23/02/2019

Gilets Jaunes, acte 15, ne pas lâcher prise

 

Dans la vie,

il y a ceux

qui arrêtent de lutter

et qui disent

"A quoi bon?

Je suis faible,

ils ont la force

et le succès.

Ils ont le soutien

du plus grand nombre.

Moi, je n'ai rien.

Je suis rien.

Alors, j'abandonne."

 

Et dans la vie,

il y a les Autres,

les Gilets Jaunes,

celles et ceux

qui se battront

jusqu'à la fin du monde

pour changer le monde.

 

Si tu fais partie

des seconds.

des guerriers,

des femmes et des hommes

sûrs de leurs idéaux

et de leurs convictions,

tu sais que malgré les risques,

le chemin semé d'embûches,

et les difficultés de la route,

à la fin tu sortiras victorieux

du combat que tu mènes

parce que jamais

tu n'accepteras davantage

la domination des puissants

et la soumission des plus faibles

à un ordre injuste établi

qui empire jour après jour.

 

Objecteur de conscience

contre cet ordre qui fait désordre.

Objecteur de conscience

contre les criminels et les guerres.

Objecteur de conscience

contre les grands voleurs,

les beaux parleurs,

les menteurs,

les mafieux

qui foutent le monde à sac

et trouvent sympa

de condamner les filles des autres

à la prostitution et au bordel

pour servir tous les DSK

de cette planète.

 

Se mettre à poil

pour remplir de nourriture

l'assiette de la famille

presque à la rue

c'est abdiquer et renoncer

à sa dignité,

devenir esclave et soumise,

servir de jouet sexuel

et objet matériel

à des êtres sans morale autre

que celle du pouvoir.

 

On ne lâche rien!

On continue!

Jusqu'à la victoire.

 

A nous

 

Les commentaires sont fermés.