11/02/2019

L'âge de Glace

 

Dans ce monde,

je ne suis plus

un coeur à prendre

mais un coeur à pendre.

 

Dans ce monde,

je ne suis plus vivant

mais plus mort que baisant.

 

Je fais l'amour à cran

avec mes mots qui tuent

s'affichant en live

sur les écrans géants

vice mon âme se prostitue

versa ton corps se prostitue

me pend à tous les coups tirés.

 

Je suis un fils de pute

et toi tu es ma pute.

Nous deux, on fait la révolution

dans notre plumard en fusion.

Nous deux, notre avenir

s'arrête à nos soupirs.

Si je couche avec toi,

si je rêve avec toi,

si je m'envoie en l'air avec toi,

c'est que je sais

que demain est déjà mort

et que je veux vivre

à la vitesse de la lumière

pour rajeunir entre tes bras.

J'ai fait le voyage

de la Terre

à ta Voie Lactée

et quand je suis revenu

j'étais plus jeune

que mes enfants.

 

J'ai 60 piges et pourtant,

des gamines me sourient

et me font de l'oeil.

J'ai 60 piges

et me dire que je suis

un gros pédo doublé

d'un gros mytho

aux yeux des simples badauds

me fait ni chaud ni froid.

Je crois plutôt

que je suis resté un putain

de poète ado

et que toi aussi

tu pensais d'abord

que j'étais ce vieux cochon

classique et cynique

à la recherche

de la chair fraîche,

un vieux porc

dans son rôle de papy

avec ses petits-enfants

à gâter par leur vieux gâteux

mais tu vois, Baby,

je vis avec mon coeur de 17 ans

qui bat au rythme de la révolution,

mais tu vois, Baby,

c'est pure folie

de rester un gosse

quand tu dois faire ton âge

au nom de la morale

et de la police des moeurs,

te soumettre au diktat

de l'âge qu'on te donne

inscrit en chiffres gras

sur ta carte AVS

et ta carte d'identité.

 

Elles me disent.

Wouahh! J'y crois pas,

t'as 60 piges?!

Et je leur réponds.

Ouais. Je coure comme un lapin

dans ma cuisine

en évitant tous les chagrins

de la rue qui tapine

et je m'expose à ton tapin

dans ce triste bordel

en évitant les clandestins

qui se glissent

comme des voleurs

sous tes dentelles.

Et j'espère bien m'égarer

encore sur tes évangiles et ta bible

parce que je meure d'amour

et que ma soif est inextinguible.

Et j'espère bien aimer

d'amour foi, d'amour fou,

cette fille qui se fait des tunes

parce que je crève d'amour

et que cette pute me dit la vérité.

 

Je suis ton chameau

à cheval sur tes reins

et sur tes bosses

je glisse mon mac

sur ton tarmac

pour te donner

le goût de mon karmac.

Je suis ton salaud

qui fréquente sa salope

en faisant bim-bam

dans ton hamac

atomisé à mon napalm.

 

Qui se ressemble

s'assemble

et je n'ai pas de compte

à rendre à ce monde de merde

qui fait des anti-phrases

à longueur de com

et n'a plus aucune décence

pas même celle d'un condom.

 

Seul le pognon a ses ouvertures

et l'Humanité disparaît

sous une montagne d'ordures.

Seul le succès a sa devanture

et l'Humanité disparaît

sous la vitrine des impostures.

 

Dans ce monde,

je ne suis plus

un coeur à prendre

mais un coeur à pendre.

 

Et si je suis

une erreur de la nature,

une gêne mal programmée

par les maîtres en images

informatisée,

je me sers d'un teaser

pour repousser l'énigme

à plus tard

et voir mon succès assuré.

 

Alors reste dans mon pieu,

mon joli coeur pieux.

Sur ton mont de Vénus

quand mon joyeux soleil 

annonce à Uranus

un plus beau jour vermeille,

ma nuit blanche,

comme un volcan se réveille

à tes hanches,

s'enflamme à tes collines

se répand en avalanche

sur tes lèvres rouges.

 

L'amour est à l'âge de glace

et je crame dans ton palace.

 

je paie trash et en cash

le prix de notre amour kalach.

 

Dans ce monde,

je ne suis plus

un coeur à prendre

mais un coeur à pendre.

 

Dans ce monde,

je ne suis plus vivant

mais plus mort que baisant.

 

 Je suis une serviette deltacoke,

Je te refile mon numéro AVS.

Mes antécédents

sont des flirts sidérants

et je reste un mécréant.

#BringTheNapkinsBack!

Les putes et les salauds

volent en escadrille

et j'espère que tu comprends

pourquoi je quadrille

et que je tire mes plans cul

sur ta comète.

 

Les commentaires sont fermés.