05/03/2019

Quand la réussite devient signe du cancre

Le Cancre

c'est toi, c'est moi,

c'est encore nous

nous tous qui avons signé

pour ce chemin sans issue

nous conduisant au drame.

 

Le Cancre, c'est le cancer

d'une société qui dévisse.

Le Cancre, c'est l'écrevisse,

ce petit crustacé qui s'incruste

dans nos consciences obscurcies

 rongeant nos coeurs

plongés dans trop de peine,

pour nous transformer

le cerveau en violence et en haine,

un Cancre s'agitant et beuglant

s'attaquant à nos chairs

faisant jaillir le sang impur

de nos plaies purulentes.

Le Cancre, c'est celui qui n'a rien

dans la poésie de La fontaine

Quittez les bois, vous ferez bien :
Vos pareils y sont misérables,
Cancres, hères, et pauvres diables, 
Dont la condition est de mourir de faim.

Le Cancre hante les bois

mais aussi les Gares de Saint-Lazare,

gare de l'Est, gare du Nord,

Paris-Montparnasse,

Le Cancre est partout

tel un insecte qu'il faut gazer

jusqu'au Cancre infirme

assis sur sa chaise roulante.

Le Cancre est l'ennemi de la Nation

pour le Grand Cancre

avare et haïssable de l'Elysée

qui le toise de haut

avec sa sainte auréole

et son diplôme en Énarchie

le Grand Cancre de la Nation

qui lutte contre le nationalisme

avec un Q.I. d'huître,

et encore il ne faudrait pas mépriser

ni insulter l'intelligence de l'huître,

car le Petit Cancre

voit des complots partout

et de la bienveillance nulle part

sauf dans sa boîte crânienne.

Ce Grand Cancre

qui le considère donc parmi

les gens qui ne sont rien.

 

Le Cancre.

 

le Cancre c'est encore du Prévert

au saut du lit

et un gros ventre à bière

au moment de descendre

dans les tavernes la nuit.

Il se lève le matin

et va braver sa cancritude

au tableau noir.

Il dit non avec la tête
mais il dit oui avec le coeur
il dit oui à ce qu'il aime.
il dit non à Macron et Castaner.
il est debout
on le questionne
sur ce qui le mutile,
le scandalise, l'émeut,
le fait pleurer, le fait rire,
et tous les problèmes sont posés
devant les enfants.
Soudain le fou rire le prend
et il efface tout
les chiffres et les mots
les dates et les noms
les phrases et les pièges
et malgré les menaces du maître
sous les huées des enfants prodiges
avec les craies de toutes les couleurs
sur le tableau noir du malheur
il dessine le visage du bonheur
en gilet jaune.
 
Le Cancre fait du Prévert remixé
au goût de la merde.
 

Le Cancre se couche la nuit

d'après la beuverie

sur une couette imbibée d'alcool

qui s'enflamme au contact

de ses rêves chimériques

et le conduit directement aux enfers

danser avec les déesses bachiques.

 

La Cancre n'en a jamais fini

avec sa plume d'encre.

Il est un enfant triste

qui a refusé de grandir

avec le panier de crabes.

 

 http://jncuenod.blog.tdg.ch/archive/2019/03/02/complot-ca...

Petite allumeuse

 

L'amour est une façon

comme une autre

de se tromper soi-même.

 

Trompe l'ennemi,

trompe-le de toutes les manières.

Il n'a, en toutes matières,

aucune bonne manière

envers toi et ta façon d'aimer

la vie, les gens, l'amour.

 

Trompe l'ennemi

comme une petite allumeuse

flambe et crame les gogos

en se tirant avec le magot,

fais quelque chose de sale,

de très très sale,

sois cette petite salope

qui obtient par la ruse

la victoire et le respect

des tiens car des autres

n'attends jamais rien.

Joue ta petite pute

avec celles qui te méprisent,

avec ceux qui te martyrisent.

Il y a forcément méprise

si tu penses naïvement

qu'ils t'aimeront un jour

alors qu'ils ne pensent

et ne vivent

que pour leurs devises

et leurs surprises-parties.

 

Racisme de classe,

soumettre et dominer

la sous-classe,

la laisser dans la misère,

la sodomiser,

la rendre esclave,

et lui dire qu'elle n'est rien.

 

Ils protègent trop bien leurs biens,

leurs intérêts, leur système.

Point barre.

 

Tu peux attendre ta mort,

jamais ils ne t'ouvriront la porte.

Tu peux crever comme un bâtard,

tu peux te battre comme un loubard

sur tous les boulevards

de France et de Navarre;

tu peux même finir vieux tocard

évacué sur un brancard,

touché par le projectile d'un vicelard

à la solde de Macron

et finir au fond d'un corbillard,

tu n'auras jamais été qu'un anar

heureux d'aimer la rue et les bars,

et tu finiras haï

par ces prétendus malabars

qui raconteront n'importe quoi

sur toi, ta vie, et tes antécédents.

 

Tu ne seras jamais entendu.

Tu ne seras jamais reconnu.

Tu seras toujours un branquignol

doublé d'un pathétique guignol.

 

Alors dans ce théâtre Croquignol

joue ta petite pute marrante

et remporte le magot,

l'amour des tiens,

celles et ceux qui te ressemblent.

 

Ton ennemi sent la rose in love

mais il pue le cacatov.