04/03/2019

Casseurs de burnes

 

Il y a des pollutions nocturnes

qui ne sont pas des jouissances,

des étreintes qui ne sont qu'étreintes mortelles,

des je t'aime moi non plus,

des LBD qui esquintent

la virilité des hommes

et broient l'amour des femmes.

 

Castraner, tu n'a pas de couilles

pour démissionner

alors tu dis à tes hommes

de briser les burnes

de ceux qui en ont.

Castraner, tu n'as pas de couilles

pour dire la vérité

sur les manipulations

et les mensonges d'Etat.

Tu as ton personnage à jouer,

ton pognon de dingue à gagner.

ta place à garder,

ton futur à préparer

entre conseil d'administration

et belle villa cossue au bord de mer.

Castraner, tu chantes ton Opéra Macron,

l'Opéra macabre des Cons,

après la tête,

après les yeux,

après les bouches,

vient le temps des burnes

à casser.

Mais les casseurs

ne sont pas du côté

des persécutés.

Mais les tueurs

ne sont pas du côté

des révolutionnaires

d'une nation qui part en couilles.

 

Casseurs de burnes,

vous êtes une bande

de brutes institutionnelles.

Et si demain,

la révolution pacifique

vire à la violence terrifiante

ce sera vous et vous seuls

qui serez responsables

de cette guerre,

vous et vous seuls

parce que vous refusez

la vraie discussion,

le vrai partage des opinions,

vous refusez l'équilibre et l'égalité,

de partager entre tous les bénéfices

et vous préférez imposer au peuple

d'assumer la dette

d'une société multinationale qui pille

les richesses en imposant

des salaires de misère

aux travailleurs pauvres

en ayant recours à l'impôt

qui fracasse la classe moyenne

pour redistribuer des aides

qui ne devraient jamais exister

si les grands patrons payaient

de justes salaires,

de justes partages des bénéfices,

de justes récompenses

pour le travail fourni

et non pour nourrir des actionnaires

qui ne font rien,

qui se la coulent douce,

qui engrangent du blé

qu'ils n'ont jamais semé

de leurs mains

par un dur labeur.

 

Ceux qui ont des couilles

se les font bousiller au LBD.

Castraner,

si l'époque appartenait aux barbares

tu te ferais castrer issou

sur le champ de bataille

et tes deux jumelles seraient

exposées au public

qui se moquerait de toi.

 

Vous n'avez aucun droit

de mutiler, de châtier,

d'éborgner, de castrer,

de faire ça à un peuple

qui défend son droit à la dignité

face à une dictature organisée

sous couverture démocratique

qui n'est qu'un voile sadique

cachant l'horrible et laide vérité.

 

Les commentaires sont fermés.