03/03/2019

Pas tombés de nulle part

 

Il y a des gens

qui pensent

que nous n'avons pas

la résistance nécessaire

pour continuer cette guerre

faite au système.

 

Juste parce que nous restons

trop calmes et trop distants

de la lumière médiatique.

 

Ils oublient.

Ils oublient que nous venons

de très loin.

De bien plus loin

que trois mois de mouvement

qui secouent la France entière.

C'était à peine dix ans plus tard

après Mai 68.

C'était au lycée,

dans nos lectures et nos échanges,

nos voyages et nos révoltes,

que nous avions pris la route

de l'anti Laissez Faire City

cette théorie ultra-libérale

qui jouait sur le chaos et la jungle,

la liberté individuelle absolutiste,

pour imposer son ordre implacable

et ses produits financiers opaques

à travers une dictature policière

ordonnée au plus haut du pouvoir.

 

Le règne de Macron était attendu

il y a déjà 40 ans,

cette soft dictature,

ce pouvoir anti-démocratique

et pro-aristocratique.

Celles et ceux qui ne voulaient

ni de Thatcher ni de Reagen

ni du tout libéralisme

ni du tout au fric

étaient des hippies

déjà tellement marginalisés

par une société

si heureuse d'acquérir

ce nouveau pouvoir d'achat

dont on lui faisait miroiter,

comme le Saint-Graal,

des salaires élevés,

des libertés de consommer

étendues et privilégiées

aux habitants des pays riches

sur cette planète.

 

C'était au temps

ou toi, Gilet Jaune,

tu n'écoutais jamais les hippies,

les poètes, les marginaux.

C'était au temps

ou toi, Gilet Jaune,

tu n'avais pas le coeur

ni à la révolution

ni à la résistance.

Che Guevara n'avait jamais existé

dans tes lectures,

ni Pasolini ni les poètes maudits.

 

Nous avons essayé

de nous intégrer

à ce système

qui n'était pas le nôtre

mais qui te convenait encore.

Nous avons essayé

de rester social

pour ne pas devenir asocial.

Nous avons même suivi

des écoles dites supérieures 

afin d'être

conformes, en apparence,

à la société.

 

Mais nous sommes restés

des sauvages, des indiens,

des gens infréquentables,

ingérables,

et ingouvernables

pour les pouvoirs.

Mais nous avons oeuvré

dans l'ombre

à l'avènement d'un autre monde.

 

Alors ne pense pas

que nous voulons

jouer un rôle d'importance

chez les Gilets Jaunes.

Nous jouons notre propre rôle

depuis toujours.

Que l'on soit passé

par les écoles,

le patronat,

le prolétariat,

les révolutions de couleur,

les guerres étrangères,

les mouvements sociaux,

les Nuits Debout,

la Loi Travail,

et aujourd'hui,

les Gilets Jaunes,

ce n'est que la suite logique

à notre route de hippies

qui n'a jamais adhéré

que d'un oeil

au monde capitaliste

en gardant l'autre dans la marge,

à notre route de jeunes utopistes

qui ont suivi des pistes

ailleurs tout en restant

avec vous tous,

les ouvriers, les paysans,

les artisans, les commerçants,

le petit peuple

déconsidéré des pouvoirs,

toujours ailleurs

dans nos têtes

mais en restant

intégrés à cette société

qui nous fait si mal

dans sa façon d'être et de fonctionner,

dans sa façon de hiérarchiser sans cesse,

sa compétition qui sépare outrageusement

les êtres humains,

en reconnaissance et en argent,

les bons des moins bons,

dans sa façon de classer

les gens dans des cases sociales

pour mieux dénigrer et stigmatiser

ou au contraire élever et considérer,

et de mettre le pognon

qui rend dingue

au-dessus de tout,

au-dessus des femmes et des hommes

devenus de vulgaires machines à produire,

à consommer,

et de critiquer, de mépriser,

pire encore, d'ignorer la réelle anarchie

des poètes de la Beat Generation

ne voulant jamais céder

leur âme à cette corruption des moeurs

et à ce cirque médiatique

affaiblissant les corps et les âmes

en rendant les femmes et les hommes

dépendants à cette soumission organisée,

à cette prostitution permanente

pour réussir dans la vie.

 

Nous vous demandons

à vous tous et vous toutes,

Gilets Jaunes,

seulement du respect

et le droit de lutter à vos côtés

pour que le peuple change de cap

afin d'éviter la perdition de notre Humanité.

 

Un vieux pote des Sioux

résistant à l'impérialisme américain.

Les commentaires sont fermés.