19/02/2019

Nous allons tout refaire

 

Quand les murs

de la maison commune

sont devenus si usés et si laids;

que seules les images porno

et les insultes recouvrent les murs;

que seule la haine a su kidnapper

tous les mots, toutes les énergies

et que l'amour n'est plus magie,

n'es plus rien d'autre

que deux barbares nus

sur canapé-lit forniquant

dans la rythmique, 

qu'une triste illusion perdue

piégeant le gogo consommateur

pendu à ses textos conceptuels

chassant ses proies matérielles

pour leur planter ses vilains crocs

d'escroc dans le bas ventre

de ces filles dociles, futiles,

et bien trop faciles,

ces filles défenestrées

de leur goût romantique

captant l'argent

comme de pâles poupées robotiques

sans question existentielle,

sans goût de la philosophie,

sans attrait pour la poésie,

accroc aux plaisirs superficiels

totalement déconnectées

de leurs sentiments réelles,

creuses dans leur profondeur,

creuses dans leurs coeurs gelés

gouffre de glace et d'arrogance,

d'ultra-puissance et d'impotence

égaux à ces hommes se comportant

en gibier de potence

mais qui se prennent pour des rois,

des empereurs, des dieux,

maîtres des lieux,

maîtres du temps,

maîtres des esprits et des corps.

 

Ils ne comprennent toujours pas,

les maîtres pervers

et leur grand Jupiter.

Mais nous allons tout refaire

ce qu'ils ont défait

dans le seul but de mieux dominer

et soumettre les peuples

à leur loi d'airain.

Ils ne comprennent toujours pas

les maîtres pervers

et leur grand Jupiter.

Mais nous allons tout reconstruire

ce qu'ils ont détruit

avec leur produits dérivés

et leur système d'initiés,

leur charabia économique

et leurs écrans de fumée.

 

Nous allons leur réapprendre:

les liens humains,

les liens amoureux,

les liens d'amitié,

les liens intergénérationnels.

les liens avec la nature,

la Terre, le ciel, et les étoiles.

 

C'est un programme très ambitieux

mais d'une ambition romantique

qui ne s'arrête pas

à la mécanique pornographique

des corps et des esprits endormis.

Notre mécanique

est de cette mécanique quantique

qui fout le bordel

et allume les feux de joie

aux corps enchaînés,

aux esprits zombifiés,

et notre poétique cantique

se dirige vers la lumière

comme les plantes et les arbres

ont besoin de photosynthèse

pour restituer de l'oxygène

à ce monde étouffé

par tous ces gaz carboniques

carbonisant les peuples

sous des tonnes de com

au goût de merde raffinée

et de tromperie parfumée.

 

Je ne suis pas né dans les pommes,

ni dans les choux ni dans la com.

Je suis né pour parler et aimer

sans filtre et sans armure,

pour écrire des choses passionnées

qui affolent et scandalisent

le bourgeois hypocrite

taisant des vérités compromettantes

et pas trop reluisantes à entendre

et qui se drape dans une pudeur

aux odeurs pestilentielles,

son droit au silence et au secret,

et sa gêne apparente

quand la crudité de son monde

lui est jeté au visage

comme les yeux d'une fille

jette sa foudre et sa mitraille

à son amour quand il l'a bafouée,

trompée, méprisée, humiliée. 

 

Chaque jour et chaque nuit

deviennent une nouvelle page blanche.

Je repars de rien.

Mon hardware retient tout.

Mon software ne se rappelle de rien.

Et je recommence

à écouter la chanson

jusqu'à ce que la semence germe

dans ton coeur à l'unisson.

Jusqu'à ce que le blé mûrit

et remplit ton coeur de frissons.

Jusqu'à la mort,

ultime souffle de vie

pour que ton coeur vive

d'amour et de beauté,

d'amitié et de bonheur,

de liens retrouvés

et de joie partagée

au bout de notre horizon commun.

 

Les commentaires sont fermés.