29/03/2019

Mouton!

 

Il est grégaire et binaire,

produit de la bonne laine

si on le nourrit bien

et à l'abri du besoin.

Le mouton dessine un nuage

pour son petit prince au pouvoir,

nageant heureux dans le cloud,

il ne sort jamais des clous.

Le beau pasteur qui le dirige

à l'Eglise Evangélique du CAC40

l'aime pour sa totale docilité,

sa façon tranquille

de rester dans les clous

de sa prairie rose bonbon monumentale.

Dieu est devenu un algorithme.

Et chacun y va de son admiration.

 

Macron fait du jeu à saute-mouton

son fastueux festin

et sa Brigitte fragilisée adore

éprouvant une sorte de sagesse

bienveillante à hauteur de sa stature.

Macron fait du saute-mouton

et le Médef tout-puissant adore

éprouvant cette sorte de jouissance

à voir les jaunes matraqués

par sa police montée

avec l'approbation des moutons

qui s'activent à lire la presse officielle.

Macron fait du saute-mouton

et les cons adorent

à chaque fois qu'un résistant

se fait mutiler

tellement le feuilleton

s'inscrit dans la liste sado-maso

du pouvoir autoritaire.

 

Si j'ai bien compris

le raisonnement des moutons

c'est qu'il faut tout changer

aux élections démocratiques

sans jamais rien changer,

croire dur comme fer

aux fausses révolutions

aux smartphones 1 jusqu'à 10

et générations suivantes,

la 2G, 3G, 4G, 5G.

Pour moi, le G et le point

après le G suffira à couvrir

mon oeuvre criminalisée.

Le mouton ne dirige plus rien

même plus sa bagnole

guidé par ce maître-robotique

supérieur et invisible

qui lui donne toute liberté

de jouer sur sa tablette

à la guerre des étoiles

ou de faire des galipettes

avec des carrosseries sans voile

et décapotables à souhait

alors que son véhicule

peut foncer n'importe où

dans les ténèbres.

 

Le mouton ne dirige plus rien.

Il préfère se faire diriger

dans le parc aux attractions.

Disneyland me voilà!

Le mouton voit la lumière

et vit de la lumière artificielle

dans l'aveuglement

des phares médiatiques.

Le mouton se crashe bêtement

dans ce monde révélateur de négatif

les deux frontons masqués

de la République Macron:

 

Laideur, Pauvreté, Injustice,

d'une part.

Corruption, Prostitution, Répression,

d'autre part.

 

Le grand mensonge républicain,

le monde d'ordures et de pourris

habillant beau chez Karl,

Karl Lagerfeld,

pour mieux se distinguer

des vulgaires et des cloches

révolutionnaires

qui braillent dans la rue

et se font tirer comme des lièvres.

 

Les voleurs sont en liberté.

Les résistants vont en prison.

Les voleurs sont au sommet

imbus de leurs bonnes paroles

et abuseurs de chair,

obtus et amuseurs publiques

monopolisant la parole

dans les médias vendus

et soumis à leurs évangiles.

 

Les voleurs ont conquis 

le toit du monde.

Les résistants vont à la mort.

Les voleurs distillent leur shit,

leur neige addictive,

leurs promesses massives.

Les résistants font pschitt

sous les tirs de flashballs.

Les voleurs sont adulés.

Ils trônent comme des people

bien élevés et forment très vite

la race des purs people, des rois, des princes

dont les médias raffolent le pedigree.

Les résistants sont haïs.

Ils meurent comme des cloportes

mal éduqués et forment un ramassis de racailles,

le clan des proscrits, des bannis, des maudits.

 

Les moutons deviennent obsolètes,

 inutiles à la vie,

des nuisibles, des futiles,

des cerveaux indisponibles

à la révolution

se serrant les coudes en bande

au service exclusif 

des sauriens et des reptiles

gaspillant le venin de leur plume

pour écrire leurs évangiles

et leurs odes à la technologie

pour mieux asservir

et répandre sur la Terre

la Foi Scientiste

qu'il n'y a plus d'autre option

sur la table de l'Humanité

rien d'autre

que ce flux continu

de reconnaissance jouissive

au système électro-robotique organisé.

 

Je ne suis pas un thon mou.

Non. Non. Pas un thon mou

qui se laisse mettre en conserve

et l'huile d'olive pour la sodomie.

Je suis un homme en marge

qui écrit dans la marge.

Et cela me va

de m'éloigner du troupeau

d'être l'ennemi en cavale

du Grand Marabout Macron.

 

G.

Les commentaires sont fermés.