09/03/2019

Sans frontière en gilet jaune

 

Quelque chose de Vous a touché mon âme. Les femmes et les hommes vivent sans frontière mais depuis l'enfance ont leur dit que l'Océan est trop grand pour eux, qu'ils risquent de s'y perdre et de s'y noyer. Alors certains ont fait des bunkers de leur vie et leurs coeurs désertiques ont oublié de faire pousser les fleurs en dehors de leurs frontières.

Ce matin,

je me suis réveillé

dans la peau d'un cafard

du côté de Prague.

C'était le Printemps

et notre grand frère

nous avait privé de liberté,

nous avait signifié

qu'il avait le droit d'autorité

sur notre pays

et que notre liberté y était

sujette à caution.

 

Josef Koudelka

te rappelles-tu des gitans

qui passaient sous ton objectif?

Joseph Koudelka*

te rappelles-tu des gens

qui n'étaient que des cafards

aux yeux du grand frère

qui se croyait petit père

des peuples de l'Est?

 

Franz Kafka

qu'aurais-tu écrit

si tu avais été vivant

en cette année-là?

 

Ce matin,

je me suis réveillé

dans la peau d'un cafard

du côté de Paris.

C'était l'aube du Printemps

et notre grand frère

envoyait 100'000 hommes

dans les rues des villes

et sur les ronds-points des campagnes

briser la révolution jaune,

Il se prenait pour le petit père

du peuple et protégeait

l'argent des puissants

plutôt que la vie des gens.

Il gazait son peuple à satiété

y compris les cafards

en chaise roulante

et les enfants qui grouillaient

dans les bouches de métro

tel un danger mortel

pour les ultra-riches.

Ils avaient tous droit

aux jets empoisonnés

des gaz lacrymogènes

des cafards en noir

au service de l'autre camp,

au service du Grand Cafard,

si bavard et et si vantard,

pour les exterminer eux tous

les cafards en jaune

au service de la Révolution.

Et même tout ce peuple en son entier

pouvait se faire éborgner,

mutiler, jeter en tôle

pour une garde à vue

pas drôle du tout

afin que l'Ordre se perpétue

de père en fils,

de mère en fille

et que les riches

deviennent toujours plus riches

et les pauvres toujours plus pauvres.

 

J'avais fondé L'Art Gens

avec quelques amis fidèles

qui voulaient faire

révolution au côté des gens.

 

L'Art Gens

rassemblait les gens

de culture venus d'ailleurs

et d'ici en même temps.

L'Art Gens

scrutait l'horizon large,

la vie sans frontière,

la vie sur la mer

en gilet orange,

les gens dans la misère

en gilet jaune,

et avec eux l'art d'aimer.

L'Art Gens

roulait pourtant sur l'or,

l'or mirifique du peuple

pas l'or sadique des banques.

L'Art Gens

faisait des miracles.

Il marchait sur l'eau

avec des attitudes

de batracien amphibie.

Il multipliait les concerts

avec musiciens et danseurs,

rêveurs fous et dynamiteurs

de révolution et d'amour.

 

C'était Paris sans frontière,

Paris galère,

Paris en guerre.

C'était Paris avec mes soeurs

et mes frères.

Et si mon coeur s'en souvient

comme si c'était hier

c'est parce que j'y étais vivant

comme jamais

et mort tout à la fois,

vivant et mort tout à la fois.

 

Se réveiller dans la peau

d'un cafard n'est pas

la plus confortable des positions.

Et Kafka le sait bien.

 

Le Procès de Prague

et le Procès de Paris,

même combat.

 

*https://www.lemonde.fr/livres/article/2008/05/29/josef-koudelka-68-vu-de-prague_1051130_3260.html

 

Photo de Purple Shadow Agency.
 
MAI16

Jann Halexander et Veronika Bulycheva 'Urgence de vous'

Public
 · Organisé par Purple Shadow Agency
https://www.facebook.com/events/1639807516164440/

Les commentaires sont fermés.