25/03/2019

La sagesse des Vieux selon Macron

Les Vieux n'ont rien à faire

en des lieux interdits.

Les Vieux doivent rester

chez eux et courber l'échine.

Les Vieux ne dirigent plus.

Ils subissent les aléas de l'âge

et croupissent en EMS.

Les Vieux attendent la mort

ou plutôt ils sont déjà morts,

d'une mort trop sage

dans leur silence,

leur solitude,

ils se préparent au grand voyage

et le cercueil déjà commandé

aux pompes funèbres

semble les figer dans un sarcophage

une absence au monde définitive.

 

Emmanuel Macron

tu es un pauvre nécrophage

en plus d'être un salaud d'anthropophage.

Tu souhaites bon rétablissement

à une Vieille de 70 ans

sur qui tes hommes ont tapé.

Honte à ton pouvoir!

 

La place des Vieux

est dans la Révolution.

Nous sommes vraiment très sérieux

avec les dictatures et les cons

quand on a 70 ans.

 

Et tant pis

si les Vieux et les Vieilles

sont traité-e-s de vieux gagas

qui n'ont plus toute leur tête.

 

A notre âge,

plus personne ne nous la raconte.

A notre âge,

les manipulations et les mensonges

de l'Etat et des médias

se cognent au mur de la lucidité.

Notre vision est claire,

précise, nette, incisive

sur ce que les milliardaires

font des êtres humains.

 

Une ressource humaine

dépossédée de ses droits

et à disposition de leur pouvoir

pour leur plus grand profit.

Devoir obéir aux riches

n'est pas le devoir des révolutionnaires.

 

Alors les Vieux

seront encore dans la rue

à défendre les idéaux démocratiques

pour permettre aux Jeunes

d'avoir un avenir devant eux.

 

Un Vieux qui t'affronte

avec effronterie,

Emmanuel Macron.

 

 

Un automne en jaune, les années passent...

Novembre 2015.

La France vit une tragédie nationale.

L'Etat d'Urgence est déclaré.

Mais les coeurs des Français

et des Françaises ne se laissent pas

aller au désespoir.

Des gens sortent dans la rue,

les terrasses ils investissent. 

Interdit de se laisser terrasser

par la douleur et la peur.

Prendre toute la lumière des interstices.

Rire malgré les larmes.

Danser malgré la haine.

S'aimer envers et contre tout.

 

Des gens font la première manif sauvage

contre l'autorité et le décret de Hollande.

Une manif déclarée

devenue interdite à cause des attentats.

Quelques centaines de gens

se réunissent à Bastille

pour braver l'interdit.

Rien n'est organisé.

Et soudain nous décidons

de partir pour République

au milieu de la circulation.

Les keufs sont débordés.

Les gaz lacrymo sont jetés

mais nous arrivons à République

après une course poursuite

le coeur victorieux

et le goût de la liberté aux lèvres.

L'Etat d'urgence est bravé

et les gilets oranges

sont dans nos coeurs.

 

La France n'a jamais peur

quand le temps de la Révolution arrive

et se pare de ses plus beaux atours.