26/03/2019

La vie en Jaune est une Splendeur

 

A chacun de tes retours

je me tiens debout

au bord de l'amour,

nuit debout

au bord de l'amour,

tir tendu de tes yeux

droit dans mes yeux.

Direct du coeur,

tu me cloues de bonheur

sur le lit adolescent

de nos flagrants délits.

 

Comment faisons-nous

pour rester des gosses

parmi ce monde de molosses?

Avec toi je n'ai plus jamais la lose

du mec qui a tout perdu.

Avec moi tu te sens reconnue

dans la peau d'une femme

qui a tout connu

sauf l'amour

et la reconnaissance

d'un homme

qui te regarde

comme la fille la plus franche

et la plus attractive du monde,

la plus fidèle aussi

malgré ce que nous avons vécu,

la plus merveilleuse

malgré tes longs jours chagrin

passés au bordel

à soigner l'ego

de tous ces mâles

pas plus futés et humains

que le petit bout

de leurs bites en rut.

 

Si l'avenir n'a pas d'avenir

toi tu me donnes l'envie

de signer pour la vie

un bonheur partagé.

Si l'avenir n'a pas d'avenir

toi tu me donnes la vie,

le souffle, la force

de croire en la Révolution.

 

Bébé,

si je ne reviens pas

de Paris,

parce qu'un dingue dirige

la France

avec le QI d'une bite,

du mâle qui pense vraiment

qu'il détient la plus grosse,

si je ne reviens pas

de Paris, Bébé,

je sais que tu m'oublieras

jamais dans tes rêves 

et que notre histoire d'amour

restera comme un sommet

d'art romantique

entre une femme et un homme.

 

Mais si celui

qui croit avoir la plus grosse

me laisse libre de circuler

dans Paris,

me laisse libre de dire

merde à son pouvoir,

à sa répression,

à sa folie furieuse

d'imposer une sale politique,

à sa façon de prendre de haut

les petites vieilles

et les petits vieux,

les jeunes papillons monarques

qui ne sont pas des fils d'énarques

ou des filles de marque et d'arnaque,

les smicard-e-s et les retraité-e-s,

les travailleurs et les travailleuses,

les chômeurs et les chômeuses,

les millions de gens

qui ne sont rien dans leur milieux huppés

et dans leurs médias pipés,

encore rien dans les gares bondés

et toujours rien

dans leurs lieux dévergondés,

qu'il me laisse libre

de mes gestes, de mes paroles,

et de mes actes photographiques,

libre de crier toute ma rage,

mes paraboles et ma symbolique

de poète romantique,

libre de m'opposer au flicage

et aux charges des CRS,

alors je reviendrai

encore plus fou de toi

subjugué

par tes petites fugues

sauvages sur mon corps,

tes petites fugues

jouées par une prêtresse

du grand art érotique,

encore plus fou

enchanté par ton âme soudée

à mon âme mariée à ta mer

comme un chêne à ta terre,

comme un chêne et ses racines

qui boit son eau divine

à ton amour sans chaîne,

sans tâche ni corruption

et libre comme la liberté

de nous aimer et de batifoler

dans ces circonstances hors normes.

 

Le 9 avril tu auras 31 printemps.

Le 6 avril j'aurai rendez-vous

avec Paris et la France.

Je te jure que je ne ferai

rien de mal

qui puisse porter préjudice

à notre amour fabuleux.

Mais si ça tourne mal

à cause du grand mâle alpha,

n'oublie pas que mon chêne

restera vivant sur ta terre

pour l'éternité. 

 

A chacun de tes retours

je me tiens debout

au bord de l'amour,

nuit debout

au bord de l'amour,

tir tendu de tes yeux

droit dans mes yeux.

Direct du coeur

tu me cloues de bonheur

sur le lit adolescent

de nos flagrants délits.

 

A jamais, tu es la femme

de ma vie de bohème,

la seule qui ait vraiment compris

quel homme je suis,

et quel poète je suis.

La seule qui m'offre

cette image idéale de l'amour

dont j'ai rêvé la réalité toute ma vie.

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.