20/03/2019

L'armée ne tire pas des flashballs mais des balles réelles

Nouveau crescendo dans les mesures de répression contre les Gilets Jaunes.

Désormais, l'armée sera présente lors des manifestations. Mais l'armée ce n'est en aucun cas la police. Son arme principale c'est le fusil d'assaut contre les mouvements de foule suspects ou contre de présumés terroristes. Nous ne sommes plus très loin d'un carnage humain.

Pendant ce temps, Monsieur le Président Macron fait salon avec des intellectuels et bavarde en se croyant hyper intelligent.

Aucune décision prise en faveur d'un changement de cap. Bien au contraire, les recettes néolibérales qu'il prône depuis son avènement continueront d'être appliquées de façon implacable. C'est un peu comme être chef de cuisine du Fouquet's et dire que dans la salle, malgré les réclamations qui durent depuis 4 mois, il y a des gens qui continueront à manger très bien tandis qu'une partie des clients bouffera toujours de la merde. Et que s'ils ne sont pas contents de leur sort, eh bien il enverra encore la police pour les mutiler et désormais l'armée aussi pour les tuer. Histoire de les mater pour toujours.

Nous en sommes donc là. La guerre civile arrive et Brigitte, dans son jacuzzi tout beau tout neuf, entend un chant révolutionnaire dans la rue (remix des paroles sous la vidéo):

 

Macron s'en va en guerre

Mironton mironton les bas d' laines.

Macron s'en va en guerre

Ne sait quand partira

Ne sait qu'en partira

Ne sait qu'en partira.

Il partira à Pâques

Mironton mironton les bas d'laines

Il partira à Pâques ou à la Trinité

ou à la Trinité ou à la Trinité.

La Trinité se passe

Mironton mironton les bas d'laines

La Trinité se passe

et Macron ne part pas

et Macron ne part pas

et Macron ne part pas.

Brigitte a sa tourmente

Mironton mironton les bas d'laine

Brigitte a sa tourmente

si forte qu'elle peut crever

si forte qu'elle peut crever

si forte qu'elle peut crever.

O rage mon beau saccage

Mironton mironton les bas d'laine

O rage mon beau saccage

Quelle fake news apportes-tu?

Quelle fake news apportes-tu?

Quelle fake news apportes-tu?

Monsieur Macron est mort

Mironton mironton les bas d'laine

Monsieur Macron est mort

est mort et enterré

est mort et enterré

est mort et enterré.

Macron est mort en guerre

Mironton mironton les bas d'laine.

Macron est mort en guerre

Est mort et enterré.

 

Voilà. Avant de mourir pour la révolution, un petit chant révolutionnaire très enfantin et très drôle à chanter sous la mitraille des militaires de Sentinelle. Plus on est de fous plus on rit. Pleurer ne sert à rien puisqu'ils veulent la mort des révolutionnaires.

 

 

Equinokiosque

 

Ils ont cramé

tous les kiosques à journaux.

Parties en fumée

les bad news des parfumeurs,

les fake news des philosophes

du grand bazar télévisuel,

les Bruckner, BHL,

Finky, Tinky, Winky,

les César de la Violence,

Luc Ferry

remportant la palme d'or

de la provoc à la tuerie,

à la défaite des plus faibles,

à l'esclavage à vie

des foules invisibles.

 

Ils ont cramé l'ultralibéralisme

en cramant les kiosques.

Symboliquement,

ils ont cramé la came,

 les camés et leur pognon

ne pourront plus se doper

au pouvoir de la finance,

des requins, et des dinosaures.

Symboliquement,

ils ont cramé le pouvoir de la came

le pouvoir médiatique

au service des puissants.

 

Réellement,

je n'en sais rien du tout.

La dictature des Black Bloc

contre la dictature du CAC40.

 

La liberté d'expression a cramé

sur les Champs-Elysée.

Et c'est très grave,

très grave de détruire

la liberté des gens,

la liberté de dire vrai

ou de penser faux,

la liberté de mentir

ou de dire la vérité,

la liberté d'aimer

ou de haïr,

la liberté d'être un escroc

ou un flic,

la liberté d'être un poète

ou une pute,

la liberté de se shooter

aux Nao mie campent belles

et leurs longues gambettes,

la liberté de se droguer

au porno et au rail de coke,

ligne d'Eros ou d'héroïne

sniffée pour se libérer

de la trop grande souffrance,

Math au pieu

a mal RIC,

je t'adore toi.

Mon acteur français préféré

toujours au sommet

dans son art

du paradoxe de nos vices

et de nos vertus.

 

Je serai toujours ce manifestant

du manifeste de la liberté.

Je serai toujours celui

qui n'a pas peur d'écrire

ce qu'il veut,

quand il veut,

où il veut.

Et je laisserai toujours

l'autre parler

même si je sais

qu'il me tue,

même si je sais

que c'est un oppresseur

des miens, des plus faibles,

des plus pauvres,

un méchant dinosaure.

