12/03/2019

L'oeil de l'écureuil

 

Quand je me jette

corps perdu âme pendue

face à leurs tirs tendus

je pense au deuil

et à la mort des écureuils

volant

de branche en branche

d'arbre en arbre

à la recherche du bonheur.

 

T'es-tu déjà posée

la question quand

tu suces mon gland?

Posée la question

de notre prochaine hibernation?

T'es-tu déjà demandée

pourquoi les CRS

ont l'ordre de tirer

sur les têtes de gland

comme ton hors-la-loi

en espérant être décorés

par le maître du décorum

et qu'ils te la mettront

plus tard bien profond

dans le rectum

quand je m'absenterai?

 

Je n'ai jamais fait de provision

pour notre hiver sans fin.

Je signe depuis des révolutions

des chèques sans provision

que je prélève

dans ma banque éphémère

pour que tu n'aies jamais faim

ni trop froid au coeur,

ni trop envie de me quitter

par manque de solidarité.

Je te nique en pensant

à notre prochaine révolution

et je dis fuck you

à tous les connards

qui te font la conversation

pratiquant leur décosex

testant et vérifiant

en 20 minutes porno

tes sources d'inspiration.

 

Tu dois tenir

toute une sainte bible

de leurs pratiques bibliques,

 archiver leurs petites habitudes

malsaines et bien perverses,

leurs petits plaisirs coupables

qu'ils n'avoueraient jamais

à leur femme

même sous torture.

 

Rebelles du plumard,

traîtres à leur épouse,

roublards, vicelards,

et gentils hommes comme Médor

quand ils rentrent chez eux

dans leur petit nid douillet.

 

Et moi je dois tenir

tenir envers et contre tout

pour maintenir la flamme

de notre amour

faisant la révolution

avec des femmes

des hommes

en jaune,

cocus et cocu-e-s

de notre Histoire,

les laisser-pour-compte,

les lassés du BDSM

de leur président,

les oscarisés de la rue,

les césarisés du pavé,

les ostracisés du pouvoir,

les gens simples

affichant des joies simples

ne cherchant pas

la lévitation au-dessus du peuple

soit parce qu'ils n'ont jamais eu d'ambition

soit parce qu'ils sont frappés d'inhibition. 

 

Je suis bien

dans cette peau de l'écureuil,

je pense à toi,

je pense au deuil

et à la mort des écureuils

quand tu me suces le gland.

 

Je t'aime.

Les commentaires sont fermés.