04/02/2019

Médiapart avait-il vu venir "la révolution" Macron?

Au moment du deuxième tour de la présidentielle, Médiapart avait appelé à voter Emmanuel Macron tandis que sa position, lors du premier tour, allait plutôt en faveur de Benoît Hamon mis en minorité, à gauche, par les sondages...

Nous étions pour certains et certaines, fâché-e-s, pour d'autres, dépité-e-s, pour d'autres encore, abattu-e-s par la position du Journal qui n'allait pas donner ses faveurs à cet homme énervé, cultivé, un brin trop de mauvaise foi avec son admiration appuyée et sa trop grande complaisance envers les régimes castriste, chaviste ou Maduro, qu'est cet homme présidentiel Jean-Luc Mélenchon . On voulait pourtant, toutes et tous, le projet d'une 6ème République avec la France Insoumise et son leader maximo qui prêtait, certes, à controverse et à contestation, mais qui était peut-être l'homme de la situation.

Beaucoup proposèrent alors l'abstention ou le vote blanc pour ne pas voter Macron au second tour. Et Médiapart trouva détestable d'opter pour ce non-vote qui ne faisait pas barrage au Front National de Marine Le Pen.

N'étant pas Français, je ne me sentais pas directement concerner mais je trouvais dommage que Médiapart condamne le vote blanc ou l'abstention qui permettait, pourtant, de donner un crédit minimum à l'élection d'Emmanuel Macron, que nous savions déjà élu en toute hypothèse, un Macron bien trop, hélas, dans sa volonté de toute-puissance majestueuse de vainqueur à travers ses discours électoraux.

Ce soir, je pense que la Rédaction de Médiapart comprend un peu mieux les doutes et la décision des anti-fascistes qui se sons abstenus et qui ont refusé de participer à cette élection mascarade du second tour.

Jean-Luc Mélenchon aurait-il été un meilleur président et la VIème République serait-elle sur de bons rails avec lui à ce jour? Personne ne peut répondre pour un scénario qui n'a pas eu lieu.

Aujourd'hui, je pense sincèrement qu'il faut inventer un nouveau projet de VIème République avec cet acteur imprévu, ce nouvel acteur bien réel et bien vivant de la Révolution représenté par les Gilets Jaunes qui fait surgir en plein jour et sous une nouvelle lumière des gens des deux extrêmes, mais pas seulement, parce que les Gilets Jaunes ont des sensibilités de tous bords politiques, des gens qui s'expriment hors parti politique et montrent qu'ils et qu'elles ne sont pas, dans leur immense majorité, des excité(e)s rouges-bruns partisans et partisanes du chaos et de la destruction de la République ou des excité(e)s fascistes qui veulent l'Ordre brun, le rejet des étrangers, des migrants et des juifs mais bien des citoyennes et citoyens responsables à la recherche d'un nouveau projet social et démocratique en commun.

C'est par cette note d'espoir que je m'adresse tout spécialement à Médiapart et à son président, Edwy Plenel, qui peut prendre aujourd'hui la mesure du danger de dérive fasciste que peut représenter, par contre, la puissance extraordinaire du néolibéralisme et des gourous artificiels qui montent au pouvoir comme par magie et s'emparent de la présidence dans cette Vème République taillée pour un monarque pour défendre pleinement et en toute conscience les intérêts très particuliers des oligarques milliardaires...

 

Les commentaires sont fermés.