20/02/2019

Petits métiers et grandes professions

Combien de personnes en France travaillent-elles au SMIC? Et combien encore gagnent moins que 2'000 euros net par mois?

Environ 2 millions de personnes touchent le SMIC. Et près de 60% de salarié-e-s vivent avec moins de 2'000 euros.

Si l'on tient compte des prix pratiqués en France, c'est donc une majorité de Français et de Françaises qui vivent chichement voir dans un dénuement presque total alors qu'ils et qu'elles participent activement à la vie économique du pays.

Nous parlons ici des professions des gens qui ne sont rien selon ce cher Président Macron. Des gens donc invisibles, discriminés autant dans leur pouvoir d'achat que par une sorte de ségrégation raciale invisible mais bien réelle (gens absents à la politique, apolitique, absents des grandes questions de société, absents de la vie culturelle par manque de moyens, absents de l'instruction permanente parce que trop fatigués après le boulot pour s'instruire alors qu'ils sont abrutis par une charge de travail trop lourde et des difficultés financières permanentes.

C'est comme si ces gens étaient assignés aux tâches ingrates sans aucune reconnaissance du reste de la société, petits esclaves non affranchis de la caste des professions supérieures qui les dominent et les maintiennent dans la pauvreté.

Et à propos d'antisémitisme, rappelons-nous des paroles de Robespierre au moment de la Révolution. Des paroles qui résonnent tellement aux oreilles des Gilets Jaunes qui, eux, au contraire des Juifs de l'époque, ne sont pas assignés aux professions marchandes mais bien aux professions déshonorantes qui leur permettent à peine de survivre alors même que ces professions sont souvent parmi celles qui relient le mieux les humains à la solidarité (aide-soignantes, infirmières, postiers, aides à domicile, ainsi que tellement d'autres formations dévalorisées par notre société actuelle).

Maximilien de Robespierre, Assemblée constituante, 23 décembre 1789:

« On vous a dit sur les Juifs des choses infiniment exagérées et souvent contraires à l’histoire... Ce sont au contraire des crimes nationaux que nous devons expier, en leur rendant les droits imprescriptibles de l’homme dont aucune puissance humaine ne pouvait les dépouiller. On leur impute encore des vices, des préjugés, l’esprit de secte et d’intérêt les exagèrent. Mais à qui pouvons-nous les imputer si ce n’est à nos propres injustices ? Après les avoir exclus de tous les honneurs, même des droits à l’estime publique, nous ne leur avons laissé que les objets de spéculation lucrative. Rendons-les au bonheur, à la patrie, à la vertu, en leur rendant la dignité d’hommes et de citoyens... »

Gilets Jaunes, si près, si loin, des Juifs discriminés et accusés de tous les torts... 

Les commentaires sont fermés.