, devait subir et souffrir en silence, accepté toutes les hontes, tous les bannissements, tous les emprisonnements et les exécutions s'il se révoltait contre l'Ordre établi. Les jeunes femmes, quant à elles, devaient subir le droit de cuissage et les démons fornicateurs des nobles et des militaires, et même du saint clergé, sous les regards médusés et impuissants de leurs maris et de la foule. La Royauté possédait le monde et Dieu était avec elle.

Puis arriva l'avènement d'une nouvelle couche sociale, les bourgeois et les artisans, grâce au début de la commercialisation mondialisée. Les gens se déplaçaient déjà plus aisément et les banques accumulaient les capitaux. Cette classe sociale voulait avoir son mot à dire dans les affaires de l'Etat souverain. Mais l'aristocratie ne voulait pas en entendre parler. Quoi! Des gens issus du peuple qui veulent prendre la parole et partager le pouvoir! Des gens qui lisent des philosophes séditieux pourtant nourris et logés au frais de la princesse car les princes, c'est bien connu, aiment s'entourer de grands esprits pour se divertir mais non pour faire la révolution...Faut-il pas être bête de renoncer à tous les privilèges, à partager les richesses volées au peuple suant aux champs et dans les ateliers des villes... Donc les nobles ne comprenaient rien et ne voulaient pas comprendre le discours des grands et petits bourgeois...jusqu'au jour où ceux-ci s'associèrent au peuple laborieux pour changer l'Histoire du monde.

C'était en 1789. Aujourd'hui, c'est la bourgeoisie qui dirige le monde et donne les règles du culte néolibéral. Une bourgeoisie devenue une nouvelle noblesse luxuriante et débauchée avec ses stars et son monde déconnectés des réalités du peuple. En même temps, des gens interconnectés, des avocats, des artistes, des entrepreneurs, des politiciens même, ont compris la douleur du peuple et se mettent au service de ce même peuple en gilet jaune pour affronter une nouvelle révolution citoyenne.

C'est en 2018, 2019 et années à suivre. Nous n'allons plus nous faire entuber par les riches qui aiment follement nos courbes en nous visitant dans les bordels et nous poussant à la misère sociale et à la honte face à nos familles trop pauvres qui cherchent de l'aide. C'est d'ac les filles, les garçons? Aujourd'hui, j'ai révolution. Et demain aussi. Et cela jusqu'à ce que la société change vraiment de direction.

 

Les commentaires sont fermés.