12/03/2019

L'urgence c'est la convergence et non la défiance

Le riche pense

qu'il déteste l'anarchiste

parce qu'il a peur de sa liberté

et de son anticapitalisme.

Le pauvre pense

qu'il déteste son patron

parce qu'il ne supporte plus

l'exploitation mais qu'il ferait

bien pareil s'il prenait sa place.

 

Les identités ne sont jamais figés

dans un cadre définitif.

Celui qui te dit ça

te colle une étiquette

pour se rassurer

sur ses dogmes,

ses croyances,

ses illusions,

son conte de fée

qui l'arrange,

son image de la Vérité,

de l'Ordre, et du Bien.

 

Qui est la lesbienne

qui a le droit de s'afficher

devant un homophobe

sans risquer le mépris?

Quel est le transgenre

qui a le droit d'être regardé

comme un être humain

et non comme un animal étrange

qui n'aurait pas les mêmes droits,

la même valeur humaine?

 

Si l'amour est une maladie

alors je suis malade.

Si l'homosexualité est une maladie

alors je me contamine

pour défendre ses droits.

 

Nous sommes tous et toutes victimes

d'un manque d'amour

et d'un trop plein de haine

envers l'inconnu,

le menaçant, le différent.

Laisse-toi contaminer

pour comprendre ta maladie

et celle des autres.

Tu verras que tomber malade d'amour

est une maladie gaie et heureuse,

radieuse et ensoleillée

même s'il t'en coûte la vie

devant un bourreau

qui n'a rien compris à l'amour.

 

L'Anarchie c'est de la métaphysique révolutionnaire

 

Pour vaincre le système

il faut inventer une machine

dit Vincent Cespedes.

 

Comment détraquer

les rouages d'un système détraqué?

Comment répondre

aux coups de matraques,

de LBT et de grenades lacrymogènes?

 

Tu hurles à la résistance

sans jamais trouver la solution

mais si à chaque coup porté

tu deviens plus libre,

plus audacieux,

plus inventif,

et plus encore

que tu renonces à la haine

qui ronge ton coeur

et bouffe ton cerveau,

que, par ailleurs,

tu renonces à te battre

pour prendre le pouvoir

mais que tu te bats

pour donner le pouvoir

à la démocratie,

au peuple, à la liberté,

au goût du partage des savoir,

des compétences, des salaires,

des richesses acquises et transmises,

ce goût anarchique

d'une métaphysique

sans transcendance,

sans dieu ni maître,

sans dominants ni dominés,

sans pyramide

avec sa caste pharaonique

au sommet qui s'octroie

avantages et privilèges

et sa base réprouvée

promise aux enfers

d'une vie lamentable,

laborieuse, exploitée,

soumise à l'outrage

et la dépendance,

à l'exploitation et au viol

qui ne dit jamais son nom

malgré le droit de vote

bien dérisoire en ce cas-là

puisque voter pour

ta propre mise en exploitation

c'est comme voter

pour le tueur qui aura ta peau.

Une pure fiction sado-maso.

 

Ne pleure plus Jeannette.

On sortira ton ami Pierre

qui est à la prison

et face aux barons

et aux Macron

il y a des femmes et des hommes

qui lutteront à tes côtés.

Ne pleure plus Jeannette.

Viens te battre avec nous

et invente cette sex-machine

qui casse le système,

cette sex-machine

qui danse dans la nuit

avec Zo D'axa et Zola

en chantant

liberté pour mon frère,

liberté pour ma soeur,

liberté pour ma mère,

liberté pour mon père,

liberté pour les êtres humains.

https://www.facebook.com/groups/402368866973652/

https://www.youtube.com/watch?v=wzRBAnJyE-c&feature=s...

 

 

Juvin, Ruffin, et les Confins de la France

 

Marielou in France

 

Où sont tes limites,

limites d'accueil,

limites de sympathie,

limites physiques,

limites psychologiques?

 

Je suis dans la galactique

observateur obsessionnel

du principe anthropique.

Si la Terre n'était pas aux confins

de la Voie Lactée

tu ne pourrais pas l'observer.

C'est une vérité absolue.