 

C'est à lui de se rendre compte

qu'il est un méchant

et pas un gentil comme il croit.

C'est à lui de faire sa révolution

et de devenir un papillon.

 

Feu à la liberté d'expression,

dictature de groupuscules

anarco-totalitaires

refusant le grand diktat

des banques et de la finance.

Feu au mensonge parfait.

Mais quid de nos libertés?

Dévastation des manipulations.

Mais quid de nos fraternités?

Disparition des grands médias.

Mais quid de l'égalité?

 

Et maintenant

leur vengeance nous attend

encore plus forte,

encore plus terrible,

encore plus répugnante,

encore plus sadique.

Combien d'éborgné-e-s samedi prochain?

Combien de défiguré-e-s à vie,

paix pour ton prochain,

pain dans ta gueule,

avenir chagrin,

fin du monde

et fin du mois

je t'aime

un peu, beaucoup, passionnément,

à la folie.

Pas du tout.

En 68, Cohn-Bendit

jetait ses pavés

contre les CRS-SS.

Expulsé en Allemagne

le Black Bloc de l'époque

a su revenir blanchi

comme grand dealer

de la came libre-échangiste.

Il a même obtenu, en 2015,

la nationalité française

après avoir été la Terreur

de Mai 68,

le petit con anar,

le terroriste

des grands philosophes

de salon d'aujourd'hui,

celui qu'il faudrait flashballer

et éliminer de la scène publique.

 

Mais attention!

Cohn-Bendit ne venait pas

de la province

et il étudiait à la Sorbonne.

Fils de riche.

Mais attention!

Cohn-Bendit était un parigot

qui portait le discours

d'une liberté individuelle,

d'un largage d'une autorité pesante,

d'une ouverture des frontières

pour aller voir ailleurs

si j'y suis

et revenir plein d'images positives

des peuples du monde

et des jeunes filles.

 

C'était pas l'époque

de la fin du monde

et des fins de mois,

des fins de moi

et de mes illusions perdues,

des fins de nous

et de nos rêves chimériques

entre baise et fumette,

entre dope et galipettes.

C'était au temps

du sexe, drogue, et rock'n roll.

 

Et aujourd'hui c'est qui?

C'est quoi? C'est pourquoi?

Grand doute existentiel.

Chacun son combat,

chacune sa pomme.

Chacune sa revendication,

antispéciste, anticapitaliste,

anti industrie agro-chimique,

anti mondialiste,

anti porno,

antimachiste,

antiféministe,

antisémite,

anti n'importe quoi.

Chacun son pavé

contre l'ordre nouveau

mais surtout contre la liberté

des dérives humaines.

Rien de clair ni d'heureux,

tout est trop sombre.

Rien de beau ni de merveilleux,

juste de quoi bouffer,

remplir son frigo,

et consommer un peu plus.

Vraiment?

Vraiment rien de plus?

 

Les vendeurs de rêve

et d'illusions

sont dans les journaux.

Les parfumeurs

vendent leur Chanel No 5

parce que tu le mérites bien

même si t'a pas le pognon

pour montrer que tu le mérites bien.

Les dealers de la com

t'ont vendu Macron

et tu as voté pour lui.

Tu veux te sortir de ta toxico manie.

Tu veux quitter ta dépendance

aux grands médias

qui te fourguent leur came

à longueur de jour.

Tu veux t'enfuir dans un monde

qui n'existe pas et qui n'existera pas.

 

Tout continuera ainsi.

L'argent a gagné la guerre

depuis belle lurette.

L'argent possède la Terre

depuis si longtemps.

Et tu ne pourras rien faire

de ta révolution sans leader.

Ils ne veulent pas t'entendre.

Ils ne veulent pas t'écouter.

Ils ne veulent pas croire

en ta parole et ta poésie.

Ils veulent juste continuer

à consommer à perpétuité,

à vivre d'ivresse et de luxure,

de sensations artificielles

et de sexe provisoire.

 

Jusqu'à la mort.

 

C'est le gouffre entre toi et eux.

Et si tu te prends un flashball

dans l'oeil,

tu deviendras cyclope.

Un géant de la révolution

dévoreur de tous les moutons.

Un monstre, une idole.

Dans ta grotte imaginaire,

tu resteras le mauvais génie

des lettres

tandis que les dinosaures

continueront à dominer la Terre

jusqu'à l'Apocalypse.

 

Fin de mois difficile oublié.

Plus rien n'existera pour toi

comme pour eux.

Fin du monde promise et tenue

pour tout le monde.

Pour une fois,

les politiciens auront tenu

leur belle promesse

et la vérité éclatera

au grand jour.

 

Désolé mes amis en cagoules,

la guillotine et la torture

c'est pas mon truc.

Mon truc

c'est l'amour et l'aventure,

le visage à ciel ouvert.