12/03/2019

L'urgence c'est la convergence et non la défiance

Le riche pense

qu'il déteste l'anarchiste

parce qu'il a peur de sa liberté

et de son anticapitalisme.

Le pauvre pense

qu'il déteste son patron

parce qu'il ne supporte plus

l'exploitation mais qu'il ferait

bien pareil s'il prenait sa place.

 

Les identités ne sont jamais figés

dans un cadre définitif.

Celui qui te dit ça

te colle une étiquette

pour se rassurer

sur ses dogmes,

ses croyances,

ses illusions,

son conte de fée

qui l'arrange,

son image de la Vérité,

de l'Ordre, et du Bien.

 

Qui est la lesbienne

qui a le droit de s'afficher

devant un homophobe

sans risquer le mépris?

Quel est le transgenre

qui a le droit d'être regardé

comme un être humain

et non comme un animal étrange

qui n'aurait pas les mêmes droits,

la même valeur humaine?

 

Si l'amour est une maladie

alors je suis malade.

Si l'homosexualité est une maladie

alors je me contamine

pour défendre ses droits.

 

Nous sommes tous et toutes victimes

d'un manque d'amour

et d'un trop plein de haine

envers l'inconnu,

le menaçant, le différent.

Laisse-toi contaminer

pour comprendre ta maladie

et celle des autres.

Tu verras que tomber malade d'amour

est une maladie gaie et heureuse,

radieuse et ensoleillée

même s'il t'en coûte la vie

devant un bourreau

qui n'a rien compris à l'amour.

 

Les commentaires sont fermés.