Si le Soleil n'était pas

à mi-chemin de la Galaxie

et entre deux de ses bras

en spirale

tu n'existerais pas

dans ce monde infernal

et moi non plus.

C'est une vérité absolue.

Si je n'étais pas né marginal

à la marge de cette société

et à mi-chemin de Ma Mère

entre deux de ses bras

de sa scène nuptiale

je n'existerais pas

pour l'amour

et toi non plus.

C'est une vérité absolue.

 

Nous nous battons inutilement

sur des histoires de confins,

de carte, et de territoire.

Nous nous battons 

comme un idiot bat

son père et sa mère.

 

Mais connais-tu la fin,

la fin de l'humanité,

la fin de l'existence,

la fin de la Conscience,

si nous vivions loin

des bras de notre Terre?

 

J'aime le Gilet Jaune

qui se bat pour son pays.

J'aime le Migrant

qui se bat pour sa survie.

Ne me demande pas

le pourquoi du comment

et de choisir entre les deux.

On ne choisit pas ses deux parents

entre deux de ses enfants,

ni deux de ses enfants

entre ses deux parents

sinon il y a déchirement,

rupture, et déflagration.

On ne choisit pas

entre la frontière et l'infini.

On fait avec l'Univers

et l'amour de l'Universel,

avec la Terre

et ses gens.

Nous faisons corps.

Nous faisons coeurs.

Nous faisons nation.

Et maintenant la France

est cette nation

tout en fleur et en baston

qui veut en finir avec Jupiter

et remettre le Soleil

au centre de nos vies.

 

Evite l'Apocalypse

a dit mon gourou.

Evite l'Apocalypse

a dit mon loulou.

Evite l'Apocalypse.

C'est minuit moins une

m'a dit Marielou in France.

 

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/juvin-defend-des-conver...

 

L'oeil de l'écureuil

 

Quand je me jette

corps perdu âme pendue

face à leurs tirs tendus

je pense au deuil

et à la mort des écureuils

volant

de branche en branche

d'arbre en arbre

à la recherche du bonheur.

 

T'es-tu déjà posée

la question quand

tu suces mon gland?

Posée la question

de notre prochaine hibernation?

T'es-tu déjà demandée

pourquoi les CRS

ont l'ordre de tirer

sur les têtes de gland

comme ton hors-la-loi

en espérant être décorés

par le maître du décorum

et qu'ils te la mettront

plus tard bien profond

dans le rectum

quand je m'absenterai?

 

Je n'ai jamais fait de provision

pour notre hiver sans fin.

Je signe depuis des révolutions

des chèques sans provision

que je prélève

dans ma banque éphémère

pour que tu n'aies jamais faim

ni trop froid au coeur,

ni trop envie de me quitter

par manque de solidarité.

Je te nique en pensant

à notre prochaine révolution

et je dis fuck you

à tous les connards

qui te font la conversation

pratiquant leur décosex

testant et vérifiant

en 20 minutes porno

tes sources d'inspiration.

 

Tu dois tenir

toute une sainte bible

de leurs pratiques bibliques,

 archiver leurs petites habitudes

malsaines et bien perverses,

leurs petits plaisirs coupables

qu'ils n'avoueraient jamais

à leur femme

même sous torture.

 

Rebelles du plumard,

traîtres à leur épouse,

roublards, vicelards,

et gentils hommes comme Médor

quand ils rentrent chez eux

dans leur petit nid douillet.

 

Et moi je dois tenir

tenir envers et contre tout

pour maintenir la flamme

de notre amour

faisant la révolution

avec des femmes

des hommes

en jaune,

cocus et cocu-e-s

de notre Histoire,

les laisser-pour-compte,

les lassés du BDSM

de leur président,

les oscarisés de la rue,

les césarisés du pavé,

les ostracisés du pouvoir,

les gens simples

affichant des joies simples

ne cherchant pas

la lévitation au-dessus du peuple

soit parce qu'ils n'ont jamais eu d'ambition

soit parce qu'ils sont frappés d'inhibition. 

 

Je suis bien

dans cette peau de l'écureuil,

je pense à toi,

je pense au deuil

et à la mort des écureuils

quand tu me suces le gland.

 

Je t'aime.